Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/04/2010

Campagne électorale, jour 1

Hier, fidèle à mon devoir civique lequel est toujours belge, à défaut de belgicain, j’ai postposé le repiquage de mes géraniums pour suivre l’actualité. En bâillant. Car si l’on y songe bien, le suspense haletant du jour portait exclusivement sur ce point: à quel moment allait-on tirer la sonnette d’alarme. Ce qui relève de l’événementiel, et non de l’information. L’information, je vous la communique, et elle n’est pas neuve: on est dans le lisier. Ce qui est neuf, c’est que nos politiques semblent en prendre conscience. Jusqu’à quel point, là est la question. Surtout, sont-ils capables, étant part du problème, d’y trouver solution?

Lire la suite

29/03/2010

De l’usage du baromètre comme thermomètre

Nous aurions pu croire, après le grand tapage médiatique de H1N1 qui nourrit quand même son lot de chroniqueurs, éditeurs et investigateurs pendant quelques semaines haletantes (allions-nous tous mourir de cette Pandémie?), que le thème de la santé allait nous laisser quelque répit. Non, décidément, il garde la cote, comme les considérations sur le temps. Après le baromètre d’automne, celui d’hiver, voici que LLB nous ressort le baromètre de printemps: et invariablement, celui-ci se voit transformé en indicateur de la santé des partis. Donc, en thermomètre.

On parle politique, là. Deux mille personnes interrogées par téléphone, par des experts en statistique dont on connaît la rigueur, la fiabilité (cfr les dernières élections) nous donnent la couleur. Wallonie: PS en baisse (-1,2), MR en baisse (-1), Ecolo pointe (+0,9), le Cdh s’arrime (+0,9), un petit 4,3% pour le PP (+1,2), 3,7 pour le FN (+0,3). Bruxelles: PS en hausse (+4,7), MR en baisse (-0,7), Ecolo en baisse (-4,3), Cdh en baisse (-0,5). Marge d’erreur: euh. Il me semblait les avoir lues ce matin, mais je relis et vois désormais “marge d’usage”. Aux alentours de 4%? Passons. Non-réponses: 9,4%.

Lire la suite

17/06/2009

Happart ramène sa fraise...

Je m’étais promise de laisser percoler nos réflexions précédentes, et d’appliquer mes énergies zennifiées au travail en retard. Sauf que le “jus” m’a semblé hier soir atteindre le fond de la cafetière: j’ai croulé de rire en entendant au JT de la RTBF, Didier Reynders évoquer le problème des coalitions émanant des Présidents de parti, et non soumises à l’approbation des citoyens dans un second tour.

Grumf. Soit nos cogitations égalent (en les précédant de quelques semaines) celles d’un politicien qualifié d’”intellectuellement brillant” (ce qui est somme toute bon pour le moral sinon pour l’ego), soit “le Bien commun” a un fond de lecteurs extrêmement varié... ce dont je me réjouis. On ne construit pas de “Bien commun” tout seul. D’ailleurs il commence à être temps de s’y mettre, concrètement. De repenser la notion, de repenser les modes d’actions. J’y travaille (très très laborieusement), et vous soumettrai prochainement quelques sujets de réflexions. Mais en cet aujourd’hui décidément très matinal (5h 24’) et ensoleillé déjà, laissez-moi juste me “lâcher”, me défouler, me dé-moroser, accordez-moi la liberté de filer la métaphore de ce cher José, lequel nous a hier ramené sa fraise, et dit tout son intérêt pour ce beau fruit: “beaucoup de rouge, un peu de vert, c’est comme au Parlement wallon”.

Moi, je trouve que le PS de Happart c’est comme les fraises espagnoles...

Lire la suite

16/06/2009

Un olivier, des huiles extra-vierges

J’ai écouté ce matin l’intervention de J.M. Javaux sur RTBF –avec une réelle déception. Eludant avec talent les questions embarassantes, refusant les positions qui fâchent, témoignant de la foi naïve d’un premier communiant, il m’a paru tout à coup coller aux caricatures que certains MR diffusent sur Ecolo et leur co-président. Je lui trouvais de la carrure, ses propos de ce matin étaient carrément étriqués. La chansonnette qui précédait ses propos n’était pas pour démentir le stéréotype de l’idéaliste décalé. 

Lire la suite

15/06/2009

Ni gauche, ni droite, en avant

Si la thèse ici défendue depuis des mois (le fait que notre système démocratique est dévoyé par la particratie) avait à trouver démonstration, ce serait aujourd’hui. Lisez la presse, regardez les JT, écoutez les pronostics, défoulez-vous sur les forums et les blogs, prenez part au débat et argumentez autant que vous le voudrez: vos opinions, vos discussions sont désormais sans aucun objet. Vous avez voté, mais de telle sorte que les urnes n’ont rien décidé: elles ont donné des chiffres que les chefs de partis interpréteront pour justifier leur préférence de coalition. Nous n’aurons pas à avaliser leur choix et gageons , quel qu’il soit, qu’il suscitera de virulentes réactions. 

Lire la suite