Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/03/2010

L'hydre et les présidences bicéphales

280px-Lernaean_Hydra_Louvre_CA7318.jpgDans le 200e billet du Bien commun, publié avant hier, je laissais libre court à ma colère face à la soumission des détenteurs de mandats (sens premier de “mandataires”), votant au Parlement comme un seul homme, selon les “instructions” de présidents de parti :, et ceci, dans un déni total des procédures garantissant la démocratie et l’impartialité lors de la désignation d’un juge à la cour constitutionnelle. Un scandale, d’autant qu’il fait désormais figure de “normalité”.

J’évoquais à cette occasion l’image antique de l’Hydre. Venue tout droit de Grèce -comme l’actuelle crise de l’euro, ce monstre vivant dans les marais de Lerne a, selon la tradition, un corps de serpent ou de chien et se caractérise par plusieurs têtes. Celles-ci, une fois tranchées, se régénèrent doublement et leur gueule exhale même pendant le sommeil de la bête, une haleine mortifère. Juste image d’un état particratique où des têtes multicolores agitent crêtes et crinières, font mine de se combattre, mais n’ont d’autre objectif que de rester au pouvoir: ce qui leur permet de continuer à nourrir une panse hypertrophiée, grand corps malade dont on masque par un silence complice les furoncles et plaies purulentes.

 


Aussi, je n’ai pu qu’éclater de rire en lisant ce matin, la solution trouvée par Joëlle Milquet pour régler les tensions au sein du CDH bruxellois. Elle escomptait une fois de plus y imposer son pion, pardon, son choix, Hamza Fassi-Fihri. Mais Damien de Keyser s’étant déclaré lui aussi candidat, la présidente a été amenée à transiger, et propose désormais une direction bicéphale. Tiens donc. Une formule qui fait florès, décidément. On compte ainsi les tickets Milquet-Lutgen, Reynders-Borsus, et le singulier duo de gouvernance Leterme-Dehaene…

Tranchez une tête, il en repousse deux. La seule façon de s’en rendre maître du monstre, jugea Hercule qui eut à l’affronter au fil de ses travaux, était à chaque coup de tranchoir de cautériser la plaie pour empêcher qu’elle ne repousse. La dernière tête, hélas, rapporte le mythe, était immortelle : le héros ne put que l’enterrer sous une lourde pierre, espérant que nul ne vienne jamais la soulever.

Espoir déçu. L’Hydre particratique ravage la Belgique, et il lui pousse des têtes sans cesse plus nombreuses. Il faut trancher, il faut cautériser : la solution passe par une réforme en profondeur du système électoral. Il n’y a plus rien à espérer en effet des mandataires serviles et lobotomisés que nous voyons chaque jour prendre leurs ordres des chefs de bandes –pardon, « présidents de parti ». Ils sont, comme ces derniers, des dépeceurs de la Démocratie.

Commentaires

ces derniers

Écrit par : dopey | 15/03/2010

wouachhhhhh j'ai honte

Écrit par : pamina | 15/03/2010

Et on a eu les deux ducs, Ducarme et Duquenne dans les années 90 pour cause de querelles claniques irréconciliables entre golistes et michelliens. L'image de l'hydre est excellente, reste à trouver notre Héraclès. Pas évident.

Écrit par : hughes_capet | 15/03/2010

Les commentaires sont fermés.