Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/02/2010

Une instruction autre que judiciaire...

Le bière brune de Val-Dieu et le vin chilien ne font pas bon ménage. C’est juste une info, type twitter, mais que vous pouvez tester pour vérifier. Qui plus est, 250 ml de la première et un verre du second pèsent 500 gr sur ma balance matinale. Wouach. Au fait, le boudin blanc et le guacamole, j’ai trouvé ça moyen, aussi, comme association. J’ai comme quelque chose sur l’estomac. Non non, rien à voir avec ce qui précède. Enfin si, parce que la conversation dont je tire ce billet s’est tenue autour des mets divers, énoncés plus haut. Avec une pierrade et une raclette. Les deux, oui oui. Et de la crème brûlée. Tiens, un soupçon.... les grammes différentiels, c’est peut-être ces trucs là...

J’ai causé avec une jeune fille charmante et enthousiaste, qui termine son stage d’institutrice dans une école de Liège. Une école du centre ville, sympa, personnel jeune et dynamique, passionné et qui y croit. Faut dire, faut avoir la foi. Elle s’occupe d’une classe de première primaire “un peu mêlée”, comme on dit pudiquement, même dans cet établissement qu’on ne peut aucunement taxer d’élitisme social. Dix-neuf enfants, adorables et attachants. Dix d’entre eux, confesse l’instit’ de maternelle, n’auraient pas dû entrer en primaire. Mais voyons, dirons les pédagogogues, il ne faut pas d’emblée commencer par un refus, un échec, -une remédiation en classe arrangera tout ça.


Oui, mais précise ma stagiaire qui en hérite donc, c’est que ces enfants, ils ne savent pas s’assoir. On cherche la tête, parce que les pieds sont sur le banc, et on fait attention en marchant, parce que d’aucun jouent au serpent. Assis, ça crie. Ou ça cogne. Ça crache, aussi. Surtout le petit chinois qui ne parle pas français et l’autre dont on ne sait pas s’il parle. Etablir un semblant d’ordre nécessaire à l’apprentissage? Difficile, car l’élémentaire n’est pas acquis. Le mot poubelle est aussi inconnu que son concept, circuler en classe équivaut à visiter Intradel, entre sandwich écrasé et vestiges d’Aïki noddle. Ces enfants ne sont tout simplement pas éduqués, sorti d’eux-mêmes, ni socialisés –mis en contact avec d’autres. Il n’y a pas si longtemps encore, on connaissait l’un ou l’autre de ces cas difficiles. Aujourd’hui, on connaît l’un ou l’autre qui n’en soit pas.

Ma jeune, jolie, enthousiaste et motivée stagiaire s’interroge; interroge son chef de stage; interroge la titulaire; m’interroge. On fait quoi des neuf autres, qui végètent en carence d’apprentissage, le temps de susciter l’étincelle qui donnent le goût d’apprendre aux chiffoniers (qui se battent comme des- ; je précise que le terme n’a rien de stigmatisant, et que j’aime l’Abbé Pierre, ses pompes et ses oeuvres)? L’un d’eux a entretemps appris à lire tout seul, comme un grand, dans les livres de son père. Il épelle sans problème “string en léopard”, “pénis” “cul”. Sans “l” ajouté, svp. En fait, il fait la classe aux inoccupés.

Ces enfants ne sont pas responsables. Ni les dix, ni les neuf. Et j’empoignerai celui qui osera dire que c’est la faute aux enseignants, ou à l’inexpérience de cette stagiaire chevronnée; elle fait du scoutisme depuis plus de 15 ans et est la plus géniale et la plus adorée des cheftaines; les enfants, ça la connaît. Comme sa maman d’ailleurs, institutrice elle aussi.

Ces enfants ne sont pas responsables. Les instituteurs ne sont pas responsables. Ils ne peuvent pas, tout simplement, exercer leur métier. Qu’on arrête de parler de pédagogie, d’évaluation, de remédiation. Tout cela est secondaire, tout cela vient après l’éducation. Qui va s’occuper de celle-ci, à la place de parents inexistants ou démissionnaires? Qui va faire des personnes de ces petits d’hommes, qui va leur donner le goût et l’envie d’apprendre, sans lequel rien, rien n’est possible? Qui va instaurer ces horribles mots l’”ordre” et l’”autorité” (même un semblant), qui permettent ces autres trucs démodés, la “concentration”, l’”application”, la “persévérance”? Aïe des mots fachos! Sûr, je lis Nietzsche et suis probablement un improbable et sénile vestige de la quatrième république...

