Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

27/02/2010

PP, again: vous prendrez de la tarte ou du mousseux?

Le jeudi sur Twitter, c’est le jour des confessions. J’ai encore loupé l’occasion de m’”exhibitionner”, donc je me rattraperai ce samedi. Oyez, oyez.

Je ne sais pas si c’est en rapport direct avec le carnaval, mais j’ai fait hier un truc incroyable. J’AI MIS DU VERNIS À ONGLES. Bon, oui, je sais, à l’heure où tout le monde court les blogs de filles, où l’on disserte mascara, épilation, string et drague des FIWF, (avec autant de talent que Ioudgine, alias Perséphone), mon aveu vous laisse de marbre, et vous vous en battez vraisemblablement l’aile ou le popotin. Je vous épargnerai donc les considérations oiseuses sur mes relations au look, à la mode,  au salon de coiffure, au maquillage et autres futilités. Sachez néanmoins qu’au réveil ce matin je me suis fait l’effet d’une Lady Macbeth: mes mains m’ont paru ensanglantées. Je traîne de surcroît un vague sentiment de culpabilité. Rassurez-vous toutefois, Taminoooh va bien.

Cela n’ayant aucun rapport avec ce qui précède (hormis le fait que je portais un manteau rouge, un pull rouge, un sac rouge, assortis à mes ongles (et doigts) laqués), j’ai été écouter hier le Sieur Modrikammen et so co- ou vice-quelque chose, Rudy Aernout. Plantons le décor.


La scène se passe dans le fief de Daerden junior (Herstal) et un entrepôt désaffecté par la crise libéraaaaaaale: “La Fabrik”. Première tentative: alléchée par le spectacle d’une Jupiler mousseuse, je me présente au café-brasserie du même nom. Rebuffade de la part d’une sentinelle. Les PP, c’est dans la salle accessible par l’arrière. Nous voici donc, portés par  le vent mugissant et la pluie battante, invités à découvrir ces sinistres vestiges d’une exploitation prolétarienne. Une signature subtile sur ce chemin de mémoire: les nids de poule, fatals, (fataux?, non fatals) aux talons. Je vous ai dit qu’on est chez Daerden JR. Et que j’ai mis mon manteau rouge, mon pull, mon sac, mes ongles et avec tout ça des talons, bien sûr. Pas aiguilles. J’ai toujours eu aversion pour la couture. Elle va jusque-là. Mais des talons quand même. Si si si.

Enfin, un halot, un fanal, le port. Waww y’a AUSSI de la Jupiler. Et plus, et mieux. Des tables. Des nappes. Des chips. Des gens. Du monde. Plutôt du beau monde. C’est davantage Rue Blanche et Olivier Strelli que Fatima chez Wibra si vous voyez ce que je veux dire, les filles. Traduction pour les gars: pas de training adidas et guère de jeans, plutôt costard ou vestitude branchée. Le “populaire” du parti ne répond pas, pour le moment, à la sociologie de ses membres ou sympathisants. Entrée dans la seconde salle, où j’ai compté pour ma part 12 rangées de 8 sièges x 2 soit moins de deux cents places. Elles sont toutes occupées, et le staff, les délégués et la claque familiale sont debout. C’est un succès, mais pas tel qu’amplifié (500, non, jamais. 300 grand max. Mais je trouve ça pas si mal).

Trois dames au micro. Elles nous disent leur conviction avec l’enthousiasme des néophytes, et ma foi, avec une belle tenue pour de fraîches recrues. Mention spéciale à Nathalie (?)  Noiret, qui dirigera le PPJ, le parti populaire des jeunes. Elle a de l’allant, de la fougue, un côté direct et franc qui est rafraîchissant. Après cela, Jean Zarzecki, le borain, chauffe la salle de son franc-parler bonhomme –mais pas sûr qu’il y ait là son public habituel. Au fait, c’est l’ex-tête de liste de Lidé, la carte maîtresse de l’éphémère parti à Charleroi. Ce n’est pas le seul lidéen que j’ai repéré dans l’assemblée ou les délégués, d’ailleurs. Salut en passant, aussi, aux lecteurs occasionnels de ce blog que j’ai rencontrés là-bas. Même s’ils semblent voir davantage que moi des parentés évidentes entre mon cheminement et le leur, leur lobbying sympathique me convaincra moins qu’une analyse du contenu “doctrinal” du PP .

