Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

16/02/2010

Un linceul blanc

IMG_0312_2.JPGCertains twitto-blogueurs (@xaviereco, @Chaos_Theory_Be ) posaient ce matin la question: les réactions des internautes rapport aux événements de Hal et à leur traitement médiatique (et politique) sont-elles différentes des téléspectateurs? Oui. Est-ce le signe d’une consommation plus critique, parce que plus interactive? Peut-être. Est-ce lié à la pratique du web 2.0, ou bien les réseaux rassemblent-ils sociologiquement des gens de sensibilité et de culture proche? Difficile, sans étude approfondie, d’apporter réponse à ce questionnement serré. Mais revenons à ce qui l’a motivé.

Les premières images de la catastrophe ferroviaire, rappellons-le, ont été “twittées” par @cedric, et reprises peu après par LLB et Le Soir. Les infos ont couru sur la twittosphère –et ont été critiquées, c’est à dire évaluée quant à leur crédibilité par les twitters aux-mêmes, avant de se retrouver, étoffées ou diluées, dans les médias traditionnels. Dans la foulée, un journaliste-twitter-blogueur félicitait ses confrères d’avoir ainsi été “les premiers sur la balle”. Ses propos soulevaient un tollé de réactions, à mon sens immérité. On peut faire crédit à ce journaliste de son usuelle correction, de sa pondération: l’expression dans le contexte est malheureuse, certes, mais il faut cesser cette inquisition des mots qui guette le faux pas, et le monte en épingle. J’avais développé ce problème déjà.

Je serais moins indulgente quant au traitement de l’information par les chaînes TV.


Il fallait, c’était clair, “faire” du temps d’antenne –en jargon journalistique on dit “meubler une édition spéciale”. D’où, après la redondance des images en boucle, les interviews insignifiantes de témoins distants ou absents au moment du drame: “avez-vous trouvé des morceaux de train dans votre jardin? Oui, j’ai trouvé du caoutchouc des portes, des boulons...”. La palme du mauvais goût revenant sans doute aucun à Annick Capelle, de la RTBF, qui “cuisinait “ un responsable de la Croix-rouge pour connaître le détail des blessures, et s’il était vrai que l’on ait évacué quelqu’un “avec la hanche ouverte”. Il y a des limites à l’inanité et d’autres à l’indécence.

L’interrogatoire des “spécialistes” a paru tout aussi vain: en l’état, on ne sait s’il y a eu erreur humaine (mais on a compris de toute façon que ce serait la faute des horaires, de la surcharge de travail, de la formation, du défaut d’investissement, donc de la SNCB), ou technique (donc, de la SNCB). Reviendra-t-on sur le sujet s’il s’avère qu’il y a bien eu transgression d’un signal? Oui, parce qu’il faut investir dans des systèmes automatiques pour pallier les négligences. Est-il si difficile, parfois, d’accepter l’erreur, voire la faute, comme part inhérente de notre humaine condition, comme composante de nos actions aussi?

Enfin, quant au tourisme-catastrophe et micros-rail (à défaut de trottoir) des politiques, je les trouve totalement déplacés. Qu’avons nous en l’occurrence à faire de l’avis du ministre des finances ou du logement (e.a.)? Certes il ne faut point les empêcher de manifester leur sympathie aux victimes; mais pour que celle-ci soit moins suspecte, que les medias se tiennent donc à distance, et respectent pudiquement l’expression de leur compassion. De surcroît, si celle-ci pouvait se manifester en dehors de leur temps de travail (de gouvernance), elle aurait d’autant plus de prix, je trouve. Quelqu’un expliquera-t-il à ces éminences la différence entre “représenter”, au sens démocratique du terme, et “faire de la représentation”, ce que l’on peut laisser à des acteurs plus talentueux? Ce qui est vrai dans le registre comédie (cfr Daerden), l’est aussi dans celui des drames. Hélas.

Les événements de hier sont tragiques. Tragiquement accidentels. Comme tels, ils peuvent être relatés. Rien de plus. Le reste n’est que verbiage. Il ne peut, en l’état, y avoir davantage de contenu informationnel, d’apport signifiant à ce fait divers dramatique. Juste, du voyeurisme, du sensationnalisme, de l’émocratie -que d’aucuns espèrent porteurs d’audimat. Et c’est cela qui est choquant. Et c’est cela qui a provoqué réaction dans une part de la twittosphère, et débouché sur un geste salutaire: appuyer le bouton off sur la télécommande, laisser l’écran noir.

Des gens sont morts, des familles sont en deuil. La vie est injuste et absurde parfois. Peut-on simplement l’acter, se recueillir un instant, ailleurs que dans le brouhaha médiatique? Peut-on sur le chagrin, la perte, la rupture, le bouleversement des vies, laisser tomber un linceul de silence? Le silence n’est pas l’oubli. Il est l’assentiment à des choses inexorables. Comme la vie. Et comme la mort.