Eh non. Je suis la petite-fille d’un gosse de l’assistance publique, un vrai de vrai, enfant naturel abandonné, qui a connu les bas fonds et faisait les poubelles, volait le mou du chat pour manger  dans son taudis sans eau et électricité. Je suis la petite-fille d’un gamin qui appris à lire et à écrire sans fautes pendant ses primaires, avant d’entrer, à ses 11 ans comme garçon coursier à La Meuse. De son parcours cahotique qui l’a fait passer de col bleu à col blanc, prendre une pré-retraite confortable et relire et corriger ma thèse doctorale, j’ai appris une chose: l’éducation et l’instruction sont les clés de la liberté de pensée et de la liberté d’action.

La gauche a perdu son âme en perdant ce qui devait être son objectif premier: émanciper les classes populaires. Elle a cru qu’il fallait leur jeter du grain, alors qu’il fallait leur apprendre à se tenir debout. Il faut relire Citadelle de Saint-Ex, il faut relire William Morris, il faut relire John Ruskin. L’ennui, c’est qu’on se demande si certains mandataires en ont encore la capacité ou le temps. A trop cumuler, ils sont débordés.

D'ailleurs parler d’”Instruction” à Daerden, Van Cau, Happart ou Fourneau évoque sans doute pour eux tout autre chose que le souci de l’école...


Commentaires

Si certains veulent qu'on continue à voter pour eux et rendre pérennes leurs prébendes, ils n'ont pas intérêt à ce que ce "on" puisse penser hors du cadre imposé.

Écrit par : Ø | 07/02/2010

là est le scandale.

Écrit par : pamina | 07/02/2010

Interpellant ce billet !
Cela faisait un bout de temps, à te lire, que je me disais : ce n'est pas possible de tout mettre sur le dos du système éducatif, de ses circulaires ministérielles à la con, de ses réformes obsolètes avant de voir le jour, de ses profs fatigués au petit matin !
Interpellant par ce que tu dis "l’élémentaire n’est pas acquis". Mais c'est quoi les principes de base ? Qui doit dire "tu fais pipi sur le petit pot", qui dit "on ne mange pas avec les doigts" ? Attention là, je suis presque sur un "kiadi" de Twitter ! Un malheureux "kiadi" parce que personne n'est à la question. Mais où sont les parents ?
Ces parents, ils laisseront bientôt l'éducation de leur gosse dès l'état embryonnaire au système éducatif ! Et qui dit système ...

Écrit par : Sucre Gandhi | 07/02/2010

la déglingue de l'enseignement en communauté française, c'est une histoire qui a 30 ans maintenant. Et à laquelle bien des gens ont contribué, y compris au sein du système éducatif. J'ai fait l'université à la charnière des années 70 et 80. Ceux qui dans mon auditoire échouaient s'inscrivaient à l'école normale. Parce que les études couvraient à peu près le même champ mais étaient plus faciles et ne duraient que deux ans (à l'époque).Un de mes amis a suivi ce cursus. Parmi les 30 élèves de 1ère régendat, 27 avaient subi un ou deux échecs à l'université. Je ne veux pas fair d'attaques personnelles mais comment voulez-vous avopir le feu sacré quand vous choisissez votre orientation sur base d'un échec.
Plus tard, j'ai eu l'occasion de cotpyer professionnellement des enseignants en recyclage et leurs formateurs. Une d'entre elles, trente ans de métier, exerçant à Bruxelles m'a dit que seules les jeunes filles issues de l'immigration étaient encore attirées par le métier d'isntitutrice qui "au pays" représentait une plus value.

Écrit par : hughes_capet | 08/02/2010

Même constat: j'ai fait mon stage d'observation pédagogique en "régendat", où j'ai retrouvé d'ex-collègues, qui avaient approfondi deux fois leur 1ere candi avant de se rabattre sur ces études, qu'ils poursuivaient avec le même dynamisme.
Il n'empêche: pour qu'un prof puisse enseigner, il faut que les gosses soient un minimum éduqués. Si ce n'est fait, je ne pense pas que la classe soit le lieu de mettre en oeuvre des stratégies de remédiation à cette carence-là. il faut donc trouver des solutions, en dehors ou à côté de l'école (et les mouvements de jeunesse, clubs sportifs, bénévolat, service civique me semblent de meilleurs maîtres que la video, le gsm, le rap).

Écrit par : pamina | 08/02/2010

mon but n'est pas de taper sur les profs, sauf peut-être pour leur reprocher leur caractère moutonnier par moments.
En fait,je crois qu'il nous manque des curés à l'ancienne. Ceux qui jouaient au foot en soutane (pratique quand on est gardien de but), animaient les mouvements de jeunes et faisaient pleurer les filles en chantant Stewball.

Écrit par : hughes_capet | 08/02/2010

ben, moi j'ai fait la course en trottinette et de l'analyse iconographique après le vin chaud de Noël, ça compte pas autant peut-être?

