Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/06/2010

Construire des ponts. En sifflant?

Alea jacta est. C’est ainsi que Charles Bricman intitule son dernier billet, en double écho au Tweet de VVQ et à la marche sur Rome de Jules Cesar. Il y confronte les deux vidéos qui passeront sans doute aucun à l’histoire. On les regardera dans 40 ans  sur nos TV 3D, en version restaurée, avec le regard mouillé que nos grands parents ont aujourd’hui en regardant Apocalypse.

Il faut scruter, écouter ces deux vidéos. Les Flamands ont choisi le changement (Bart de Wever); les Francophones ont choisi la stabilité (Elio di Rupo). Voila qui donne à 100% raison au premier, qui, depuis l’avant-dernier baromètre de La Libre, défendait la thèse du divorce irrémédiable des opinions. Je comprends aisément les Flamands qui ont choisi, dans la situation critique qui est la nôtre au sein d’une Europe en crise, de réclamer une réforme radicale. Je ne comprends rien au vote francophone. Les régionales avaient marqué une aspiration au changement, traduite par la poussée des Verts, le discours sur l’éthique, l’appel à un volontarisme positif. Un an plus tard, les quatre partis, tétanisés par la menace du NVA, ont fait une campagne inconsistante, inodore, incolore, insipide -et indistincte. On l’a dite “consensuelle”, alors qu’elle était sans courage, sans vision, sans avenir. Et mensongère. Car un statu quo n’est pas possible, nous sommes poussés avant terme à la gestation d’un embryon que nous n’avons pas conçu.

La suite sur la nouvelle plateforme du Bien commun:

Leblogdubiencommun.be

09/06/2010

Cloaca, une métaphore du système politique belge?

Il m’arrive de donner des cours d’esthétique contemporaine. Non, rien à voir avec les points noirs ni les ridules, le botox ou les implants mammaires: je veux dire, des cours sur la philosophie de l’art. Ne fuyez pas, je ne vais pas vous pondre un billet genre critique intello-masturbatoire. J’entends vous parler de Wim Delvoye. Ce belge internationalement reconnu est l’une des grandes pointures de l’art contemporain. Vous penserez ce que vous voulez de ses cochons tatoués, moi, j’aime ses architectures gothiques et sa bétonneuse en acajou. Et aussi Cloaca, une oeuvre biotechnologique.

La suite sur la nouvelle plateforme du Bien commun:

Leblogdubiencommun.be

08/06/2010

Les fleurs du cimetière

Au cimetière, il y a beaucoup de fleurs. La plupart en gerbe, nanties d’un ruban quelquefois hypocrite, du genre “à mon cher…. regretté…. estimé… bien aimé”. Leurs commanditaires assistent à l’office funèbre, puis se retrouvent pour boire un verre à la mémoire du disparu. À mi-voix on évoque le rendez-vous chez le notaire, et in petto on escompte le montant de la succession. Attention, Madame Belgique a des dettes.

Au cimetière, sur les tombes abandonnées, poussent parfois l’une ou l’autre fleur. Elles n’ont pas l’arrogance des roses ou des oeillets, nul ne les regarde, nul ne les admire. Mais parce qu’elles s’enracinent dans la terre, elles ont quelques chances de durer. Ce sont des vivaces, colportées par le vent ou moins poétiquement par un fion d’oiseau.

La suite sur la nouvelle plateforme du Bien commun: Leblogdubiencommun.be

07/06/2010

Rien N'VA plus

Chacun sa campagne: j’ai passé le week-end au vert (ndlr: ceci n’est pas une opinion politique, quoique…), à arracher quelques mauvaises herbes, biner mes parterres et regarder éclore un premier bouton de rose anglaise. Pendant ce temps, ultimes congrès, derniers débats,  rodomontades, empoignades des Présidents.

Et tétanisation devant les pronostics. Comment ça les pronostics?

La suite sur la nouvelle plateforme du Bien commun: Leblogdubiencommun.be

05/06/2010

NapolElio premier

La presse en bruisse telles des feuilles brassées par le vent (et au fond, il y a de ça). Elio di Rupo pourrait devenir premier ministre.  La Libre Belgique table sur un sondage d’Ipsos pour nous délivrer cette info d’importance: “l’opinion” des deux côtés de la frontière linguistique serait favorable à ce que le Duce de Mons passe du Boulevard de l’Empereur à la Rue de la Loi.

C’est vrai que vu l’inanité de cette campagne, l’impossibilité d’en dégager les véritables enjeux et de reformuler un projet politique, autant sauter cette étape et se cantonner à l’ultime question: qui sera le Dernier-Ministre de l’Etat–Belgique déliquescent? Qui occupera ce siège éminent et électrique, qui sera chargé de constater l’ingouvernabilité de ce pays et d’en tirer les conclusions et solutions finales?

La suite sur la nouvelle plateforme du Bien commun:Leblogdubiencommun.be