Passons donc aux vedettes. On connaît depuis le temps mon opinion sur Rudy Aernoudt, que je finirai par remercier d’avoir instigué mon sursaut démocratique -pour les récents lecteurs, voir au début du “Bien commun” mes démêlées avec le Duce de Lidé. Si je fais abstention de ma rancune tenace à l’égard du susdit, force est de reconnaître qu’il a fait hier une brillante prestation. Juste un léger décalage de la “claque” par rapport à l’une de ses feintes, mais sinon, il paraît drôlement plus à l’aise que dans son oraison lidéenne, laquelle était particulièrement navrante. C’est vrai qu’il y a assez de monde ici, pour donner l’illusion au professeur de tenir son auditoire. Il parle bonne gouvernance; enfin non, il dénonce la mauvaise, surtout. Et sur les chômeurs, pas de blagues graveleuses. Bref, comme disait mon co-auditeur de gauche, “Tiens, si je l’avais connu ici, il me ferait presque bonne impression”.

Maître Modrikammen, ensuite. Qui parlera, on s’en doute, de justice, tolérance zéro, comparution immédiate, suppression du juge d’instruction, délai de la justice. Oui sire, mais n’oublions pas que si les Beaulieu, les Wauters bénéficient d’acquittement inique pour dépassement du délai raisonnable, c’est que nombre d’entogés font durer de lucratives procédures. Passons. Ensuite la sécurité. Petit air de violon concernant la police et l’armée. Je sursaute néanmoins quand notre orateur appelle de ses voeux nos vaillants militaires à défendre les citoyens, à l’intérieur comme à l’extérieur. Rien que ça?!!! Franchement, ce côté “Belle Sarkozie”, je ne le trouve guère séduisant. Les gamins de 22 ans déambulant mitraillette à la main sur les Champs Elysées, ça ne me rassure pas tellement. Pas du tout à vrai dire. D'ailleurs, soyons franc, la claque peine aussi à booster l’enthousiasme du public sur ce point...

Qu’importe, le laïus tire à sa fin, on entend sauter des bouchons de mousseux. Ultime tirade modrikamienne, pour répondre à l’accusation regrettable de notre voilée nationale, laquelle a qualifié péremptoirement le PP  de “nazi”. Mahinur Özdemir, qui refuse par ailleurs obstinément de se prononcer sur le génocide arménien et fait sans cesse le grand écart entre sa nationalité belge, son origine ethnique électoralement lucrative, son voile non-religieux mais néanmoins identitaire et autres contradictions qu’elle peine à expliciter, a réduit d’emblée le débat au point Godwin. Ce qui a témoigné magistralement à la fois de son inculture et de son incompétence en terme de débat politique.

Ce que j’en pense ? Ce qu’en pense Manuel Abramowicz, qui dans son site  range le PP dans les partis classiques de droite, sans affinités suspectes. Pour le moment. Mais qui souligne que d’autres partis ont, en terme de proximité avec l’extrême droite allogène (celle des Loups gris) de sérieux défauts de cuirasse. Le Cdh n’est certes pas prêt de dévoiler la chose. Ni sa députée. Sa position risque bien de devenir incommode, comme celle des autres partis démocratiques (euh : particratiques). Car on a beau caricaturer le PP, encore faut-il qu’il y ait matière à hurler : je veux dire, autrement que sur une phrase détournée ou une plaisanterie douteuse. Et la campagne reyndersienne a montré que la basse attaque n’est pas toujours payante.

Cette évocation récurrente du point Godwin démontre en définitive la pauvreté idéologique ou argumentaire et la panique latente de ceux qui ne savent plus penser ni convaincre. Il y a des platitudes dans le manifeste du PP. Aucune n’a été relevée. Modrikammen se targue d’une vision : elle est courte, sur plus d’un point, et l’interrogation sur le « comment » pourrait le mettre en difficulté. L’élan manque de souffle, mais du moins c’est une aspiration, une volonté d’autre chose. Et cela, rien que cela, peut faire la différence, et emporter le morceau face à des partis louvoyant, lesquels se lancent des « je t’aime moi non plus » et s’embrassent en d’incohérentes coalitions –depuis des décennies.

