Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

03/10/2009

Indigestion?

Serai-je victime d'une indigestion? C’est la question que se posent quelques fidèles de ce blog, devant la page d’accueil du Bien commun, désespérément inchangée depuis quelques jours: aurais-je mal digéré quelque recette interculinaire, en particulier l’agneau maghrébin aux citrons confits? La réponse est non. Tout va bien, le transit aussi, merci. La plume –ou le clavier- n’est en rien constipé. Un peu de surcharge pondérale (le poids des mots?), quelques calculs (budgétaires), des problèmes de tension (professionnels). Un petit soucis de bile, néanmoins. En effet, j’ai pour habitude de parcourir la presse très très matinale (en général, dès l’insomnie de 5h30): celle dont les titres sont en vrac, encore, et l’orthographe mal collationnée. L’heure où on trouve même sur Le Monde des fautes de participe passé (!!!), ce qui console des horreurs que je retrouve dans certains de mes billets, quand j’ai le malheur de me relire.


Les titres en vrac, c’est plaisant: parce qu’à 7h30 h par exemple, on peut assister à la “mise en ordre” de l’information. Sur quoi la rédaction attirera-t-elle l’attention? Et qu’est-ce qui glissera à l’arrière plan? Ce matin, les commentaires de Milquet sur le nucléaire ont ainsi déménagé de la page d’accueil dans la rubrique actualité. On y apprend que franchement, et conformément à l’avis du très photogénique Magnette, en l’absence d’alternatives, il n’y a rien d’autre à faire que de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires.

Peut-on poser la question: comment se fait-il, la loi étant passée en 2003, que la Présidente d’un parti au pouvoir puisse constater avec fatalisme qu’hélas, rien n’a été fait? Constat d’impéritie, constat de défaut de gouvernance, constat de faillite politique par celle-là même qui se prévalait lors de la dernière campagne d’un bulletin on ne peu plus positif. Qu’à cela ne tienne, il suffit, “sans simplisme idéologique” (et vlan, dans les rotules du petit frère vert), de retourner sa veste. La girouette a tourné, voici le temps des vents rouges-orangés. Discours à connotation marxiste-léniniste, genre “il faut faire payer les riches”?

"La prolongation de l'ensemble des réacteurs nucléaires doit être l'occasion de capter la rente nucléaire" (Dans le texte, comme je vous l’écrit !).

Ah, l’humanisme centriste, j’adoooooooooooooore. Le personnalisme, le droit-de-l’hommisme, le bien pensisme… Le joli masque pour « capter » tout ce qui est captable : une place au gouvernement, des sièges de ministres, des prébendes, des voix et accessoirement, des rustines budgétaires palliant les politiques antérieures inconséquentes. Ou actuelles : silence, toujours, sur les pléthoriques cabinets. Allons, allons, tout cela, c’est de la bonne gouvernance.

Je n’entrerai pas dans le débat « faut-il ou pas le nucléaire » : je note que mes impôts nourrissent déjà un forum « lobbyisé » pour ce faire, avec en prime de la pub à grande échelle, faisant croire à un libre débat. Libre. Haha ! Débat. Haha !

Non, ce qui me scandalise, mis à part l’hypocrisie du CdH, toujours prêt à nous bassiner de grands principes et à user de traîtrises et de petitesses, c’est le déni démocratique, le déni politique que constitue cet alignement pur et simple sur les volontés d’une multinationale : car enfin, la loi a été votée. Ou bien était-ce, d’emblée, pour n’être jamais appliquée ?