Condoléances sincère aux familles.

IMG_0312_2.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Bel article, Pamina, tout en nuance.

Je n'avais pas envie de commenter cet événement. Ton article m'y invite.

Difficile de rester correct dans ce genre de circonstances. J'ajouterai à tes exemples le jugement de certains sur ceux qui "s'inquiétaient de la manière de revenir de Paris", par rapport aux 18 morts.

Au risque de paraître insensible, ce que je ne suis pas, l'émotion ne doit pas oblitérer le sens critique.

18 morts, ce sont 18 morts de trop. La somme de désarroi et de tristesse est énorme et difficile à supporter.

Nous devrions alors chaque semaine montrer les mêmes sentiments pour les tués de la route en Belgique, chaque seconde pour les morts de faim dans le monde.

Pour quelle raison le pays est-il traumatisé? Parce que ce sont 18 personnes qui sont arrachés aux leurs en un instant? Quelle est la différence pour ceux qui souffrent?

Parce que l'accident nous semble insupportable? La plupart des accidents de la route le sont tout autant. Les morts de faim tous les jours aussi.

Le choc des photos? Bien sûr, elles sont impressionnantes. Mais avons-nous besoin de photos pour montrer de l'empathie, voire de la sympathie?

Je me pose, sincèrement, la question. Suis-je manipulé par les médias (Internet compris)? Comme on ne parle que de ça, je dois aussi ne penser qu'à ça?

Et je reviens alors à ton analyse. Les médias jouent-ils leur rôle? Quelle est l'objectif qu'ils doivent poursuivre?

Informer? 5 lignes ou 2 minutes d'antenne auraient alors suffi.

Doivent-ils rassurer et diminuer le traumatisme de la population? J'ai plutôt l'impression qu'ils l'augmentent.

L'Audimat? Je peux comprendre pour les chaînes privées, mais la chaîne publique?

La vraie information sera de chercher les causes réelles. Parce que les responsabilités existent. Ce n'est pas une fatalité. Et veiller à ce que les responsabilités soient établies.

J'espère que ce sera fait...

Écrit par : xavier | 16/02/2010

cet accident me laisse dubitatif. Pas tant par ses causes que par la manière dont il a été traité médiatiquement.
Je comprends l'importance pour les télés d'attirer le chaland mais quand j'ai entendu hier la journaliste de la rtbf demander au représentant de la croix rouge s'il était exact qu'on avait vu passer des blessés la hanche ouverte et d'autres avec les doigts coupés, j'en suis resté baba. Est ce que c'est traiter l'info que de diffuser ainsi de telles informations? D'ailleurs le représentant de la croix rouge était outré. Plus tard on a interrogé la porte parole de la sncb sur sa "version" de l'accident. Elle est jeune et aurait mieux fait de se taire. Une enquête est en cours pour le moment.Idem pour l'administrateur délégué d'infrabel qui claironne à tour de bras que le frein automatique aurait permis d'éviter la catastrophe.

Bon sang, en attendant, il rejette la responsabilité de l'accident sur un seul conducteur. C'est à tout le moins imprudent. Et impudent de la part des jornalistes de demander cela.

Écrit par : hughes_capet | 16/02/2010

comme quoi il n'y a pas que les twitteurs qui réagissent: aussi les facebookeurs et forumeurs ;0) -Pour la journaliste RTBF, j'ai proposé de lui conférer le prix "Hyène". Le prix "Chacal" irait à Kris Peeters (qui veut emporter le morceau du drame national en Flandre). Le prix "vautour" attribué collectivement aux condoléants ministres, évoquant par leur nombre le vol noir des corbeaux sur nos plaines

Écrit par : pamina | 16/02/2010

Hello Pamina,

Petites précisions sur ce que je ne jugeais pas très approprié...

-Que les télévisions foncent sur place pour donner l'info, très bien. Normal, évident.
-Qu'une sorte de triomphalisme malsain consistant à dire: "on est les premiers" sur twitter en est une autre. Puis le "concours" entre les différentes télés sur twitter: "on fait une édition sépciale" "on a les images " etc... plus que moyen. Pourtant, je connais les personnes en question et les apprécie. Je ne trouvais pas approprié cette attitude.

-Que les twitteristes s'offusquent que l'on reprenne photos de @cdrik: plus que moyen surtout que les mises à jours se succédaient pour donner la source. C'était un micro non événement comparé à la catastrophe.