Modrikammen va occuper à droite la place que le MR vient de laisser vacante, en prenant son « virage social » . Celui-ci constitue à mon sens la plus lourde des erreurs tactiques, car passée la rancœur contre Reynders, les « bleu turquoise » trahis par Ecolo seraient revenus au giron libéral. Le MR aurait pu alors satelliser un PP anecdotique, se présenter en droite « humaniste » par rapport à celui-ci, sans accointance avec la gauche. Là où Borsus et Miller n’ont vu qu’une bande de terre étroite, à laisser en jachère, le PP voit un boulevard, une autoroute à quatre bandes. Il l’emprunte à fond la caisse, et  se présente en parti de droite sans complexe et sans compromission. Il y a moins de Le Pen que de Sarko dans le PP.  C’est d’ailleurs bien ce qui me dérange (l’analogie avec le second, non pas la distance avec le premier, hein)…

Au fait, je trouve l’entartage de Louvain totalement prématuré. Jusqu’à cette heure, Modrikammen n’a pas mérité ce me semble, ni cet honneur (après Sarko, Bill Gates, BHL, Godart, Poivre d’Arvor) ni cette indignité (un si beau costume…). Il y a entre « Pâte brisée » et Le Gloupier, une différence de taille et d’appréciation : les contestataires de jeudi viennent de donner une forme de consécration à quelqu’un qui n’en demandait pas tant. Notons que la tarte, c’est un peu le point Godwin sous forme alimentaire. Du gâteau, en somme, pour l'avocat, qui capitalisera cette avanie.

Je conclurai ici avant que mon vernis ne s’écaille. Le mousseux d’hier était tiède, mon opinion aussi. Mais m’est avis que l’arrivée du PP donnera à certains froid dans le dos, ou à l’inverse, des bouffées de chaleur. Et ça, voyez-vous, ce n’est pas pour me déplaire. Car enfin, que le PP fasse 3, 5, 9 ou 15% des voix, je lui trouve une utilité. Il déboule dans le jeu particratique comme un chiot dans un jeu de quilles. Depuis le temps que celles-ci restaient sagement rangées, et que les boules empruntaient  le dalot… Pour le reste : que le trublion soit un caniche à mémère ou un rottweiller en herbe, on verra à l’usage.

Commentaires

waouh...encore de la grande pamina..j'adore
grand merci d'avoir répondu à mon invitation et t'avoir revu en live avec le bon guytou m'a fait chaud au coeur
à très(très) bientôt
avec toute mon amitié
jacques

Écrit par : jacques legrand | 27/02/2010

Elle a du talent Pamina. Elle devrait faire du journalisme. Ah, si seulement il y avait des journaux...

Écrit par : charles | 27/02/2010

c'est pas les journaux qui manquent: ce sont des redac's en chef comme toi... tu m'engages?

Écrit par : pamina | 27/02/2010

fallait lire revue...vilain clavier va..panpan cucul

Écrit par : jacques legrand | 27/02/2010

@Pamina: Tu vas me faire rougir, comme ton vernis à ongles! Je rêve des sous nécessaires pour monter une équipe. Je ne fais pas qu'en rêver d'ailleurs... Sinon, je confirme. C'est pas pour te faire plaisir, mais une plume comme la tienne, on en voit pas tous les jours!

Écrit par : charles | 27/02/2010

lolll là c'est moi qui rougit; comme mon vernis: incarnat. Mais que sont les belles plumes aux mains d'un mauvais esprit ;0)))

Écrit par : pamina | 27/02/2010

et c'est pas de la plume de paon..car pamina ne nous fait pas la roue en criant léon léon.. non pamina c'est un air enchanteur de flûte de..pan lorsqu'el condor passa..

Écrit par : jacques legrand | 27/02/2010

assez assez je vais enfler ;0) d'ailleurs j'ai corrigé plein de broutilles, des repétitions etc etc. je me relâche. :0(
mais c'est la faute au vernis.

Écrit par : pamina | 27/02/2010

put the blame on varnish, girl
put the blame on vaaarnish..
:-)
si en plus vous nous imitez Rita Hayworth dans Gilda.

Bon,je redescends sur terre.
je pense que vous avez raison quant au sort des bleus turquoise. Ce ne sont pas les guerres intestines (intestinales ? à au MR qui vont les amener à rentrer au bercail. Et comme, en général, ce ne sont pas des gens de gauche...
Reste à voir si cela sera suffisant pour faire exister parlementairement le PP ?

