Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/11/2009

La controverse du blogueur influent

Une controverse agite pour le moment la blogosphère francophone –et plus particulièrement française- sur le concept de “blogueur influent”. Elle a donné lieu à quelques prises de tête entre journalistes “officiels” (à entendre par là, employés par la presse subsidiée), et des blogueurs indépendants. Les premiers défendent la spécificité de leur métier, une information que cautionne des règles strictes et l’engagement déontologique du professionnel. Les seconds publient, et sont lus -tout simplement. Ce qui est parfois perçu comme “dérangeant”, par plus d’un, et à plus d’un titre.


Si le blogging et le micro-blogging sont à la mode, la médiatisation de certains blogs surprend –et parfois leur auteur même. D’une part, il faut noter le relai que leur offrent des plateformes telles que backchich.fr, rue89.fr, slate.fr, lepost.fr, qui publient des billets et se réfèrent parfois à des blogs comme source d’infos. Qualité de la plume, de l’analyse, originalité de la vision, “style” général du blog fidélisent un public qui peut s’affilier par flux RSS, transmettre par mail, référer par hyperlien etc. L’effet boule de neige fait le reste –sans compte l’apport d’un buzz, évidemment.

Les medias traditionnels ont compris l’intérêt de ce flux de lecteurs actifs et réactifs, drainés par les blogueurs: Le Monde, par exemple, fait la promotion du contenu de certains blogs sur sa page d’accueil. Sur la version Iphone du quotidien, la rédaction intègre même des billets parmi ses articles officiels. Ainsi cette semaine pouvait-on trouver une intéressante digression sur les fellations pratiquées par les chauves-souris, entre un développement sur les sondage à l’Elysée et les défis posés à Obama. Libé procède de même (que Le Monde, pas que les chauves-souris, hein?); le New York Times enfin (qui héberge des blogs sous l’extension blogs.nytimes.com), publie également un index de ses “topblogs”, et compte un nombre important de billets de blogueurs parmi les articles les plus “émailés”.

Ce n’est pourtant pas cette évolution naturelle, rapprochant le blogueur-auteur indépendant de la presse traditionnelle, qui a donné naissance au concept de “blogueur influent” mais le marketing. Dans sa quête de nouveaux moyens de toucher de nouvelles cibles, celui-ci a investi les medias sociaux, facebook, twitter et jusqu’aux blogs, en mettant en oeuvre des techniques virales réputées plus efficaces que H1N1(aussi mortelles?). L’article sponsorisé, que ce soit pour une marque, un trip touristique ou un restaurant, devient un moyen parmi d’autre d’amener le réseau social d’un blogueur à des fins toutes mercantiles. Plus le réseau est large, plus l’impact est grand: étonnez-vous après cela du relai et du support que certaines firmes offrent à des blogs... Apple eut à cet égard une intuition avant-gardiste, puisqu’elle partage depuis des années déjà avec ses afficionados les réalisations de talentueux macophiles blogueurs.

Les marketteux (pardonnez-moi le terme un rien péjoratif, mais je souffre en ce moment d’une légère allergie) sont partout: y compris en politique. De là à ce qu’ils imputent à des blogs qui n’en demandent pas tant, une quête d’influence et une volonté de peser sur les élections, il n’y a qu’un pas. D’où, méfiance, défiance, tentative de contrôle, couplée à une série de pratiques qui laissent songeur: monitoring par les bureaux de partis, parfois mise en quarantaine consécutive à l’un ou l’autre coup de téléphone bien placé, déferlement de militants dans les commentaires, mises en cause nominatives etc. D’aucuns se sont vu l’objet de véritables campagnes de discrédit.

La fermeture du blog de Mehmet Koksal, en Belgique, donne une bonne idée des risques du métier. Il faut dire que cet auteur là ne s’arrêtait pas au commentaire “pipeule” sur les dessous de Carla Bruni, et que le travail d’enquête remarquable qu’il mena sur l’extrême droite turque à Bruxelles (et ses relations avec les partis “démocratiques) le mit physiquement en danger. Sans qu’on n’en soit venu à de telles extrémités, quelques mois plus tard, le blogueur français Versac (Nicolas Vanbremeersch) jetait à son tour le gant, et fermait son blog au terme d’une guerre d’usure qui l’avait opposé, avec d’autres blogueurs “historiques”, à des journalistes-blogueurs (Guy Birenbaum, Jean-Michel Apathie). Contestant le mythe du blogueur influent, il revendiquait le droit au plaisir de bloguer, envers et contre toutes les suspicions et accusations. Parmi celles-ci, celle qui à mon sens constitue le point Goldwin de la blogosphère: “l’égotisme” supposé de tout blogueur –hormis les stipendiés évidemment.