-le comportement des médias tout au long de la journée: indécent et ne respectant pas les règles de base de leur métier: croiser et vérifier l'information. Le nombre des morts passait son temps à varier. C'était à qui annoncerait le plus de morts. Nous sommes passé de 1 mort à 25 morts tout au long de la journée avec des variations à 10, 15, 20 etc. Non, dans l'expectative et vu le travail en cours, on ne doit pas avoir honte de dire: nous ne savons pas. Le décompte n'est pas confirmé, on attend la fin des opérations et le chiffre officiel pour donner un chiffre. Comme ce fut d'ailleurs le cas à Liège.

-les médias ne sont pas seuls en cause. La gestion de crise et la communication de crise des responsables des autorités n'étaient pas à la hauteur. Il fallait 1 point central qui aurait du etre la seule source autorisée. Tous les autres devaient se taire et rediriger les médias vers lui.

-les JT du soir fait de sensationnalisme malsain et de remplissage inutile.

Je n'ai pas le sentiment d'une guerre entre 2.0 et 1.0, pas du tout. Seulement, le 2.0 a permis à une certaine frange de la population de pouvoir exprimer son opinion sans être filtrée. Je pense qu'en d'autres temps, cette même indignation existait, elle était juste "filtrée".

Écrit par : Chaos Theory | 16/02/2010

Qu'auriez-vous préféré, Pamina ? Que les médias se contentent d'un bref "accident de train à Hal : 18 morts", avant de passer aux résultats des JO ?

La télévision (je parle de ce que je connais), c'est un flux. Lorsqu'on entame une édition spéciale, on la mène jusqu'au bout. A l'antenne, vous ne voyez qu'un présentateur et un journaliste en duplex. Mais il y a derrière eux une équipe entière, plusieurs binômes : journalistes, caméramen, chef(s) info, techniciens, scriptes, régie, etc.

Dans ce cas-ci, une édition spéciale se justifiait. Point. De nombreuses télés étrangères ont d'ailleurs embrayé ; lorsqu'on s'appelle RTL ou RTBF, on doit montrer l'exemple, parce que ça se passe chez nous. L'info était "forte", elle a été relayée par les principaux médias du monde entier... comme, du reste, l'explosion de Liège.

Mais comme la télé est un flux, il faut pouvoir "meubler", occuper du temps d'antenne, improviser aussi parfois, c'est vrai, parce qu'un moment comme celui-là ne peut pas donner lieu à des temps morts.

Aurions-nous attendu, tout sereinement, l'heure "officielle" du JT ? On nous l'aurait reproché.
Aurions-nous diffusé de la pub entre deux interventions en direct ? On nous l'aurait reproché.

Bien calé derrière son clavier, le twitter-blogueur-internaute aura toujours une longueur d'avance sur la vingtaine de journalistes-cameramen-techniciens qui, eux, doivent tout laisser tomber pour se précipiter vers Buizingen. Untel était peut-être à Binche pour les préparatifs du carnaval ; Telautre était peut-être à Bruxelles pour obtenir la réaction d'une personnalité politique,...

Pendant que ces équipes se ruent vers le lieu du drame sans trop bien savoir encore ce qui les attend sur place, le twitter-blogueur-internaute, lui, reste calé devant son écran et reçoit les premières images, les dernières infos, les derniers bilans. Il est au courant avant les autres, c'est bien normal, il est connecté au flux. Mais le téléspectateur, lui, celui qui n'est pas devant forcément son ordinateur, allume la télé et attend les premières images, les dernières infos, les derniers bilans.

Toutes les équipes sont en place ? Le reporter ? Le caméraman ? Le car satellite ? Le présentateur fraîchement maquillé, avec le chef info qui hurle dans l'oreillette ? Eh bien, on prend l'antenne. Parce que, comme les autres médias qui sont allés plus vite (Internet, les blogs, Twitter et... la radio), la TV aussi se met en branle. En retard, certes, mais elle bouscule tout sur son passage. Le pouvoir de l'image est ainsi fait. Celui du direct aussi. Et comme il faut "meubler" parce qu'on n'a pas le choix (la pub, les séries américaines, je vous le répète, ce serait malvenu), on invite qui on peut. On invite ceux qui passent, ceux qui sont là les premiers. Bien sûr, c'est l'émotion qui l'emporte, mais que voulez-vous dire d'autre à cet instant ? On ignore les causes, les faits et les bilans, mais on est là.

Le rôle de la télé, à ce moment, c'est de dire "on est là aussi". Moi, je n'y étais pas. Mais j'étais heureux, sincèrement heureux, depuis mon clavier, de voir mes collègues arriver sur place pour couvrir cet événement hors du commun. Pas que je n'aie pas confiance dans les blogs, les sites ou les réseaux sociaux (vous me connaissez), mais simplement j'étais sûr d'enfin "vivre" la catastrophe en direct.