Écrit par : hughes_capet | 27/02/2010

C'est le mousseux tiède qui agit encore dans " c'est moi qui rougit" .
Je suis insupportable , je sais , lol !

Écrit par : Brunok | 27/02/2010

..........................

Écrit par : HUPEZ | 28/02/2010

Excellent ;-)

Écrit par : olivier | 28/02/2010

Merci pour votre article,

Permettez moi de vous adresser juste un petit bémol quant à la description de classe sociologique de l'assistance. J'étais moi-même vêtu d'un Jean (prononcez Gin), et j'en ai vu d'autres. Je n'ai finalement pas eu le temps de me changer. Porter un costume-cravate pour l'occasion n'est pas signe d'une classe sociale supérieure; certaines personnes se mettent sur leur 31 pour l'occasion, on trouve des tenues à prix démocratiques au C&A et chez Celio. J'ai vu plutôt dans l'assemblée, des gens issus, des classes moyennes, j'ai parlé avec des ouvriers, des artistes et des militaires, j'ai croisé quelques lycéens "endimanchés", et ce n'est pas ici péjoratif. Il y avait effectivement également des ingénieurs, des consultants, des juristes. Populaire, ne veut pas forcément dire misérable, mais "du peuple", de toutes les classes sociales. Mais on est loin, très loin, du public cadre sup et bcbg des cocktails du M.R. , croyez-moi.

Jean-Philippe.

Écrit par : Jean-Philippe Desmet | 28/02/2010

Pas la peine de me remercier pour l'article, il est gratuit (et non sponsorisé); comme les précédents (pour lesquels d'ailleurs je n'ai pas reçu de fleurs ;0) )...
Je n'ai pas dit "pas de jeans", j'ai dit "guère de jeans". -donc je dois vous avoir vu passer lollll.
ce serait intéressant je trouve, pour le PP, de redéfinir ce terme "populaire", car rien à faire, après Zola, le populaire connote le "populo". Ce que j'appelle la "distance sociologique", c'est là qu'elle réside. M'est avis que vous allez avoir à faire de la pédagogie sémantique, et un grand écart, parce que ce qui n'est pas "populaire" à la Zola, l'est à la façon de Berlusconi, ce que j'ai du mal à percevoir de façon positive...

Écrit par : pamina | 28/02/2010

Il y avait meilleur exemple que Berlusconi. Prenons par exemple, l'U.M.P. français : l'Union pour un Mouvement Populaire, dont le secrétaire-général est Xavier Bertrand, est un mouvement de droite qui rassemble des citoyens de toutes les couches sociales.

Et la "Gauche - caviar" n'est pas un mythe !


Populaire, que nous dit "Le Robert" ? Je vous laisse choisir la définition qui vous convient le mieux.

Populaire : (du latin populus : peuple)

1 qui émane du peuple (la volonté populaire, un soulèvement populaire, Front populaire)

2 propre au peuple (les traditions populaires

(linguistique : qui est employé surtout par le peuple, n'est pas en usage parmi les gens cultivés (mots populaires et mots savants)

3 A l'usage du peuple (et qui en émane ou non), art populaire > folklore. Qui s'adresse au grand pubic (une émission populaire).

4. Qui se recrute dans le peuple,les milieux populaires

5. Qui plaît au peuple, au plus grand nombre > popularité : un chanteur populaire.

Écrit par : Jean-Philippe Desmet | 28/02/2010

1 -je ne vois décidément pas un Modrikammen ou un Aernoudt "émaner" du peuple.
2 -je ne vs trouve pas "caractéristiques", ni "représentatif" du peuple, du moins celui que je côtoie dans ma grande surface, ou lors de la guindaille de "Standard champion", ou à la buvette du café des sports, ou à l'arrêt de bus à 5h45 du mat. Les bouquins de R.A., les plaidoiries de Modrikammen sont INCOMPREHENSIBLES pour la caissière de Carrefour et l'ouvrier communal. Elles ne sont en rien "propres au peuple"
3 -à l'usage du peuple. mwoui. peut-être. comme une chanson populaire, précisément -souvent écrite par un lettré descendant à ce genre mineur.
4 -je conteste que vous recrutiez (pour le moment) dans "les milieux populaires"; ou alors, vous méconnaissez totalement ceux-ci.
5 -pour la popularité, on verra au scrutin

On ne discute pas idéologie, là, soyons clair, je ne vous reproche pas votre orientation politique, ni vos opinions: juste, ce parti n'a pour l'instant rien de "populaire". Il y a là une mystification de base. ça me dérange.

