Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/10/2009

Donfut: ça gaze pour lui....

L’élection d’un consultant congédié de l’IGH –Didier Donfut- au conseil d’administration de la même entreprise, et son accession au poste de président laisse sans voix. Enfin, façon de parler: il suffit de parcourir les forums pour se rendre compte de l’indignation vociférante que suscite cette impudente palinodie. Mais nos Seigneurs particrates, un temps inquiétés par ces éructations (aux temps de panique du Californiagate, par exemple), commencent à tenir pour anecdotiques ces expressions de l’opinion populaire.

Lire la suite

23/10/2009

L'egocratie dans la particratie

Nos voisins français relaient depuis peu, pour qualifier le comportement de Sarko père et fils, le terme d’”egocratie”. Inventé par le fondateur du Modem, François Bayrou, afin de caractériser le pouvoir (en grec, cratos) du moi-je (ego) théatralement incarné par l’actuel Président français, l’egocratie se distingue de l’autocratie par sa dimension psychanalytique. L’ego, en effet, c’est moins “l’être du moi”, que la représentation mentale, subjective, que je me fais de moi-même. L’egocratie naît d’une vanité sans mesure, ce que j’appelerai plus platement “l’enflure”. Elle peut toutefois s’accompagner de capacités réelles, d’aptitudes, de talents: c’est ce qui la distingue de la pure crétinocratie, dans laquelle la vacuité sous-tend la vanité. Les applications sont nombreuses mais, pour reprendre une technique chère au "Mentaliste": regardez-moi dans les yeux, la maintenant, tout de suite... A qui avez-vous pensé, en premier?

Lire la suite

22/10/2009

Le MR: féodal, tribal, clanique?

Il n’y a pas si longtemps, notre éminent commentateur Hugues Capet dont la sagesse égale la noblesse, nous régalait d’une brillante analyse sur la particratie féodale au pouvoir en région wallonne. Si le terme de baronnies a été le plus souvent employé pour qualifier l’emprise régionale des potentats socialistes, il n’en est pas moins vrai que les autres partis ont eux aussi leur grands feudataires. Parmi eux des princes de sang issus d’antiques lignées (les Whatelet, les Lutgen, mais aussi les Ducarme et Defraigne), ou d’autres qui échappent à peine à la roture et se montrent donc pressés, à l’instar de Napo-Sarko, d’établir la leur. Accordons au fils de Louis Michel un peu plus de poids et d’expérience qu’à la bellâtre progéniture du Président français. Le cas Reynders est un peu différent.

Lire la suite

16/10/2009

Le Bien commun, l’utilitarisme et les totalitarismes

Lors de notre dernière excursion philosophique, j’ai consacré un long billet à Bentham et à l’utilitarisme. Dans cette société du début du XIXe siècle qui s’industrialise et s’embourgeoise, ce philosophe atypique, par bien des côtés audacieux, table sur les ressorts du plaisir et de la douleur pour moraliser ses concitoyens. L’Etat a à jouer de la carotte et du bâton pour encourager les comportements positifs et dissuader la “déviance”; il a pour rôle essentiel de favoriser, pour l’ensemble des citoyens, un maximum de satisfaction (ce qu’il appelle l’”utilité maximale”), correspondant globalement à la somme des intérêts, des plaisirs individuels, mais ceux-ci évalués à l’aune du bien-être collectif. Bref, on pourrait sans conteste référer la “nouvelle” fiscalité “verte” telle qu’énoncée par notre Ministre des Finances –avec ses boni et mali- au système utilitariste anglo-saxon.

Lire la suite

14/10/2009

Le pilote dans l’avion.

La Belgique a un homme d’Etat. Bon, il n’a rien du style flamboyant d’un Obama, il est vrai. Mais sans atteindre du premier coup le rang de star internationale, notre Herman national fait à tout le moins figure de lampion dans le ciel de ce petit et gris pays. Etant donné l’état de déliquescence générale de ce dernier, je trouve que ce n’est déjà pas si mal.

Petit, gris, sans stature ni carrure, sans verbe haut ni effet de manche, voici un homme qui revendique la “solidité tranquille”. Le terme m’a fait sourire un peu, car sa silhouette frêle n’évoque pas, à priori, la massivité. L’expression a le tort en outre de le profiler dans la lignée du Grand Sphinx d’Outre-Quiévrain. Quoique: on peut être tranquille après Mitterand. Et solide, c’est autre chose que fort.

Lire la suite