Les premières heures qui suivent un accident comme celui de Hal sont emplies d'émotion pure, de témoignages, de couacs et d'hypothèses. Il arrive à tout le monde de faillir. Sur Twitter, sur Facebook, sur RTL ou sur la RTBF. On peut compter sur des blogs comme le vôtre pour s'attarder sur les erreurs commises par chacun, et c'est heureux. Car la télé, la radio, les journaux, sont déjà passés à autre chose. Le flux continue...

Écrit par : Ludovic | 16/02/2010

Bonjour Ludovic. La question est en amont, je crois, et la balance, au milieu: une annonce en "dépêche" est bien sûr insuffisante; mais une "émission spéciale" qui traîne sur des heures et qui est "à meubler" n'a pas de sens, parce que l'accidentel, précisément, est vide de sens. On ne peut poser que des questions circonstancielles (comment, quelle heure, combien de victimes, dans quel état). En sachant que l'on n'aura les données définitives que des jours, voire des semaines plus tard, poser la question des responsabilité est malhonnête intellectuellement. C'est du faux journalisme.
Le vrai journalisme, c'est, en lisant LLB de ce matin, rapport au dépassement des feux rouge en augmentation, de poser la question du pourquoi; car il s'agit là d'erreurs, de fautes humaines réitérées. A ce nombre on n'est plus dans l'accidentel. Alors, cherchez le pourquoi. Et trouvez d'autres réponses que la surcharge des horaires, parce que nous bossons tous, certains drôlement plus que 8h, et ne franchissons pas de feux rouges dans des systèmes de circulation autrement complexes. La sécurisation des lignes joue-t-elle paradoxalement le rôle de déresponsabilisation des conducteurs? Le type de sanction, -mise à pied sans perte de salaire- est-il approprié? Le reclassement des fautifs réitérés dans le personnel sncb m'interpelle. Rassurez-moi, dites-moi qu'il n'y a jamais eu d'arrangement à ce sujet, de gars qui en avait marre des horaires à pause ou du w-e et qui trouvait ce raccourci pour changer de job? Si on veut comprendre ce qui s'est passé, ce n'est pas en posant la question stupide "était-ce évitable"? mais en entrant dans la logique de tels accidents. Le drame est arrivé, un conducteur est mort. Il a peut-être été distrait, il a peut-être connu un moment de défaillance, avait mal a la tête ou une crampe de faim, ou il pensait à sa copine on ne saura jamais. Mais que 80 feux rouges soient grillés par an sur les rails, ce n'est plus un fait divers. j'ose esperer que ce n'est pas lié, là comme en tant d'autres domaines en Belgique, à l'estompement de la norme. Je vous renvoie à un billet connexe du mois de mars dernier, qui traitait précisément du franchissement de barrière: http://lebiencommun.blogs.lalibre.be/archive/2009/03/31/le-choc-des-photos-sans-le-poids-des-mots.html

Écrit par : pamina | 17/02/2010

Ludovic,
je ne discute pas la nécessité pour les médias de couvrir une catastrophe ni ne remets en cause l'énorme mécanique qu'il faut pour couvrir un événement tel que celui-là.
Nonobstant...je me pose quelques questions :
Est-il nécessaire de poser n'importe quelle question à n'importe qui sur n'importe quel sujet pour "meubler" une édition spéciale ?
Est-il indispensable de pousser au plus émotif pour que le sujet soit "bon" ? (vous les avez entendu crier ? longtemps ? ils disaient "hulp" ou "au secours" ? , j'exagère, mais si peu).
Les journalistes sont-ils conscients de l'impact des propos qu'ils font tenir sous le coup de l'émotion aux personnes qu'ils interviewent en "direct live depuis Buizingen" à une heure de grande écoute ? Il a fallu des semaines de procès pour établir les responsabilités de Ghislenghien, des mois pour y voir à moitié clair dans l'affaire Dutroux, et on en sait toujours pas aujourd'hui pourquoi on a tué André Cools ou qui étaient les tueurs du Brabant wallon. Pour l'accident, pas de problème, on avait le coupable à 20h30.

Ca, ca me dérange.

Écrit par : hughes_capet | 17/02/2010

Merci Ludovic de recadrer.

Précaution liminaire utile: je n'ai pas de télé et cela démontre à suffisance que je ne fais pas partie de la cible. De plus, j'ai un avis partiel (et peut-être partial).

J'avais un peu oublié que les journalistes sont des hommes et des femmes. Je peux m'imaginer ce qu'ils doivent vivre. Comme tu dis, ces journalistes avaient préparé leurs questions à poser au motard qui filme ses propres excès de vitesse, et en chemin on les envoie au feu. Ils ne savent pas ce qu'il vont trouver. Ils ne sont pas préparés.

C'est vrai aussi que lancer une pub sur du chocolat aurait été incongru.

Je peux comprendre que les télés offrent au public ce qu'il attend. C'est peut-être là le problème.