Écrit par : pamina | 28/02/2010

Entre le "il ne s'est rien passé" de nos médias, et l'enthousiasme admiratif, une relation distanciée de l'évènement. Comme d'habitude, avec le scintillement descriptif de Pamina.
Je suis attiré par la soif de renouveau et le désir qu'il se passe enfin quelque chose dans le paysage politique, donc par le PP, avec qui je partage plusieurs orientations.
Ce qui me gène est la partie économique, qui me semble très passéiste et coupée des réalités actuelles.
Evidemment, un manifeste n'est pas un programme, donc je wait and see, oserai-je dire...

Écrit par : jo moreau | 28/02/2010

Je suis infirmier, je me lève à 5h40, je prends le train à 6H27 pour être à l'hôpital à 7H00, et j'ai adoré les livres de Rudy Aernoudt.

Et dire que le speech de Modrikamen, vendredi soir, était incompréhensible pour une caissière et l'ouvrier communal est insultant pour l'intelligence de ces personnes !

Vous pensez vraiment que la nettoyeuse des couloirs du P.S. a lu les livres d'Elio Di Rupo ?

Écrit par : Jean-Philippe Desmet | 28/02/2010

Ne déformez pas mes propos: je n'ai nullement dit que le speech de Modrikammen était incompréhensible, j'ai parlé d'une de ses plaidoiries. Quant à Di Rupo, il "monte" du peuple, même si entre-temps, avec van Cau, Happart et consort, il est un "parvenu" -un Daerden peut se qualifier de populaire; Modri, pas. ni Aernoud. C'est un fait, et puis voilà.
Et je mets sur le point que vous évoquez (être lu de la balayeuse) Di Rupo à égalité avec Aernoudt. Mais il a trouvé la solution par ailleurs, il assène des slogans à la place, ça fait vendre le PS aussi bien que des savonnettes.
Je ne sais pas si dans votre bus il y a beaucoup d'autres qui lisent Aernoudt (et ce point vous honore). On ne doit pas être su la même ligne de bus vous et moi. Moi, dans mon bus, y'a les lecteurs de la Meuse et ceux de Public, et aussi les 90% qui ne lisent pas mais ecoutent la musique à fond la caisse, commentent lost ou la ferme des célébrités, et ignorent pour les 2/3 (statistiques officielles) que le PS est au pouvoir en région wallonne depuis 30 ans.
Je n'ai pas dit que le PP n'était composé "que" de friqués. Mais je confirme que la jupe de la très jolie Madame Modrikammen coûte l'équivalent d'un revenu du CPAS. Et comprenez-moi bien, ça ne me gène absolument pas, personnellement. Je trouve le contraste entre l'étiquette et le produit dérangeant, c'est tout. C'est l'étiquette "populaire" qui me titille.
En d'autres mots, une droite décomplexée pour moi, c'est une droite qui ne fait pas semblant. Je rêve d'un mouvement démocratique qui ne se cherche pas de justificatif dans ce "populaire" gauchisant, qui ne veut pas "faire peuple" mais qui unifie des gens différents, qui n'ont pas honte de leur origine, de leur statut, et pas de mepris pour ce que d'autres sont, plus bas ou plus haut sur l'echelle sociale, ou dans l'ascenseur du même non.
Un dernier exemple, une dernière anecdote: quand Reynders note au rang de ses bouquins préférés une BD à la mode, Obama n'hésite pas à dire que son auteur préféré, c'est Shakespeare. Je salue son honnêteté et son courage.

Écrit par : pamina | 28/02/2010

Je pense que l'épithète "populaire" doit beaucoup, dans le cas du PP, à l'admiration - qui me paraît un peu exotique - de Mischaël pour José Maria Aznar et, par suite, pour son Partido Popular.
Moi, je ne tiens les partis que pour ce qu'ils devraient être à mes yeux: des organisations électorales. Pour les idées, je me fie aux hommes (et aux femmes, bien sûr!) car personnellement, je n'ai jamais rencontré une organisation, parti ou autre, qui avait des idées.
Question positionnement, maintenant, je pense que Mischaël se trompe en privilégiant une approche conservatrice, plus que libérale, au sens philosophique du terme.

