Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/12/2009

Sur la rive 2009...

Sur la rive 2009 je laisse un gros chagrin qui m’est échu ce soir. Il fait nuit noire, je traverse le lac en solitaire. Demain, il y aura de la lumière. C’est toute l’histoire de Pamina sans doute.

Qui dira les dessous freudiens qui m’ont, voici plus de 12 ans à présent, amenée à choisir ce pseudo mozartien? Juste parce que cela sonnait bien? Qu’avais-je au fond de commun avec cette héroïne si douce, si fade par certains côtés, trop tendre et trop vite effarouchée?

C’était avant de te connaître, mon amour. Je cherchait obscurément quelque chose et je ne savais pas encore que toi, Tamino, tu existais quelque part. Mais je me savais déjà la fille de la Reine de la Nuit. Elle hurlait souvent ses colères et sa rage, et Monostatos se taisait en esclave soumis.

Il y a eu toutes ces années de vide, puis toutes ces années d’épreuve l’un sans l’autre, il y a eu l‘absence, il y a eu le silence, il y a eu le renoncement, le sentiment d’abandon, la tentation de mourir aussi. Il y a eu le Temple, et marcher avec toi dans la lumière. Ce que nous ferons encore demain, et tous les jours de 2010.

Tu es loin ce soir et je sais ton chagrin de mon chagrin que tu ne consoles pas. Mais il y a nous, et puis le reste. Le reste, je choisis de le laisser là.

J’ai trouvé ce merveilleux air de flûte, cet air enchanté, cet air de Pamina. Il transperce la nuit noire comme une aube. Oui la beauté sauvera le monde. Avec l’amour.

Bonne, belle année

16/10/2009

Le Bien commun, l’utilitarisme et les totalitarismes

Lors de notre dernière excursion philosophique, j’ai consacré un long billet à Bentham et à l’utilitarisme. Dans cette société du début du XIXe siècle qui s’industrialise et s’embourgeoise, ce philosophe atypique, par bien des côtés audacieux, table sur les ressorts du plaisir et de la douleur pour moraliser ses concitoyens. L’Etat a à jouer de la carotte et du bâton pour encourager les comportements positifs et dissuader la “déviance”; il a pour rôle essentiel de favoriser, pour l’ensemble des citoyens, un maximum de satisfaction (ce qu’il appelle l’”utilité maximale”), correspondant globalement à la somme des intérêts, des plaisirs individuels, mais ceux-ci évalués à l’aune du bien-être collectif. Bref, on pourrait sans conteste référer la “nouvelle” fiscalité “verte” telle qu’énoncée par notre Ministre des Finances –avec ses boni et mali- au système utilitariste anglo-saxon.

Lire la suite