Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/08/2010

Du périmètre plénier copernicien et des origines de di Rupo

« Le périmètre d’une figure plane est la longueur du bord de cette figure. Le calcul du périmètre sert par exemple à déterminer la quantité de grillage nécessaire à la clôture d’un terrain, le nombre de briques ou de pierres pour la construction d’un mur, etc ».

Une fois n’est pas coutume, je sollicite Wikipedia pour sa définition (évocatrice) des travaux de nos sept présidents réunis en séance plénière, et qui explorent les pistes d’une réforme copernicienne.

En effet, le vocabulaire employé, pour être banal, n’a rien d’anodin. Parler de périmètre (qui détermine une superficie) alors qu’il nous faut une refondation (en profondeur) de l’État, je trouve ça de mauvais augure. On clôture en somme chacun son pré carré : c’est là que se tient le troupeau. Lequel a toujours les pieds dans la mouise et attend résigné la prochaine tonte.

la suite du billet sur la nouvelle plateforme (changez vos signets et flux rss: http://www.leblogdubiencommun.be/

31/05/2010

Twitter, l'urticaire de la politique

Le Soir ayant réservé à mon ego (présumé surdimensionné) l’honneur d’accoler mon pseudo à celui de Didier Reynders, je voudrais modestement rendre à Cesar ce qui est à Cesar: en l’occurrence, rappeler que mon tweet (im?)pertinent ponctue une discussion menée par d’autres twitters, interpellant Charles Michel et Didier Reynders sur le sujet des débats télévisés.

La suite sur la nouvelle plateforme du Bien commun: Leblogdubiencommun.be

 

03/05/2010

Liberté de la presse, liberté de penser

C’est aujourd’hui le jour de la Liberté de la presse; l’occasion pour Reporters sans frontières de dresser la cartographie de la censure et de souligner le poids (sanglant) que les dictatures font peser sur la liberté d’expression. Coïncidence, se tenait hier sur Twitter une conversation entre @NathanSoret @zeli @ylebout et @Paminaaah sur le métier de journaliste. Dans le même temps, j’avais à répondre à une interview sur l’influence des blogs, et leur constitution en “Cinquième pouvoir”. Résumons tout ceci en un petit billet anniversaire, donc. Je vous inviterai pourtant à ne pas souffler la bougie.

Lire la suite

16/02/2010

Un linceul blanc

IMG_0312_2.JPGCertains twitto-blogueurs (@xaviereco, @Chaos_Theory_Be ) posaient ce matin la question: les réactions des internautes rapport aux événements de Hal et à leur traitement médiatique (et politique) sont-elles différentes des téléspectateurs? Oui. Est-ce le signe d’une consommation plus critique, parce que plus interactive? Peut-être. Est-ce lié à la pratique du web 2.0, ou bien les réseaux rassemblent-ils sociologiquement des gens de sensibilité et de culture proche? Difficile, sans étude approfondie, d’apporter réponse à ce questionnement serré. Mais revenons à ce qui l’a motivé.

Les premières images de la catastrophe ferroviaire, rappellons-le, ont été “twittées” par @cedric, et reprises peu après par LLB et Le Soir. Les infos ont couru sur la twittosphère –et ont été critiquées, c’est à dire évaluée quant à leur crédibilité par les twitters aux-mêmes, avant de se retrouver, étoffées ou diluées, dans les médias traditionnels. Dans la foulée, un journaliste-twitter-blogueur félicitait ses confrères d’avoir ainsi été “les premiers sur la balle”. Ses propos soulevaient un tollé de réactions, à mon sens immérité. On peut faire crédit à ce journaliste de son usuelle correction, de sa pondération: l’expression dans le contexte est malheureuse, certes, mais il faut cesser cette inquisition des mots qui guette le faux pas, et le monte en épingle. J’avais développé ce problème déjà.

Je serais moins indulgente quant au traitement de l’information par les chaînes TV.

Lire la suite

16/01/2010

Liaisons dangereuses

Les titres scabreux de la presse traditionnelle -e.a.de LLB- m’interpellent de plus en plus fréquemment. Si les blogs attirent des visiteurs par une accroche insolite, justifiée par le ton personnel, résolumment subjectif que l’auteur emprunte, cet artifice me parait souvent, dans les quotidiens subventionnés, de mauvais goût voire totalement déplacé. Sauf évidemment s’il vise le sensationnalisme de bas étage, ce qui semble la tentation ultime d’une presse aux abois: erreur d’appréciation qui pourrait lui être fatale.

Lire la suite