Écrit par : charles | 28/02/2010

le terme "populaire" n'est pas usité dans nos contrées. Par contre il est de mise en Espagne depuis belle lurette ou en terres germaniques si on veut bien y voir le calque de "volk" que nous traduisons par "social"(comme dans CVP ou en Autricle l'OeVp, le grand parti catholique historique).
En Italie, le parti de Berlusconi est le "peuple de la liberté".
Je sais, il y a aussi l'idéologie "vôlkisch" de nombreux partis allemands de l'entre-deux-guerre qui étaient outrancièrement nationalistes et qui ont fait le lit des nazis.
Si me souvenirs sont bons, au moment de la transformation (ratée, mais c'est une autre histoire) de la fédération PRL-FDF-MCC (RTL_TVI disaient les mauvaises langues) en MR, le bruit avait couru que le nouveau mouvement allait contenir l'appelatif "populaire". Et puis,curieusement , c'est l'adjectif "réformateur" qui a émergé.

je crois que l'analyse du parti en simples termes de machine électorale est trop courte. Le rôle du parti est aussi , après avoir conquis le pouvior aux élections, de gérer le pouvoir et de tout faire pour le transmettre. pour ce faire,ses membres suivent une ligne de conduite qui leur tient lieu d'idéologie.

Écrit par : hughes_capet | 28/02/2010

@hugues capet: je n' "analyse" pas le parti en termes d'organisation électorale, je dis que je serais heureux qu'il se contente de cette fonction. Car pour le reste, je me suis évidemment bien aperçu que nous vivions en particratie, hélas. Et je n'apprécie pas du tout que les partis "gèrent" le pouvoir et le transmettent à leurs fidèles, de génération en génération. Je voudrais que le pouvoir soit confié par la collectivité aux gouvernants qu'elle choisit.

Écrit par : charles | 28/02/2010

pensée dangereusement révolutionnaire, Charles: je crains que tu ne sois qualifiable de "démocrate". pouah!!!!!

Écrit par : pamina | 28/02/2010

Je sais, je sais... Ca m'a pris brusquement, comme ça, une pulsion irrésistible, Madame le Procureur...

Écrit par : charles | 28/02/2010

populaire
adj. populaire (lat. popularis, de populus, peuple)
1. Qui appartient au peuple; qui concerne le peuple: Le bon sens populaire. L'art populaire.
2. Qui s'adresse au peuple, au public le plus nombreux: La littérature populaire.
3. Connu et aimé du plus grand nombre: Un sportif très populaire. Cette loi n'est pas très populaire (impopulaire).
4. Se dit d'un mot ou d'une expression courants dans la langue parlée, mais considérés comme choquants dans un écrit ou dans une communication orale plus formelle.
5. En linguistique, se dit d'une forme qui résulte d'une évolution phonétique et non d'un emprunt (par opp. à savant): " Livrer ", qui vient du latin " liberare ", est une forme populaire, alors que " libérer " est une forme savante (= ces deux mots sont des doublets).

On n'a que l'embarras du choix ! ajouté aux autres distillées par jean-philippe...

Mais , dans le cas qui nous occupe le Parti Populaire !

En voulant un parti national uni , il fallait trouver à mon avis les mêmes initiales et bingo ,pp=parti populaire en français et personen partij en nl
En ce qui concerne les personnalités qui le compose, à leur naissance ils étaient tous enfants du peuple et ce qu'ils sont devenus après relève de la sphère privée
A ce jour , la base est composée de tout: du chef d'entreprise au...chômeur hé oui , il y en a.. donc , je pense qu'il y a suffisamment de mixité sociale que pour pouvoir dire que le terme populaire n'est pas usurpé
Le programme/manifeste bien qu'étant fondé sur une idéologie droitière n'est pas focalisé sur une corporation(poujadisme)se voulant simple et non simpliste pour être facilement compris par n'importe quel quidam et répond parfaitement (dans son ensemble) aux aspirations populaires/populistes
il reste maintenant à ce même peuple, le choix de participer ou non dans la suite du projet en construction... que se soit de l'intérieur du parti en tant que membre effectif ou de l'extérieur comme sympathisant , toute aide intellectuelle sera la bienvenue ainsi la critique constructive