Forte émotion, le mot est faible. Le rôle de la télé est-il alors d'augmenter cette émotion? Faire parler les victimes, c'est bon pour eux, certes. Mais les journalistes ont-ils une formation sur les questions à poser, sur la manière de les poser? Les rares extraits que j'ai vus me donnent l'impression que non. Mais c'est clair que je n'aurais pas fait mieux.

"Interroger ceux qui passent pour meubler"? Bien sûr. Mais les politiques devraient eux aussi apprendre ce qu'ils doivent dire dans de telles conditions. Dans cette émotion, on ne contrôle plus ce que l'on dit et les réactions exacerbées des spectateurs sont tout aussi incontrôlées. Voir par exemple l'interprétation, à mon avis abusive, du politique qui transmet son émotion pour la Communauté dont il est responsable ou les réactions tout aussi exagérées aux informations factuelles sur les origines des trains.

Allez-vous avoir un débriefing? J'espère de tout mon coeur que plus aucune catastrophe n'aura lieu chez nous, mais c'est illusoire. Peut-être faut-il préparer ce genre d'événement, comme les décès de grands hommes sont déjà "presque tout à fait en boîte et montée" de leur vivant?

Peut-être faut-il aussi mieux réfléchir aux infos utiles? Je n'ai regardé qu'un flash spécial en ligne, et ai été abasourdi quand le journaliste a dit à la fin "je vais tout de même rappeler les numéros d'urgence". Faudrait peut-être à l'avenir les diffuser en continu. Et répéter plus souvent ce qu'il faut faire si l'on craint que l'un de ses proches était dans ce train. Aussi rappeler les besoins urgents, sang, transports peut-être. Rassurer les gens aussi. Je me rappelle le travail que j'ai dû faire avec mon fils le 11 septembre parce que les télé avaient diffusé en boucle les images des chocs mais aussi des personnes qui se jetaient des étages.

Choisir les images aussi. Est-ce utile d'augmenter les émotions?

Mais je répète, je comprends le désarroi des journalistes devant l'insupportable. Les questions sordides qu'ils ont posées sont parfois les questions de monsieur tout le monde. pour exorciser sa peur. Mais doivent-elles être posées en public devant des milliers de téléspectateurs?

Je crois donc que c'est une leçon de plus à tirer de cet événement tragique

Écrit par : Xaviereco | 17/02/2010

la course à l'audimat n'a plus de limites...ni journalistique, ni politique..A ce stade ce n'est ni le présentateur ni le m'as tu vu qui doit poser des diagnostiques sur les causes de l'accident , il y a des experts qui "en principe" diront après..un certain temps ,la deuxième cause de ce dramatique accident
La première étant sans discussion que nos"responsables" n'ont tirés aucuns enseignements du premier drame...comment peut-on encore venir nous seriner "manque de moyens.."alors que nous disposons de 55 ministres , 5/6 gouvernements,3/4 régions ,150/200 élus par le peuple et oui...
Ce pays est mérulé par la particratie à tous les niveaux de pouvoir où plus personne n'est responsable de rien..maintenant vous savez que vous avez 18..20...25 !! morts en plus sur votre conscience mais , en avez vous encore une?

Écrit par : jacques legrand | 17/02/2010

tiens, la jolie expression.... mérulé par la particratie... ça fait moins pourri que gangrène, qui sonne "populiste", mais ça dit bien ce que ça veut dire: on a encore l'impression d'avoir charpente et structure, mais au fond tout est vermoulu et tombe en poussière. une poussière contaminante, en plus. Gare aux spores. Fin de la maison Belgique?

Écrit par : pamina | 17/02/2010

Sur ce dernier point, j'en suis persuadé : La Belgique est moribonde.
Quant à savoir ce qui va lu succéder ? la Republiek Vlaanderen, sans doute, mais pour le reste : une Belgiqueke unissant Wallonie et Bruxelles, un rattachement à la France des provinces du sud ? un destin européen pour Bruxelles ? une dom-tomisation ?
Bien malin qui pourra le dire.

Écrit par : hughes_capet | 17/02/2010

Une Belgiqueke.... concept intéressant lollll.

Écrit par : pamina | 17/02/2010

le monde bouge , la terre tourne , les consciences se réveillent..ce qui apparaît évident aujourd'hui , ne l'est plus nécessairement demain ou après car le facteur évènement fait que la vérité d'un jour n'est pas nécessairement celle du lendemain..je ne perçois plus maintenant l'arrogance qu'avait la Flandre hier car le mythe d'une nation supérieure s'est effondré comme un château de cartes sous les coups de boutoirs de la crise économique et , l'ouragan opel leur aura peut-être fait comprendre , qu'on est peu de chose sur cette terre

Écrit par : jacques legrand | 17/02/2010

http://www.partipopulaire.be/pp/

Vous êtes bien gentils, et je vous aime tous !!!! Mais comme je le disais ici il y a quelques mois, le temps n'est plus aux palabres mais l'action est urgente devant tant d'incurie de nos politiciens et du système. Je sais, vous me répondrez que le PP n'a pas encore fait ses preuves etc, etc, etc..... Mais il vaut mieux s'engager dans une voie utopique (et peut-être naïve) et espérer que de rester à discourir. L'action est libératrice, c'est pourquoi je vous engage à participer au renouveau du système en adhérant au PP; nous recherchons d'ailleurs des femmes déterminées.... Les hommes sont les bienvenus également mais nous manquons d'esprits féminins. A bientôt j'espère pour mettre en pratique vos idées et vos discours.

