Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/01/2010

Haïti: et tous les maux sont vains...

e5a43aba-0027-11df-8626-00144feabdc0.jpgLa Libre de ce matin au travers de l’interview de Olivier Wargny, ose transgresser le tacite voire le tabou pour donner à comprendre plutôt qu’à voir les malheurs d’Haïti. Lorsque par ailleurs le journaliste RTBéen explique en marchant sur des œufs qu’on a mis les sauveteurs en garde contre l’insécurité, et qu’ils doivent absolument attendre protection pour se rendre sur les lieux, l’auditeur un tant soit peu attentif dresse l’oreille. Les gens sont désespérés et affamés. Certes. Le pays est sous perfusion depuis des décennies. Mais encore ? Il semble y avoir une malédiction haïtienne. Qu’est-ce à dire?

 


Dans le plus pur style évangéliste américain, Pat Robertson n’hésitait pas à affirmer dès le lendemain du désastre que le séisme en Haïti était le résultat d'un « pacte avec le diable » conclu par le peuple haïtien - les descendants d'esclaves africains - désireux, il y a deux siècles, de se libérer du joug français. Moins branché sur l’intervention divine et davantage attentif à la responsabilité humaine, le blogueur québécois Louis Préfontaine pousse un peu plus loin l’analyse.

Le tremblement de terre vient de frapper un des pays les plus pauvre du monde, dont on omet de rappeler qu’il fut soumis à des dictatures récurrentes, au monopole d’oligarchies profitariennes, à des guerres de gangs liées au commerce de drogue. Le mal d’Haïti est la corruption dont le capitalisme sauvage s’accommode, rémunérant quelques charognards en faisant main basse sur les ressources vitales. Entretemps, l’aide internationale pose des emplâtres sur une jambe de bois, et satisfait une bonne conscience caritative plutôt qu’active; 12,000 migrants quittent chaque année cette part de l’île pour tenter de subvenir depuis l’étranger à ceux des leurs qui restent prisonniers. La violence institutionnalisée par les tontons macoutes, ces sinistres milices de Duvalier, a continué à faire des émules : rapts, crimes, extorsion de fond sont au cœur de cette Babylone miséreuse, qu’illumine le sourire de merveilleux enfants.

De l’autre côté d’une frontière sécuritaire, même latitude, même longitude, la République Dominicaine offre ses paysages pacifiés et se vend au tourisme de luxe. Il n’y a pas de malédiction, il n’y a pas de fatalité. Il y a carence d’Etat, d’autorité, et d’un ordre nécessaire au vivre ensemble : j’ai dit un ordre, non pas une dictature ; une politique, et non pas un régime. A propos du chaos haïtien, je noterai encore l’intervention d’un missionnaires laïc à l’émission québécoise Bonjour quand même. Sans langue de bois ni bien-pensisme mou, cet humanitaire de terrain rappelait que plus d’une fois, les hommes de bonne volonté s’étaient laissés aller au découragement en se disant que rien ne pouvait changer dans ce pays sous perfusion internationale, sans repartir à zéro. Et il concluait, en s’excusant de sa crudité verbale, en disant: « c’est fait. ».

C’est fait, hélas. Port-au-Prince s’est effondrée sur ses criminels et ses innocents, écrasant les labos clandestins et les berceaux d’enfants. C’est fait, hélas. Saisirons-nous cette chance ? Aurons nous à cœur, au delà de l’élan de solidarité qui donne bonne conscience, d’aider les Haïtiens à s’émanciper de leurs démons, et des puissances occultes qui se sont accommodées de leur misère ? C’est le temps de donner à ce peuple martyr le courage et la fierté d’agir. Tout est détruit, il faut reconstruire. SVP, autre chose, et autrement.

Commentaires

A lire aussi : Le malheur d’Haïti.
Par Yves Paccalet. 14 janvier 2010.

http://www.yves-paccalet.fr/blog/2010/01/14/le-malheur-dhaiti/

Écrit par : M a n u | 16/01/2010

voir aussi l'article du Guardian repris sur presseurop: http://www.presseurop.eu/fr/content/article/169931-bien-plus-quune-catastrophe-naturelle

Écrit par : pamina | 16/01/2010

J'ai mis du temps à répondre parce que sujet "m'interpelle". C'est vrai qu'Haïti se trouve dans la zone d'influence des USa et que ceux-ci n'ont jamais hésité à intervenir manu militari quand ils estimaient que leurs intérêts étaient en jeu.
Nonobstant, pourquoi la situation en Haïti avant le séisme est elle si différente de celle de Cuba, de la République Dominicaine ou de la Jamaïque. Pourquoi l'état y est-il à ce point faible et corrompu s'il existe ? Pourquoi n'y a-t-il pas un embryon de services sociaux, de soins de santé, de police, d'école, de justice ? Est-ce uniquement le fait de la fatalité ? du grand méchant capitalisme ? de la proximité de l'oncle Sam ?
Ne serait-ce pas plutôt, j'ose à peine y penser, parce que ce peuple a acquis son indépendance trop tôt ? sans avoir les élites nécessaires à le guider et le niveau de sagesse nécessaire pour les choisir.
Si je prends un parallèle avec le Congo/Zaîre que nous connaissons mieux, j'ai du mal à me dire que 50 ans d'indépendance ont amélioré le niveau de vie, de santé, et de paix de la population (hormis pour les privilégiés qui alternent présence au pouvoir quand les vents leur sont favorables, et exil doré quand la roue tourne).
Oserais-je dire que dans l'un et l'autre cas il conviendrait de mettre ces peuples sous tutelle un certain temps et les encadrer vers une voie meilleure.
D'autres remarques sur Haïti : il y a plus de médecins haïtiens au Canada qu'en Haïti, en avons vu un seul se précipiter au pays pour soigner les victimes ? Dans les reportages que j'ai vu, pas un haitien qui déblaie les gravats, distribue la nourriture, soigne un blessé, transporte un cadavre. Au mieux on implore le ciel, au pire on erre dans les rues machette en main pour s'emparer des reliefs de nourriture.
Je trouve tout cela fort dérangeant.

