Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/10/2009

Le pilote dans l’avion.

La Belgique a un homme d’Etat. Bon, il n’a rien du style flamboyant d’un Obama, il est vrai. Mais sans atteindre du premier coup le rang de star internationale, notre Herman national fait à tout le moins figure de lampion dans le ciel de ce petit et gris pays. Etant donné l’état de déliquescence générale de ce dernier, je trouve que ce n’est déjà pas si mal.

Petit, gris, sans stature ni carrure, sans verbe haut ni effet de manche, voici un homme qui revendique la “solidité tranquille”. Le terme m’a fait sourire un peu, car sa silhouette frêle n’évoque pas, à priori, la massivité. L’expression a le tort en outre de le profiler dans la lignée du Grand Sphinx d’Outre-Quiévrain. Quoique: on peut être tranquille après Mitterand. Et solide, c’est autre chose que fort.


Est solide, ce qui a de la consistance, nous dit le Petit Robert. Certes: à parler peu, ses mots gardent du poids, et du sens. Ils font d’autant plus paraître l’inconsistance verbeuse de certais ministres, les accros du micro, de la formule et du slogan, Nostradamus du Diesel ou Madame Soleil de la Secu. Quand on entend la clarté, la limpidité et la concision du premier, le reste paraît bourdonnement de mouches. De mouche du coche, bien sûr: écoutez les particrates revendiquer qui la baisse de la tva dans l’horeca, qui le maintien de la sécu, qui l’emploi stimulé des jeunes... du grain engrangé pour la prochaine camapagne, déjà...

Van Rompuy a gouverné. Plus qu’un style ou une méthode, il avait un objectif: l’intérêt général, qui est une version, certes un peu étriquée, du “Bien commun”. Cela a donné des résultats. Je puis n’être pas d’accord avec certains points de la déclaration, j’éprouve néanmoins un sentiment de soulagement. Il y a un pilote dans l’avion, et qui plus est il semble avoir la manière de gérer l’équipe des stewards et des hotesses de l’air, lesquels depuis quelques décennies semblaient avoir oublié qu’il y avait des passagers à bord.

Le café reste de la lavasse, la tambouille peu ragoutante, et le film un triste navet. Le passager prendra patience, s’il arrive à bon port: ce qui, en dépit des consignes rassurantes de l’équipage, est loin d’être assuré. Vieillissement, pensions, chômage, immigration, dysfonctionnements multiples débouchants sur des fraudes multiples –lesquelles sapent bien autre chose que l’équilibre budgétaire- sont autant de feux de Saint-Elme sur la carlingue. S’il est extrêmement rare que la foudre frappe un appareil en vol, notre pilote aura, au décollage comme à l’atterrisage, particulièrement à se méfier des pigeons mouettes et autres volatiles susceptibles de gripper le moteur. Le pays pourrait perdre plus que quelques plumes autour du problème pendant: celui de BHV.

Commentaires

L'avantage de Herman, c'est qu'il n'a plus d'ambitions politiques personnelles et qu'il n'a dès lors plus grand chose à perdre.
Il est en quelque sorte dans la position du président des USA au début de son second mandat qui sait qu'il ne peut plus se représenter et qu'il a les coudées plus franches.

Écrit par : Ø | 14/10/2009

exact; il peut faire de la politique, au lieu de chercher à se placer en politique (pour parodier le titre d'un intéressant article du Monde diplomatique, ce mois-ci). Il n'empêche, si on avait des représentants, au lieu de lobbyistes, on pourrait espérer s'en sortir. Le problème, c'est que nous sommes dirigés par de petites âmes mesquines... pas de bien commun pour les particrates au petit pied.

Écrit par : pamina | 14/10/2009

Personnellement je ne connais pas d'homme politique sans ambition personnelle. Je ne crois guère au Cincinnatus moderne sorti de sa campagne, règlant le problème et puis retournant planter ses choux, une fois le travail accompli. En outre, le pouvoir est une drogue à accoutumance.
Mais bon, Herman Van Rompuy était la moins mauvaise situation pour soritr de l'aporie consécutive aux élections de 2007. Ce qu'il nous propose n'a rien de drôle mais ca marche, contrairement à ce que faisait Yveke Leterme.

Ceci dit, la schizophrénie des politiques m'ébahit chaque jour davantage. Les Ecolos critiquent le budget fédéral le jour où ils encensent le budget régional alors que les deux sont des exercices du même type dictés par une situation similaire. Il est juste de dire que le MR fait l'inverse, ce qui n'est pas plus malin.
Vérité en-deçà des Pyrénées, erreur au-delà.

Écrit par : hughes_capet | 14/10/2009

Ca m'énerve un peu que sur ce blog vous mettiez d'office tous les politiciens dans le même sac. A part Herman Van Rompuy, aucun ne trouve grâce à vos yeux. Je ne suis pas calée en politique et donc je ne m'étendrai pas davantage mais j'ai l'intime conviction que tous ne sont pas pourris.
Il me semble que dans toutes les professions il faut une certaine ambition pour percer mais tous les ambitieux ne veulent pas être en tête de cortège. Toutes les ambitions personnelles ne sont pas malsaines. Et admettons que le métier de politicien gagne en pouvoir, je ne crois pas non plus qu'une position de pouvoir devienne systématiquement une drogue pour son détenteur... à part cet agacement, je lis tous vos billets avec beaucoup d'intérêt et de plaisir.

Écrit par : Martine | 14/10/2009

non, je ne mets pas tous les politiciens dans le même sac: t je n'aurais pas voté, d'ailleurs, si j'avais été aussi réductrice ;0) -juste, je n'ai guère de sympathie pour ceux qu'on nous présente comme des "ténors", et qui ont une vision tribale et lobbyiste de la gestion publique; ceux dont le discours réducteur tient en trois slogans simplistes, révélant l'opinion simpliste qu'ils se font de leur électorat, et de sa capacité politique; ceux qui ne font pas de politique, mais se placent en politique -et qui seraient bien en mal de se placer ailleurs, en dépit de l'éminente opinion qu'ils ont d'eux-même. Ceux-là, et ils sont nombreux, ne trouvent effectivement aucunement grâce à mes yeux.

Écrit par : pamina | 15/10/2009

Je ne pense pas qu'il s'agit de critiquer tous les politiques, mais bien de dénoncer la "démocrature particrate..."

Écrit par : olivier | 17/10/2009

Les commentaires sont fermés.