PS et CdH sont purement et simplement « vendus » à une cause, qui idéologiquement devrait les révulser. Car quoi, il s’agit bien d’un chantage –comme jadis celui d’Ecclestone qui parvint à défaire la loi, rappelez-vous, qui hypothéquait ses profits. C’est vrai que di Rupo avait osé prendre pour argument de la réussite de sa politique sociale, l’implantation en Wallonie d’un centre Microsoft –Microsoft, l’icône du capitalisme triomphant. Personnellement, je trouve cela idéologiquement aussi incongru que si Benoît XVI se targuait de l’ouverture d’une maison close au Vatican…

Ma bile ? Une crise de foie. Une crise de foi. Non en la politique, mais en ces politiciens sans cohérence et sans conviction, incapable de tenir un cap parce qu’ils n’ont d’autre horizon que les élections suivantes, qui leur permettront de « tenir » au pouvoir, encore et encore… Regardons les choses en face. Nous n’achetons pas, avec le nucléaire, un peu d’aisance budgétaire. Nous vendons purement et simplement le politique à l’économique. C’est fait depuis longtemps, me direz-vous. Et vous avez raison. Il n’empêche : puis-je, citoyennement, démocratiquement, trouver cela -une nouvelle fois- déshonorant ?

 

 

Commentaires

"incapable de tenir un cap parce qu’ils n’ont d’autre horizon que les élections suivantes"

Un mandataire PS prépare une proposition de loi visant à interdire les sondages à moins de 40 jours d'une élection et à sérieusement revoir les % d'erreurs autorisés (2% maxi)

Il explique que les sondages influent sur l'électeur et donc peuvent modifier les résultats électoraux.

Preuve en est que ce qui compte se sont donc bien les fameux résultats.

Je me suis amusé à préparer un billet sur le vote lors des dernières régionales et un constat, Ecolo et le Cdh ont, respectivement, moins de voix que le nombre des électeurs qui ont votés blanc, nul ou ne sont pas venus voter.

En Wallonie ce parti virtuel des votes non valablement exprimés est troisième derrière le PS et le MR, à Bruxelles il est second, derrière le MR et AVANT tout les autres.

Le Cdh quatrième force politique n'a en réalité obtenu qu'une voix sur huit électeurs inscrits en Wallonie et une sur dix à Bruxelles.

Le vote obligatoire est donc devenu un outil de légitimisation du résultat électoral, alors que l'actuelle majorité de l'Olivier n'a, en réalité, réunit collectivement que 43.6 % des électeurs inscrits à Bruxelles. Autrement dit c'est une minorité relative qui gouverne et se proclame grande gagnante du scrutin.

En Wallonie, l'Olivier représente 55% du corps électoral inscrit, ce qui lui confère une légitimité en valeur absolue, mais courte.

Au-delà de ce constat, il n'en reste pas moins qu'une Joëlle Milquet, ne représente qu'une minorité d'électeurs, or ces interventions sont inversément proportionnelles à son poids électoral.

;-)

Écrit par : olivier | 04/10/2009

d'où mon lointain billet: je veux élire, et non voter...

Écrit par : pamina | 04/10/2009

Bon, les liens ne passent plus sur LLB, donc je mets ici l'article du monde ;0)
http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/10/03/en-belgique-le-gouvernement-prolonge-de-dix-ans-la-duree-de-vie-de-trois-centrales-nucleaires_1248867_0.html

Écrit par : pamina | 04/10/2009

bonsoir
@ olivier

ajouter à ton commentaire, la problématique du système électoral étudié pour exclure tout petit parti qui ; a défaut d'avoir à lui seul , la majorité absolue... est mort-né dès avant le scrutin...donc , aurons nous encore jamais d'autres choix que ceux qui nous sont proposés/imposés ?

Écrit par : jacques legrand | 04/10/2009

Sans vouloir rejouer la prise du Fort de Douaumont, le Chemin des Dames, voire le siège de Gergovie (désolé, je ne sais pas où c'est Alésia) mais dans les années 80, le même raisonnement a déjà été fait sur les sondages. La publication de leurs résultats était interdite un certain nombre de semaines avant le scrutin. Le but était d'éviter que des sondages n'encouragent l'électeur à voler au secours de la victoire en soutenant par conformisme le parti donné vainqueur. On a vu alors se développer des sondages non publiés, sauf fuites plus ou moins organisées dans les médias.
J'en profite pour attirer l'attention sur le fait que ces 20 dernières années, on a passé son temps à charcuter la loi électorale. Il y a eu le découplage des élections régionales et fédérales, le couplage des provinciales avec les communales, la disparition puis la réapparition des suppléants, la modification des circonscriptions électorales (à la taille de la Province (sauf BHV, et c'est injuste pour les flamands, osons le dire) pour les fédérales, au niveau de l'arrondissement pour les régionales) , l'abaissement de l'âge d'éligibilité, le droit de vote partiel aux ressortissants de l'Union européenne et les multiples avatars de la loi sur les dépenses qui est modifiée à chaque scrutin.
Bref, notre establishment ne me semble pas très assuré sur ses bases, puisqu'il passe son temps à modifier celles-ci.