Écrit par : pamina | 08/02/2010

je pense que si.

Écrit par : hughes_capet | 08/02/2010

Mais qu'est-ce qu'on a à foutre de vos string en leopard et du foutre de mohamed ?

C'est quand que la blegosphère sera enfin à jour?

Écrit par : william | 08/02/2010

quand des personnes aussi positives que vous mettront la main à la pâte :0)

Écrit par : pamina | 08/02/2010

sur ce, vous devez avoir oublié vos lorgnons, ou être le produit d'un enseignement déjà bien dégradé, mais je n'ai nullement parlé de mes strings en léopard.

Écrit par : pamina | 08/02/2010

J'en arrive à penser que les instituteurs et institutrices en maternelles et primaires se doivent de remplacer certains parents bien incapables d'éduquer leurs enfants parce que ces parents-là ne savent , ne peuvent pas , parfois ne veulent pas et cela pas toujours de leur faute . La question devient alors : les instituteurs et institutrices sont-ils formés à ce supplément ou plutôt à ce changement de leur travail ?

Écrit par : BrunoK | 08/02/2010

Non, et ils ne peuvent pas le faire dans le cadre horaire prévu pour l'apprentissage. Alors?

Écrit par : pamina | 08/02/2010

"Comment, par quel artifice et par quel miracle, des enseignants seraient-ils en effet susceptibles d’apporter à un enfant ce que ses propres parents ne lui ont pas apporté ?"

Pour continuer la réflexion : "Éduquer avant d’instruire" Aldo Naouri.
Conférence donnée à l’Université d’été du SeGEC (Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique)
Louvain-la-Neuve
Le 22 août 2008

http://www.aldonaouri.com/textes/Bruxelles0808.pdf

Prenez le courage de le lire, il n'y a que sept pages et ça vaut le coup !

Écrit par : Sucre Gandhi | 08/02/2010

merci pour le lien... ;0) là, je m'en vais essayer d'éduquer mon gamin (c-a-d le décoller de son ipod pour le coller à ses maths), ms je reviendrai lire ça en soirée....

Écrit par : pamina | 08/02/2010

Les belles explications de la psychanalyse ne résolvent pas le problème . Comme il me semble difficile de rééduquer les parents , il faut agir au niveau des enfants et faire des instits des maternelles et primaires également des (ré)éducateurs . Je vous accorde que ce n'est évident ....

Écrit par : BrunoK | 09/02/2010

Ma mère a été institutrice maternelle pendant 35 ans, avec le temps sont apparus de nouveaux "parents". Quelques exemples parmi tant d'autres: un couple de chômeurs venant conduire le gamin à l'école à 10h30 parce que se lever à 8h00 c'est trop dur...ne pas payer les repas de midi parce que plus de sous mais avoir le dernier GSM à la mode...laisser les enfants manger à l'école le midi parce qu'à la maisons ils ne veulent pas manger ni obéir et qu'ils font trop de bruit...

Écrit par : dopey | 09/02/2010

Oui, j'ai vu ça aussi... Et les parents portant leurs cartable, comme si, eux, revenaient à l'école...

Écrit par : Diane | 09/02/2010

cartables, pardon ^^

Écrit par : Diane | 09/02/2010

@dopey

Ce n'est pas bien de vous moquer des chômeurs...
Etre déprimé et ne pas savoir se lever peut arriver à tout le monde, même à vous, regardez Opel et vous comprendrez.
Quant à ola cantine scolaire, c'est mieux que la soupe populaire des resto du choeur.

Les enseignants sont des fonctionnaires, il sufit de voir leurs revendications syndicales : monsieur Boulbanger ne veut pas de PO dans les négociations sociales, uniquement la ministre et son cabinet socialiste.
Et à entendre ce monsieur (Prosper Boulanger), il faut reconnaitre les enseignants en leur accordant un temps plein pour moins de vingt heure de cours.
Les enseignants sont payés pour travailler et pour aider les parents déprimés à éduquer leurs enfants, pas pour être malade, employé dans un cabinet de ministre ou pensionné à 55 ans.

Pour Pamina, qu'est ce qu'il faut faire pour faire avancer ce site belgosphère ?
Je peux aussi écrire des articles si vous voulez ?

William Peeters

Écrit par : william | 09/02/2010

William, ceci dit en passant, M Boulanger représente la CSC et la ministre de l'enseignement est cdH. c'est même la premoère non socialiste à occuper ce poste depuis 1988. Et aucun enseignant sauf à l'université ne dispose d'une charge complète pour moins de 20 heures de cours.
Avez-vous d'autres contrevérités de ce type à nous faire partager ?

Écrit par : hughes_capet | 09/02/2010

Les commentaires sont fermés.