Écrit par : jacques legrand | 28/02/2010

Je suis d'accord avec toi, le terme populaire est peut-être inapproprié. Mais pourquoi pas, dès lors que le parti de Di Rupo ose bien s'autoproclamer progressiste.
Cela dit, ce qui m'a dérangée le plus dans leurs petits speeches, c'est l'importance prépondérante accordée au sécuritaire. Mais bon, je ne cracherai pas dans la soupe, ni dans le mousseux tiède, cette soirée m'a malgré tout, redonné quelques espoirs dans l'avenir de not pitite patreye.

Écrit par : isis | 28/02/2010

bein chacun son crédo..dirupo parle de bain de sang social..des travailleurs...jojo mascara: de sa multiculturalité..jean-mi :le réchauffement climatique et reynders: toujours quelqu'un sur qui taper sans jamais se remettre en cause et modri: sécurité..
pour le premier , nous sommes en plein dedans et n'en parle plus
la seconde nage dedans et s'attire les foudres et voles de bois verts à tous vents
pour le troisième , le réchauffement est un couac et (re)pose question après copenhague
didjié se dit qu'après tout , la meilleure façon d'appauvrir le concurrent , c'est lui piquer ses idées et son image..
MM lui surfe sur un créneau où on sait difficilement lui donner tort mais faut pas non plus en faire une fixation puisque ceux en place réagissent(enfin)..c'était peut-être le but et ça rassure quand même..
un peu comme quand on aura bouché les trous...sur les routes et dans les caisses..ahah

Écrit par : jacques legrand | 28/02/2010

je vois que je vous ai inoculé le virus de l'étymologie ;0) c'est déjà ça de pris, hein.
Bien sûr que les initiales identiques en fr/fl ont joué.

Écrit par : pamina | 28/02/2010

Et bien moi j'aime bien ce conte ou Mère-Grand déguisée en chaperon rouge se rend dans l'antre du loup !

Écrit par : dopey | 01/03/2010

mais c'est pas un conte... lolllll

Écrit par : pamina | 01/03/2010

ah oui c'est vrai, il manque "il était une fois" au début...dommage...moi j'ai bien les histoires qui commencent par "il était une fois"...déformation professionelle sans doute...

Écrit par : dopey | 01/03/2010

j'y songerai.
Au fait ça pourrait être mon premier billet sponsorisé LOLLLLLLLLLLLLLL
(je plaisante). Quoique. lolll

Écrit par : pamina | 01/03/2010

Même que le Petit Chaperon Rouge a peut-être joué au Petit Poucet :
Extrait Facebook du PP :
" Pascal Uccello Lors du rangement de la salle hier matin, nous avons trouvé une paire de lunettes rouges. La ou le propriétaire de celles-ci peut prendre contact avec Daniel Demesse car c'est lui qui les possède!"

Écrit par : isis | 01/03/2010

nan, mère grand ne porte pas (encore) de lunettes. tu fréquentes les forums du PP toi... lollllll

Écrit par : pamina | 01/03/2010

et il n'aurait pas trouvé de dentier le Pascal ?

Écrit par : dopey | 01/03/2010

oh la vache lolllllll

Écrit par : pamina | 01/03/2010

bonjour tout le monde

après les folies du week-end ! commencées par le meeting du PP vendredi soir à lidje(hé valet) et terminées par une tempête ce dimanche , le train train habituel reprend ses droits...au faite , oserions nous prétendre à une tempête PP sur la politique ou qui sème le vent récolte la tempête(ça pam tu vas aimer !) en tous les cas , la critique médiatique commence doucement à prendre conscience qu'un nouveau parti est né et que l'amalgame avec l'extrême droite n'est plus permise..ouf
Pour ceux/celle(s) qui n'auraient pas encore feuilletés les gazettes , voici le titre de la libre : "Gare au MR : voilà le PP !", par Frédéric Chardon, mis en ligne le 01/03/2010

http://www.lalibre.be/actu/gazette-de-liege/article/565942/gare-au-mr-voila-le-pp.html