Écrit par : HUPEZ | 19/02/2010

Encore faudrait-il que je sois convaincue que le PP représente un "renouveau du système". Le fait que s'y trouve le sieur Aernoudt, dont les pirouettes lidéennes me sont restées au travers de la gorge, hypothèque déjà la chose.
De toute façon le terme "adhérer" me pose toujours problème ;0) J'aime savoir à qui je me colle étroitement.

Écrit par : pamina | 19/02/2010

bonjour la compagnie

je pense que pamina a raison , pour adhérer , il faut être convaincu(e)...je suis bien resté moi 2 1/2 mois dans la question: j'y vais ou j'y vais pas !..le déclic fut , les attaques en règles du MR principalement... comme à sa mauvaise habitude, d'autant que ses membres élus ne se gênaient pas de reprendre les idées du manifeste PP pour les lancer dans la presse et que de l'autre , on les traitaient de simplistes et populistes....mon choix était fait car si l'on dénigre qq chose tout en les reprenant à son compte , c'est que c'est bon !
d'où, lorsqu'on présente un programme dans ce sens c'est qu'on est capable de figurer sur l'échiquier politique...c'est aussi simple que ça...en ce qui concerne RA , tout le monde a remarqué sa grande discrétion et c'est tant mieux , qu'il mette en route un bon programme , là , je crois que tout le monde reconnaîtra sa qualité et son excellence

Écrit par : jacques legrand | 19/02/2010

ben moi je ne suis pas gentil et a priori je n'aime pas tout le monde.
Militer, je l'ai fait un certain nombre d'années avec enthousiasme, naïveté et bonne volonté. Disons que j'ai plutôt eu l'impression d'être un idiot utile, une bonne poire voire un nigaud.
Donc, je ne meurs pas d'envie d'y retourner comme en 14.
Il y a des choses intéressantes dans le programme du PP, ne serait-ce que parce qu'il se présente comme un parti de droite décomplexé. Et puis il occupe l'espace libre,dans le champ politique entre le MR et le FN (ou ce qu'il en reste).
Ceci mis à part, ben faudra attendre pour voir ce qu'il a dans le ventre. J'aimerais surtout qu'il nous montre en quoi il est structurellement différent des autres partis politiques.

Et puis, engagez-vous, qu'ils disaient, rengagez-vous, qu'ils disaient, vous verrez du pays qu'ils disaient...
N'oublions pas qu'un intellectuel engagé, c'est surtout un intellectuel qui marche au pas.

Écrit par : hughes_capet | 19/02/2010

C'est bien ce que je disais, je vous aime tous et respecte votre choix de rester au balcon à discourir comme les petits vieux du Muppets show, mais vous allez finir par faire rigoler vous aussi ! PASSEZ A L'ACTION OU VOS DISCOURS NE VOUDRONT PLUS RIEN DIRE.
Maintenant, je sais, nous sommes en hiver et il fait chaud sur ce blog..... Vous ne sortez que par beau temps? La tempête fait rage et nous avons besoin de toute les bonnes volonté.

Écrit par : HUPEZ | 20/02/2010

Hé hé hé, j'ai toujours été taquin ! Néanmoins la forme n'enlève rien au fonds...... HO LA, réveillez-vous les marmottes.... Où alors vous avez trop à perdre peut-être? Ceci est un véritable questionnement. Sans rire je vous assure.

Écrit par : HUPEZ | 20/02/2010

@ hughes

je suis loin(très) loin d'être un intellectuel et en vieillissant , je suis plutôt devenu un baroudeur..celui des causes " dites perdues" ..un peu comme dans un match de foot où l'où vous donne battu d'avance...mais comme dans tout, si l'on veut émerger , faut le faire d'abord avec ses tripes plutôt que de te poser 10.000 fois la même question: comment faire pour éviter la défaite et l'humiliation
Où , je rejoins entièrement hupez c'est l'appel à une mobilisation d'idées , de pistes pour sortir concrètement du bourbier belgium rester au balcon et critiquer c'est se conforter dans l'inéluctable défaite et dans la soumission

Écrit par : jacques legrand | 20/02/2010

Voulez-vous mettre fin à la walbanie par l'instauration "d'autre chose"?

