Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/06/2010

Construire des ponts. En sifflant?

Alea jacta est. C’est ainsi que Charles Bricman intitule son dernier billet, en double écho au Tweet de VVQ et à la marche sur Rome de Jules Cesar. Il y confronte les deux vidéos qui passeront sans doute aucun à l’histoire. On les regardera dans 40 ans  sur nos TV 3D, en version restaurée, avec le regard mouillé que nos grands parents ont aujourd’hui en regardant Apocalypse.

Il faut scruter, écouter ces deux vidéos. Les Flamands ont choisi le changement (Bart de Wever); les Francophones ont choisi la stabilité (Elio di Rupo). Voila qui donne à 100% raison au premier, qui, depuis l’avant-dernier baromètre de La Libre, défendait la thèse du divorce irrémédiable des opinions. Je comprends aisément les Flamands qui ont choisi, dans la situation critique qui est la nôtre au sein d’une Europe en crise, de réclamer une réforme radicale. Je ne comprends rien au vote francophone. Les régionales avaient marqué une aspiration au changement, traduite par la poussée des Verts, le discours sur l’éthique, l’appel à un volontarisme positif. Un an plus tard, les quatre partis, tétanisés par la menace du NVA, ont fait une campagne inconsistante, inodore, incolore, insipide -et indistincte. On l’a dite “consensuelle”, alors qu’elle était sans courage, sans vision, sans avenir. Et mensongère. Car un statu quo n’est pas possible, nous sommes poussés avant terme à la gestation d’un embryon que nous n’avons pas conçu.

La suite sur la nouvelle plateforme du Bien commun:

Leblogdubiencommun.be

24/05/2010

Les chaussettes de Bart de Wever

Les chaussettes de Bart de Wever
Il fait trop beau pour gaspiller son temps en politicaille. Mon billet sera bref. Je viens de relire l’interview de Bart De Wever dans La Libre Belgique. Je comprends et sa logique et son argumentation. Il y a longtemps d’ailleurs que me trotte en tête, au sujet des crises de la Belgique, l’image d’une désunion profonde et d’un divorce inéluctable. L’un des conjoints continue à croire à la fiction d’un couple, au rabibochage possible, à un nouveau contrat de vie: l’autre tient sa valise prête. Ne reste qu’un prétexte, un alibi pour prendre le large, sous prétexte de réfléchir plus librement sur les moyens de reconstruire une relation. En l’occurrence, le sondage “Baromètre de La Libre”, qui montrait le PS en premier parti wallon, et la politique d’immigration CdH fournissent et l’étincelle et le carburant. .
La figure d’une femme jadis aimée, qu’Aznavour stigmatisait dans sa chanson “Tu t’laisses aller”, a fait long feu. Incarner désormais la Wallonie en une Milquet tour à tour acariâtre et geignarde est une manoeuvre intelligente. Faut dire qu’il n’y a pas qu’aux Flamands qu’elle donne de l’urticaire...
Nous nous acheminons vers un divorce difficile. Je soupçonne certains partis francophones de le voir, et de s’apprêter à négocier une pension alimentaire: laquelle, faute d’État fédéral consistant, sera de plus en plus difficile à percevoir.
Détail piquant. Hier, sur RTL, Flandria.be se fendait d’une pub à destination des francophones pour mieux nous fourguer ses légumes. Ce qui m’a rappelé les paroles historiques d’un ministre flamand, expliquant la bonne santé de la Flandre exportant les ¾ de sa production à l’étranger, dont les 2/3 en Wallonie.
Je ne sais pas où la ménagère délaissée va aller faire son marché. Mais que Flandria me demande d’acheter ses légumes à l’heure où ses politiques me déblatèrent, c’est comme si Bart lui-même me demandait, en instance de divorce, de laver ses chaussettes.
À bon entendeur, salut!