Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

14/06/2010

Construire des ponts. En sifflant?

Alea jacta est. C’est ainsi que Charles Bricman intitule son dernier billet, en double écho au Tweet de VVQ et à la marche sur Rome de Jules Cesar. Il y confronte les deux vidéos qui passeront sans doute aucun à l’histoire. On les regardera dans 40 ans  sur nos TV 3D, en version restaurée, avec le regard mouillé que nos grands parents ont aujourd’hui en regardant Apocalypse.

Il faut scruter, écouter ces deux vidéos. Les Flamands ont choisi le changement (Bart de Wever); les Francophones ont choisi la stabilité (Elio di Rupo). Voila qui donne à 100% raison au premier, qui, depuis l’avant-dernier baromètre de La Libre, défendait la thèse du divorce irrémédiable des opinions. Je comprends aisément les Flamands qui ont choisi, dans la situation critique qui est la nôtre au sein d’une Europe en crise, de réclamer une réforme radicale. Je ne comprends rien au vote francophone. Les régionales avaient marqué une aspiration au changement, traduite par la poussée des Verts, le discours sur l’éthique, l’appel à un volontarisme positif. Un an plus tard, les quatre partis, tétanisés par la menace du NVA, ont fait une campagne inconsistante, inodore, incolore, insipide -et indistincte. On l’a dite “consensuelle”, alors qu’elle était sans courage, sans vision, sans avenir. Et mensongère. Car un statu quo n’est pas possible, nous sommes poussés avant terme à la gestation d’un embryon que nous n’avons pas conçu.

La suite sur la nouvelle plateforme du Bien commun:

Leblogdubiencommun.be

08/06/2010

Les fleurs du cimetière

Au cimetière, il y a beaucoup de fleurs. La plupart en gerbe, nanties d’un ruban quelquefois hypocrite, du genre “à mon cher…. regretté…. estimé… bien aimé”. Leurs commanditaires assistent à l’office funèbre, puis se retrouvent pour boire un verre à la mémoire du disparu. À mi-voix on évoque le rendez-vous chez le notaire, et in petto on escompte le montant de la succession. Attention, Madame Belgique a des dettes.

Au cimetière, sur les tombes abandonnées, poussent parfois l’une ou l’autre fleur. Elles n’ont pas l’arrogance des roses ou des oeillets, nul ne les regarde, nul ne les admire. Mais parce qu’elles s’enracinent dans la terre, elles ont quelques chances de durer. Ce sont des vivaces, colportées par le vent ou moins poétiquement par un fion d’oiseau.

La suite sur la nouvelle plateforme du Bien commun: Leblogdubiencommun.be

29/05/2010

Pour qui je ne voterai pas

C’est marrant à la fin: tenir un blog politique vous apparente un peu à Madame Soleil. Je ne compte plus les gens qui me demandent de quoi demain sera fait, si les flamands vont vraiment provoquer la scission de la Belgique, si nous toucherons « quand même » une pension, sans compter,  ceux qui me posent l’inévitable question à deux balles: « à ton avis pour qui faut-il voter? ». Si mes élucubrations bloguesques restent totalement gracieuses, j’envisage sérieusement de tarifer la consultation individuelle ou par mail. ça me permettrait d’investir dans une boule de cristal, qui pourrait m’éclaircir sur la nature des nuages (de cendre?) qui nous menacent encore …

La suite sur: http://www.leblogdubiencommun.be/

27/05/2010

Pour des femmes politiquement émancipées

Un petit billet dédié aux lectrices de “Gaël” qui découvrent ce blog par le biais de leur magazine et  se demandent:

  • si je suis une vraie femme, ou un mec qui se cache sous un pseudo féminin
  • si un déséquilibre hormonal explique que je m’intéresse à des choses aussi ennuyeuses que la politique
  • si j’ai avec un goût aussi bizarre le sex-appeal de Margareth Thatcher ou d’Angela Merkel.

Réponse: Oui je suis une vraie femme, non je ne suis pas ménopausée, et franchement j’espère ne ressembler  ni à l’ex-Première britannique, ni à l’actuelle Première allemande. Mais de ça, dirai-je, c’est aux hommes de juger. Je n’ose me fier à mon miroir ;0)

Lire le reste de: Pour des femmes politiquement émancipées…

12/05/2010

Cameron et le Bien commun

Ça y est! L’Angleterre a un nouveau Premier Ministre. Le Sieur à la triste figure, dont le prénom jouissif (Gordon évoque pour moi la bière) était passablement contredit par la couleur et l’allure générale (Brown, c’est terne) a finalement quitté hier le 10 Downing street . Il a été remplacé par un fringant (sa femme est enceinte) et jeune (43 ans) Premier, David Cameron, allié pour l’occasion au non moins pétulant Nick Clegg. Notons que l’établissement jugé “problématique” d’une coalition a duré moins d’une semaine (Belgium, prends-en de la graine). Qu’ensuite, les Libéraux Démocrates obtiennent dans l’accord, un référendum sur la révision du mode de scrutin (idem). Un verrou en passe de sauter.

Lire la suite