Écrit par : HUPEZ | 20/02/2010

ca dépend par quoi.
Vous croyez que les révolutionnaires russes qui posaient des bombes contre le régime tsariste avaient envie de voir les Romanov remplacés par Staline ? Pour ma part remplacer une dynastie par une autre ne me tente pas plus que cela.
Donc, je repose ma question : en quoi le PP est-il strucurellement différent dans ses buts, ses comportements, sa philosphie des autres partis politiques ? J'avoue que ca ne me saute pas immédiatement aux yeux, à part une envie de "pousse-toi de là que je m'y mette".
(moi aussi, je peux être taquin).

Écrit par : hughes_capet | 20/02/2010

@HUPEZ: j'apprécie modérément et cet humour et ce jugement. De plus c'est le propre des troupiers de s'imaginer gagner la guerre, alors qu'ils sont des pions déplacés par quelques stratège loin du feu. Aisément vendu d'ailleurs: ex le passage (express) de Lidé au MR pour un siège de député européen par le regrettable ms non regretté R.A.
Je me souviens d'appels du pied, chez Lidé encore, pour "faire des réunions tupperware". J'entends un peu la même chose chez vous. il se trouve que je ne suis pas convaincue de la qualité du produit, de sa radicale différence avec le reste du bazar ambiant. Si j'avais eu quelque chose à partager, et avec plaisir, ç'aurait été avant le "programme imposé". Participer au design du tupperware, en somme; Mais là, le moule est fait et on lance le produit de série. Bof. je ne lui trouve aucune originalité. A tester, peut-être. Pourquoi pas. Mais de là à en faire la promotion...
Suis un peu fatiguée aussi de me faire traiter de planquée du clavier; quand vous aurez dépensé autant d'énergie à coller des affiches que celle que j'ai donnée pour monter la Belgosphère, qui visait à ouvrir le débat au pluralisme d'expression que refuse désormais la presse traditionnelle, on en rediscutera.
Je n'ai rien contre le PP. Je n'ai rien pour, non plus. J'attendais beaucoup du programme, c'est bâclé. On verra s'il se trouve des personnes sérieuses pour convertir ce prêchi-prêcha sans grande envergure, en horizons désirables. Jusque là, oui, je préfère rester au balcon, que saluer d'une ovation un ou plusieurs grands pontifes qui s'y voient déjà.

Écrit par : pamina | 20/02/2010

bein il faut bien commencer par quelque chose..lorsque t'as fait ton blog pamina , il a bien fallu pondre un billet pour exister et ce billet , n'a pas été fait par les sympathisants à ce que je sache et je me rappelle de certaines prises de becs ici pas piquées des vers..et bein au PP c'est aussi comme ça que l'aventure à commencé..
un manifeste pondu par une équipe (RA/MM)...et présenté à la presse le 26 novembre..mis en ligne sur facebook le lendemain...depuis , des centaines de sujets développés par les sympathisants sans aucune intervention du bureau politique et dans les jours qui viennent , l'instauration de commissions(membres/délégués) qui vont débattre de projets qui seront soumis au bureau..plus démocrate que ça , tu meurs non !et c'est là , qu'on pourrait trouver des gens avec une vue d'au-dessus de la mêlée

Écrit par : jacques legrand | 20/02/2010

Que vous appréciez modérément cet humour? Bien, chacun le sien, mais il ne faut pas non plus se prendre trop au sérieux. Juger? certainement pas, je secoue juste un peu ce boudoir feutré. Il est
évident qu'il est plus commode de discourir et de refaire le monde en chambre, pour ma part j'ai trop longtemps parlé et donné mon opinion et mes espérances en public, sur les sites des partis et autres que pour ne pas agir en temps réel. J'essaie de changer les choses de l'intérieur. Le programme? Il fallait une base, et tout est amendable et négociable. Je ne cherche pas à "recruter" à tout prix, à chacun de lire le manifeste et de se construire un avis, à chacun de s'engager ou pas, nous sommes libre. Mais il m'insupporte de voir la chose publique s'aggraver dans son fonctionnement et enfler de façon inquiétante.
Ayant la liberté chevillée au corps je ne me sens aucunement un pion, et oui, j'y laisse certainement un peu de ma farouche liberté et c'est sans illusion que j'agis pour "tenter" de changer ces non-actes politiques qui m'enervent tellement. Si ce n'est pas autrement que les partis traditionnels, le PP a au moins le mérite d'insuffler un vent d'espoir dans ce pays qui en a bien besoin. Nous verrons.

Écrit par : HUPEZ | 20/02/2010

Je ne suis pas fermée, Jacques, à travailler à "autre chose". je suis allergique aux mots engagement et adhésion quand je ne discerne pas toutes les composantes, toutes les implications. Je pense que ce travail au PP est nécessaire, et qu'il peut en sortir qq ch de plus innovant que le programme initial. Je le souhaite sincèrement.