Écrit par : hughes_capet | 18/01/2010

je partage votre constat, Hughes. C'est pour cela qu'il est urgent de "reconstruire, autre chose, autrement". mettre en branle des usines,des ateliers, distribuer la nourriture pendant et après la journée de travail, ré-impliquer une population vouée à l'assistanat. Encore saint-Ex, et Citadelle: surtout ne pas refonder un poulailler.

Écrit par : pamina | 18/01/2010

Haïti.
Une invasion militaro-humanitaire US ?

En France et ailleurs, on s’interroge face au déploiement des militaires US et propos de Mme Clinton. Les Etats-Unis profitent-ils d’une tragédie humaine pour occuper cette place géostratégique ? Une opinion de Daniel Salvatore Schiffer, philosophe.

Dans LLB - Mis en ligne le 20/01/2010. http://bit.ly/7lEHo9

Écrit par : M a n u | 20/01/2010

A chaque catastrophe naturelle, tous ces élans de solidarité du monde entier me touchent beaucoup. En revanche on peut voir les 2 aspects de l'homme : Je trouve cela ahurissant la spéculation qui se fait sur ces catastrophes. Entre ceux qui volent dans les maisons, et ceux qui spéculent sur les matières premières, il y a de quoi en être vraiment dégouté. A croire qu'ils sont inhumains ...

Écrit par : Jogos de vestir | 28/01/2010

Poussière tu retourneras en poussières...

Nous avons la triste devoir de vous faire part de la disparition de l'honorable blog blelgosphère...

Fruit d'une entreprise intrépide mais mal préparée, le site de la belgosphère produit à présent une erreur 404 à chaque consultation citoyenne.

Voila une belle entreprise hasardeuse qui finit au fond du ravin des pressions politiques.

La belgosphère a été une belle tentative de quelques blogueurs politiques copinant triés sur le volet et dont le seul but aura été de se faire de la publicité par des hyperliens se renvoyant l'un à l'autre pour augmenter leurs recettes publicitaires.
Le tsunami de l'oubli est passé par là et désormais le blog archive blelgosphère ne retrace plus que ce que fut le beau rêve d'Olivier, Marce, Pam, et quelques autres...

Requiescat in Pacem

Écrit par : Requiem | 17/02/2010

Comme quoi le degueuli malveillant se trouve partout. faux sur toute la ligne. mais Pam a d'autres chats à fouetter pour le moment, et comme il se trouve plus de gens pour déblatérer que pour mettre la main à la pâte, la belgosphere patientera. Elle a toujours un ranking de 4 chez google. et n'a jamais perçu de revenu publicitaire. pas plus que ce blog, d'ailleurs.

Écrit par : pamina | 17/02/2010

Pam, tout le monde peut se tromper...

Reconnaissez que vous aussi !!!

Requiem a raison, vous nous avez allèches avec la belgosphère, puis tenus en haleine avec deux ou trois de vos amis...

puis laissé tombé...

Votre but ne pouvait être que la publicité ainsi crée entre vous sinon quoi, qu'y trouvons nous aujourd'hui, nous qui l'avions recommandé sur nos blogs...
Avouez qu'on est un peu... ridicules, grâce à vous.

Sans compter que nous ne souscrivons pas aux proses du révolutionnaire Olivier en mal continuel de publicité personnelle...

Écrit par : Will | 18/04/2010

je reconnais bien volonté que je me suis plantée: je n'ai pas trouvé le relais, l'aide que j'escomptais des autres blogueurs, et l'entreprise est trop lourde pour mes seules épaules.
Je suis très prise professionnellement parlant -le bien commun est lui aussi en panne, vous l'aurez remarqué: je n'ai pas eu la possibilité d'en rediscuter avec les 4-5 personnes qui se disaient intéressées à collaborer. En êtes vous?
sinon, svp, ne jetez pas la pierre; j'ai beaucoup investi, comme l'informaticien, dans ce projet qui part à vaux l'eau. et toute la belgosphere croyez moi, me fait largement moins de pub qu'un bon billet sur le post ou le bien commun...
dès que j'ai un moment, je ferai une msie au point sur le site

Écrit par : pamina | 19/04/2010

Les commentaires sont fermés.