Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/01/2010

I had a dream

Si je cherche dans mes pensées rendues confuses par la conjonction de deux nurofen et d’une aspirine, l’élément déclencheur du billet de ce jour, ce doit être un tweet de @davanac. Il nous informait hier que le texte de Martin Luther King figurait chez lui dans un lieu propice à la méditation solitaire. Certes, j’ai trouvé que c’était un séjour bien étroit pour d’aussi grandes pensées, mais d’autre part quel meilleur endroit pour philosopher sur l’idéal et le trivial, et confronter le souffle de l’esprit et aux flatulences du corps?


Voici près d’un an, Obama arrivait au pouvoir. Ses discours m’enflammèrent moins qu’ils ne me donnèrent des frissons. Une parole forte, une conviction, des objectifs, un idéal. Tout ce qui pouvait faire levain dans la pâte humaine, ressuciter l’idée d’un Bien commun face à la notion étriquée et très utilitariste d’”intérêt général”.

Résultat un an plus tard: le Tea Party diffuse des caricatures obamiennes en Joker ou en Hitler, les Républicains dénoncent les manoeuvres d’un crypto-socialiste, sa cote de popularité est au plus bas, et les marchés boursiers viennent de lui infliger un nouveau coup de trique (à moins que ce ne soit l’inverse), en apprenant qu’il a la ferme intention de tenir sa promesse de réguler les institutions financières. Le prix Nobel de la Paix s’embourbe en Afghanistan, le Pakistan schizophrénise et le Yémen s’embrase. La menace terroriste ressuscite.

Cerise sur le gâteau, Mr Cosmopolitan rejoint Miss Alaska au firmament des gloires politiques. Scott Brown moins connu pour ses capacités et convictions républicaines que pour ses photos “nude and sexy” est porté, ironie suprême, par les électeurs du Massachusset au siège de Ted Kennedy. Ce dernier avait fait de la réforme du système de santé “la cause de sa vie”; l’arrivée du bellâtre fait perdre aux démocrates la majorité nécessaire au vote de la réforme, laquelle, d’ailleurs, suite à la campagne scandaleusement mensongère de ses opposants, est devenue impopulaire auprès de ses principaux bénéficiaires.

Obama s’est engagé à ne pas faire passer le projet en force d’ici fin janvier, afin de respecter le choix des électeurs du Massachussets. Je salue sa grandeur d’âme, et son intégrité. Mais au vu des armes utilisées contre le Bien commun, la fin n’eut-elle pas justifié les moyens?

Je m’en vais méditer la question. Sic transit...

Commentaires

je ne suis pas rompu aux arcanes du fonctionnement des assemblées parlementaires étatsuniennes,Pamina, mais je pense que la perte du siège de Ted Kennedy empêche "simplement" les démocrates de faire passer leur projet sans trop d'opposition. A présent, ils devront négocier davantage avec les républicains mais cela ne remet pas en cause (me semble-t-il) le résultat final. D'ailleurs il est fréquent que des Présidents américains ne disposent pas d'une majorité parlementaire à un moment ou à un autre (si vous faites deux madats, cela correspond à 4 élections législatives partielles). Ce fut le cas de Reagan (j'en suis sûr) et de Clinton (j'en suis presque sûr).
Donc ne jetons pas trop tôt la réforme Obama.

POur ce qui est du bellâtre du Massachussets, moi ca me poussrtait plutôt à m'interroger sur la conscience politique des électeurs. Ca m'étonnerait qu'ils soient passés en quelques semaines du soutien à un homme politique de talent à l'appui à un histrion.
Vous me rétorquerez qu'en 1946 Winston Churchill qui avait rendu quelques services au Royaume Uni et à sa Très Gracieuse Majesté fût remercié au bénéfice du falot Clement Atlee.
Comme quoi, rien n'est jamais acquis....

Écrit par : hughes_capet | 23/01/2010

le texte final de la reforme, déjà mechamment édulcoré, pour ne pas dire franchement émasculé, devait être voté avant le discours sur l'état de l'Union, cette fin de janvier. Le compromis au sein des démocrates avait été difficile, certains refusant leur vote parce que le projet n'allait plus assez loin: là, il faut renégocier avec les républicains, ce qui ne peut qu'amoindrir encore la réforme: en peau de chagrin. Tout est à refaire.
Bien sûr, il est question de conscience politique: mais quel camouflet à Kennedy et à Obama, que cette poussée d'un inconnu (soutenu par 5 millions de $ republicains, quand même, dans les 4 dernières semaines de sa campagne.
C'est ça le terrifiant, en définitive. c'est que la meilleure volonté, les meilleures intentions, le plus bel idéal se heurtent et se brisent à la pire médiocrité humaine.

Écrit par : pamina | 23/01/2010

Le problème avec l'obamania , c'est que certains voudraient déjà écrire l'histoire de sa présidence avant qu'elle se termine . Un peu comme ce prix Nobel de la paix accordé un peu ( beaucoup ) trop vite.
Attendons de voir ce que la réalité retiendra des rêves .

Écrit par : BrunoK | 23/01/2010

Quant à l'état du Massachussets , une alternance politique après tant d'années est peut-être une bonne chose , qui sait ?
Un peu comme on aimerait pour la Wallonie ....!

Écrit par : BrunoK | 23/01/2010

aux dernières nouvelles (Paul Krugman, USA), les démocrates mettent au point une stratégie pour sauver la réforme de santé malgré la eprte de voix au Senat: http://krugman.blogs.nytimes.com/2010/01/23/intimations-of-sanity/?src=twt&twt=NytimesKrugman

Écrit par : pamina | 23/01/2010

Je ne m'attendais pas à ce que mon tweet provoque un billet, fort bien écrit par ailleurs ... c'est sans doute ce qu'on appelle l'effet papillon, ou quand les petites pauses entrainent de grands reflets :-)

Bien à toi, et au plaisir de te croiser un jour IRL

Écrit par : Damien Van Achter | 24/01/2010

avec plaisir. Faudra que la provinciale monte à la capitale, rencontrer les twittos ;0)

Écrit par : pamina | 24/01/2010

Hors sujet, sorry, mais les médias refusent d'en parler et modère exagerément le moindre commentaire en rapport avec ACTA. Il est clairement question de démocratie, cela va bien au-delà de la protection de la propriété intellectuelle.

http://fr.readwriteweb.com/2010/01/20/a-la-une/traite-acta-censure-loppsi-hadopi/


Merci !

Écrit par : Armand | 03/02/2010

Les commentaires sont fermés.