Écrit par : pamina | 20/02/2010

Le changement est ce que tous les délégués et de nombreux citoyens souhaitent.
Question sémantique on peut toujours discuter, mais comment participer et agir sans "engagement" et "adhésion" à une base d'idées et de projets? Tu sais Pamina, nous avons été nombreux, lors d'une réunion, a exprimer notre détermination et notre vigilance en ce qui concerne la participation, la concertation et la démocratie au sein du mouvement. La direction est convaincue qu'elle perdrait tout crédit et de nombreux membres dans le cas contraire. Etant méfiant de nature, je n'ai ressenti ni vu/entendu une quelconque volonté de dictature ou d'amour du pouvoir. Encore une fois nous verrons, mais jusqu'ici, je n'ai rien à dire à ce sujet.

Écrit par : HUPEZ | 20/02/2010

Ah oui, pas signé. Comme le disait Pamina: Hupez le troupier !!

Écrit par : HUPEZ | 20/02/2010

@ pamina
je n'en doute pas un seul instant...et rassure toi , tu n'es pas la seule allergique à l'encartage c'est pour ça que le forum sympathisant a été crée , de là , il est évident que les plus motivé(e)s font le saut d'autres préfèrent encore attendre tout en étant participant...pour moi , l'important c'est de participer car ça encourage d'autres à venir se "libérer"
Olivier s'est inscrit(sur le forum) et a déjà donné quelques trucs intéressant ça aussi , c'est important...la critique constructive a aussi qq plus d'importance que ce qu'on croit , coulant de source

Écrit par : jacques legrand | 20/02/2010

T.A.F. !

Écrit par : HUPEZ | 20/02/2010

bon allez , cher Hupez, un p'tit test. Il y aura en 2011 des élections fédérales. Dans ma région , le Brabant wallon, le MR et le PS verront leurs patrons respectifs se bombarder tête de liste. Ce sera donc Charles Papamatoutdonné Michel contre André Pithiviers Flahaut. Au cdH, cela balance entre André Antoine, déjà ministre régional ou alors un Langendries, le père Raymond ou le fils Benoît. Ecolo fera des mystères, mais s'ils veulent faire des voix ce sera soit Marcel Cheron, soir le bourgmestre d'Ottignies-Louvain-la-Neuve, Jean-Luc Roland.
Comment le PP va-t-il désigner sa tête de liste ? celui-ci sera-t-il chargé de confectionner le reste de la liste ? par qui cette liste sera-t-elle validée ? Y aura-t-il un poll ? une AG ? un scrutin interne ?

Oui,je sais, je suis chiant. Mais pour paraphraser De Gaulle : il ne suffit pas de sauter sur sa chaise comme un cabri en disant "le changement, le changement"

Écrit par : hughes_capet | 20/02/2010

ça c'est une bonne question..qui ? franchement je n'en sais fichtrement rien..mais je suppose que cela se fera dans la plus grande transparence..le désavantage qui connaît qui ? comment et sur quel base et critère cela se fera...je m'en informerai et vous le communiquerai en temps opportun

Écrit par : jacques legrand | 21/02/2010

Bonnes questions, j'ai demandé que l'on en parle lors de la prochaine réunion. Maintenant, tout c'est fait très vite, mais je suis sûr que les fondateurs du parti ont déjà un début d'idée à ce sujet.

Écrit par : HUPEZ | 21/02/2010

Attention, il y a deux questions : qui ? et comment ?
Et le "comment" me paraît au moins aussi important que le "qui".

Écrit par : hughes_capet | 21/02/2010

Après un billet -tout en nuances- titré "Un linceul blanc", après le drame que nous venons de connaître, je ne voulais pas prendre le clavier pour m'exprimer. Et pourtant !
Sous ce billet, les commentaires d'appel "publicitaire" pour le PP, me choquent au plus haut point ! Mais où va-t-on ? Ce n'était pas l'endroit... ou le moment ou les deux !
Néanmoins merci à hughes_capet de dire "ben moi je ne suis pas gentil et a priori je n'aime pas tout le monde". Je crois, monsieur Hupez, que vous venez de mon scotcher définitivement à mon clavier !

Écrit par : Sucre Gandhi | 21/02/2010

Erratum : "me scotcher définitivement à mon clavier !"

Écrit par : Sucre Gandhi | 21/02/2010

@Hupez Et je ne t'ai pas qualifié de troupier ;0) -juste, j'ai dit que je ne suis pas convaincue que ce soit là que la bataille se gagne. Les stratèges sont plus haut. Et eux, que veulent-ils? qu'ont-ils derrière la tête?

Écrit par : pamina | 22/02/2010

Les commentaires sont fermés.