Écrit par : jacques legrand | 01/03/2010

Pamina, j'ai été ravi de vider mon mousseux tiède en ta compagnie ! Ravi surtout de te rencontrer en chair et en os, le tout enrobé de rouge élégant ! Non, je n'essaie pas de te convaincre d'adhérer au PP, et je ne le ferai jamais. Que du contraire, et ceci pour une bonne raison, qui est la même, du reste, qui me fait garder amitié et contact avec Olivier Baum : lorsqu'on franchi la ligne et qu'on se lance dans un parti, on court le risque de s'emballer très vite, surtout avec des leaders carismatiques. Et, donc, on a besoin d'être entouré d'esprits critiques, neutres, qui peuvent servir a se repositionner dans le droit chemin, en évitant une possible déviance (que tout le monde attend, concernant le PP).

C'est pourquoi, au contraire de Jean-Philippe, je ne commenterai pas ton écrit, je me contente de le lire et de l'analyser. Je t'ai expliqué que je me suis investi dans la responsabilité et le coaching des groupes de travail qui sont en charge de l'élaboration du programme. Et j'ai compris le message : au prochain meeting, il faut parler de mesures concrètes, expliquer ce qu'on va faire sur le terrain. Capito, recorded.

Mais il y a néanmoins une chose sur laquelle je ne suis pas du tout d'accord avec toi, concernant cette soirée, somme toute très sympa : j'étais en jean's... ;-)

Écrit par : Christian | 02/03/2010

Ben oui, moi aussi j'ai trouvé Pamina un peu sévère vis-à-vis du look des sympathisants présents au meeting (même si sa comparaison Strelli-
Wibra m'a fait mourir de rire et la jupe de Madame Modrikamen baver d'envie).
Est-ce qu'il viendrait à l'idée de quelqu'un de prétendre que le bloc de Pamina est snob et élitiste sous prétexte qu'elle y cite plus volontiers Marcel Proust que Barbara Cartland? ;-)))

Écrit par : isis | 02/03/2010

et je n'ai pas dit que l'assemblée était snob, ni madame Modrikammen (dont j'ai admiré la ligne autant que la jupe -sûr, elle n'a pas la carrure de Michelle Obama ;0))! Mais rogntudju vous faites de l'interprétation! Au contraire, je plaide pour une droite assumée, sans complexe, sans honte, sans arrogance et sans mépris; et puis je deteste Proust, que je trouve snob, na. Par contre c'est vrai que Cartland, bof...
Là, je redéguste un Steinbeck ahhhhhhhh. J'aime ça autant que Star wars, ou Dona summer, tiens.

Écrit par : pamina | 02/03/2010

et moi je viens de terminer le premier bbq de l'année ! et oui , un thermomètre frisant les 20°(au soleil) à 14h30 sur une terrasse plein sud........ma femme et moi, complices de toujours , jetâmes un regard malicieux vers une architecture style contemporain , faîte de briques et de brocs (de pierres)c'était notre kioukiou..d'un signe ostentatoire de la tête , il ne me restait plus qu'à allumer l'antre de si nombreuses orgies gargantuesques...le décor était planté , nous allions inaugurer le premier barbeuque de l'année
menu du jour: brochettes de scampi à l'asiatique(un vrai délice)suivi de sardines à la plancha , le tout arrosé d'un bordeaux rosé clairet..quel tabac les ami(e)s quel tabac...heu il fera comment demain car une bonne entrecôte ne me déplairait pas...un vrai menu populaire quoi !

Écrit par : jacques legrand | 02/03/2010

DU BOUDIN, DU BOUDIN... DU PEKET, DU PEKET... et de la bièèèèèèèèèère!

Écrit par : pamina | 02/03/2010

et puis, je m'en fiche, y'a personne de plus populo que moi, je suis petite-fille d'un sous-prolétaire. Et j'en suis fière. NA.

Écrit par : pamina | 02/03/2010

ah du boudin compote..précédé de cailles à la liégeoise ..flambées au pêket...la décrassante étant réservée après l'ingestion de toutes les mixtures qui précèdent

Écrit par : jacques legrand | 02/03/2010

"Au contraire, je plaide pour une droite assumée, sans complexe, sans honte, sans arrogance et sans mépris"

Je l'avais bien compris, c'était juste histoire de gentiment te taquiner.

Écrit par : isis | 04/03/2010

Les commentaires sont fermés.