Écrit par : hughes_capet | 04/10/2009

Un tout petit détail mais qui a son importance : Le cdH n'a jamais voté la loi de sortie du nucléaire. Il a donc depuis le début une position parfaitement cohérente. Maintenant, c'est vrai que se situer au centre expose à recevoir des baffes des deux côtés .... mais là se situe peut être le vrai courage politique !

Écrit par : Alain | 05/10/2009

@Alain: effectivement, et le CDH a toujours évité de prendre clairement position contre le nucléaire. On ne peut donc pas dire qu'il retourne sa veste. On peut juste lui reprocher de se proclamer plus vert que les Verts (cf André Antoine).
Par contre le MR l'avait votée, manifestement en sachant très bien qu'il suffirait de faire traîner les choses pour que le constat s'impose de lui-même: vous voyez bien qu'on ne peut pas s'en passer!
Quant au PS, il prouve une fois de plus que ses préoccupations écologiques ne sont que le résultat des avancées d'Ecolo sur ses plates-bandes électorales. Le vernis vient de sauter.

Un billet intéressant sur le sujet: http://plennevaux.be/alexandre/general/sortie-du-nucleaire-nouveau-francorchamps/

Écrit par : MarcDS | 05/10/2009

@Alain: position cohérente dans l'hypocrisie; -que je sache, le cdh n'a pas voté la loi, mais a été au gouvernement depuis, et d'une inertie aussi phénoménale sur ce point que sur tous les autres; et son petit coup de vert printanier et pré-electoral s'est bien gardé d'aborder ce scabreux sujet. Ce qui me hérisse au Cdh: le bien-pensisme donneur de leçons, et son opportunisme invétéré. Plus exactement, invertébré: d'où vient le vent?

Écrit par : pamina | 05/10/2009

Le cdH se prendrait donc des baffes, parceque situé au centre...

Elle est bonne celle la :o)

Je ne suis ni pour, ni contre bien au contraire...

Dois-je citer la longue liste des incohérences du cdH ? Non bien sur... :o)

Écrit par : olivier | 05/10/2009

oui, c'est une explication un peu simpliste... En fait, le Cdh ne mérite même pas des baffes. Trop inconsistant pour cela. Un humanisme mou. Pire: molasson.

Écrit par : pamina | 05/10/2009

pourquoi perdre son temps à faire des différences entre partis ?
Ils sont unis par la lâcheté et le profitariat.

Écrit par : hughes_capet | 06/10/2009

Un petit bonjour à tous,

Joëlle, le nucléaire et tout le reste... C'est la même chanson pour Laurette et son actuelle fixation, les banques qui doivent payer...!
Quand aurons-nous des "responsables" politiques qui seront jugés et sanctionnés sur leur bilan ? Et à qui on pourra aussi demander de payer, comme pour les banques!
Un exemple parmi beaucoup d'autres, combien pour la coût de la délirante analyse du risque de la grippe A/H1N1, Madame Laurette la Magnifique ? Vous êtes très mal placée pour faire la leçon à d'autres qui n'ont eu que quelques heures pour prendre une décision de 'quitte ou double'.
Si nous faisions le bilan de votre prestation dans les differents postes ministériels que vous avez occupé,j'ai de forte crainte que vous aussi,vous devriez rembourser le citoyen qui doit supporter la crise permanente de votre incompétence et de votre gabegie.
Pour en revenir au CDH,il serait grand temps de mettre la 'Belle-mère' au placard et souder la porte. C'est tout le mal que je leurs souhaîte.
Pour le reste, ...

Yvan.

Écrit par : Yvan | 06/10/2009

Les commentaires sont fermés.