Le temps adoucit bien des amertumes: Versac a recommencé un blog en mars dernier: http://www.meilcour.fr/ J’y trouve cette bien belle épigraphe, à laquelle je souscris entièrement:

« Ce blog est personnel. Il n’a pas de prétention autre que d’héberger des textes et des discussions. C’est un café ouvert aux quatre vents, mais où le patron a autorité. Il est comme le précédent, et comme l’humeur du tenancier, irrégulier et volatile. Il ne s’adresse pas à tout le monde, mais à ceux qui s’y intéressent et veulent bien lui prêter de l’attention. Il ne vise et ne recherche nulle influence, mais est un hobby et un acte de plaisir. C’est le lieu d’un exercice personnel, à prendre comme tel. »

Ailleurs, encore, j’ai trouvé cette image, proche de celle employée dans un de mes précédents billets : « Meilcour n’existe pas autrement que comme un lieu, une goutte dispersée dans le grand océan du web, liée aux autres ». Bien sûr.

Il n’est pas de « blogueur influent », -ou ceux qui s’imaginent tel sont comme l’écume au sommet de la vague, celle-là même qui reste collée au sable à marée descendante et finit par ressembler à du vomi. Pourtant il est des gouttes qui roulent de concert au creux du flot, se sentent bien dans cette commune et anonyme fraternité ; parce qu’elles partagent une passion de mots, d’idées ou de convictions, elles entrent parfois en résonnance, forment une onde, un flot, une vague, un tsunami. Sa force, sa puissance, son énergie, surprend, interpelle, pose question. Il n’est pas de réponse rationnelle, et les pragmatiques analystes pourront bien se réjouir, après moult observations, de créer une vague en piscine. Il leur manquera toujours LE secret : celui d’une délicate alchimie, celle du plaisir d’écrire, de partager, d’inviter à penser, à échanger, celle de lire, d’apprendre, de connaître, de se reconnaître.

Et le tout, en totale gratuité.



Il est vrai que ce blog là est co-écrit par un professeur et un journaliste de Monde

Commentaires

vous êtes "blog du jour " sur la Libre.be aujord'hui, Pamina
félicitations.

Écrit par : hughes_capet | 12/11/2009

ce n'est pas la première fois.... mais la première fois depuis les articles sur l'immigration ;0) -et de cela, j'ai été, je l'avoue, très vexée. Comme si je me trouvais assimilée à certaine droite reac, à un courant sarkoziste ou autre...
vous avez jeté un oeil à la belgosphère, Hugues? j'aimerais votre avis.

Écrit par : pamina | 13/11/2009

ce n'est pas la première fois.... mais la première fois depuis les articles sur l'immigration ;0) -et de cela, j'ai été, je l'avoue, très vexée. Comme si je me trouvais assimilée à certaine droite reac, à un courant sarkoziste ou autre...
vous avez jeté un oeil à la belgosphère, Hugues? j'aimerais votre avis.

Écrit par : pamina | 13/11/2009

D'accord avec vous un blog n'a pas pour vocation d'être un média mais une source d'information et un ressentie d'une personne.

Écrit par : Mapics | 21/12/2009

un ressenti, ou une analyse: je pense que si certains blogs trouvent un lectorat, c'est parce que la presse se fait de moins en moins "réflexive"...

Écrit par : pamina | 21/12/2009

Tout à fait l'offre et la demande, si la presse fessais sont travail de façon plus libre et moins pernicieuse les journalistes ne se sentirais pas en danger.

Écrit par : Mapics | 21/12/2009

la presse subsidiée est aux ordres de ....suivant son courant d'opinion c'est ainsi qu'on pense la DH pro-MR...le soir pro-PS...la lb pro-PSC...reste le groupe sud-presse !! enfin c'est ce qu'on dit/disait
Pour l'audio la , pas de problème la RTBF est plus qu'à gauche tandis qu'RTL serait plus centre..droit!!

Écrit par : jacqueslegrand* | 21/12/2009

Cher monsieur legrand,

Pour votre gouverne, "Le Soir" n'est étiquetté comme journal PS, mais bien comme journal bruxellois FDF (donc MR ???)

La presse quotidienne socialiste et francophone a vécu : ce fut "Le Peuple" puis "Le Matin" (RIP...)
Reste aujourd'hui une presse socialiste francophone dans le chef de la rédaction du VIF... Puisqu'après les récentes pruges au sein de sa rédaction, LE VIF n'a conservé que ses journalistes "rouges" au sein de sa rédaction...
C'est plus facile de le lire quand on le sait...

Écrit par : Citiezn Lambda | 23/12/2009

Les commentaires sont fermés.