Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/09/2009

L'interculinarité

Après de houleux débats sur l’interculturalité, où je me vois quasiment menacée d’une fatwa occidentale pour n’être pas plus extrémiste, j’ai eu le grand plaisir d’écouter aujourd’hui, sur la RTBF première, le journaliste français Mohamed Sifaoui. Musulman, croyant, laïc, démocrate, résolument opposé au voile et à la burka, et il appelle l’Europe à une affirmation de ses valeurs face à l’intégrisme. De quoi brouiller les cartes du tarot simpliste: musulman=islamiste. Dans ses écrits aussi, d’ailleurs

Lire la suite

22/09/2009

Interculturalité mais encore

Voici quelques jours qu’on nous bassinne avec “Les Assises de l’interculturalité”. Un machin dont j’ai appris hier qu’il allait durer un an, et dont Delruelle, président du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme, a expliqué hier avec la plus totale ingénuité la raison d’être, et la ligne directrice. Si vous imaginiez qu’il s’agissait d’un lieu de débats de réflexion, sachez que c’est le cas: dans la limite claire de balises bien définies  (Par qui? Quand? Avec quelle légitimité?)..., et qu’on nous propose comme évidentes. Par exemple : « on peut très bien réussir l’intégration sans rester focalisé sur l’assimilation. Il faut déconnecter les deux. Pour moi, c’est le grand défi des Assises : on doit essayer de le faire comprendre et accepter par un maximum d’acteurs sociaux. » -au moins, on sait à quoi sert la dotation de ce machin (comme celle de la rtbf): nous convaincre de vérités bien définies (une fois encore par qui, quand, avec quelle légitimité).

Dieu merci, j’ai entendu ce matin Guy Harscher aux propos certes plus réalistes. Je ne désespère pas encore tout à fait que la raison et la pondération nous mènent à des décisions que l’humanisme motive: un humanisme arrimés à ses valeurs, non pas défendant, mais proclamant celles-ci, capable en somme d’une militance positive. Idéalisme et pragmatisme peuvent et doivent aller de pair: et il faut parfois ranger le premier au profit du second, le temps de prendre les mesures qui lui permettront, demain, d’avoir plus large droit de cité.

Lire la suite

19/09/2009

“Im Halal”, l’internet sans péché

Parler d’Islam et d’intégration pour le moment, c’est un peu jeter un pavé dans la mare. Les mots sont plus dangereux semble-t-il que les cailloux (voire les bonbonnes de gaz) dont on canarde nos forces de l’ordre, lors d”incidents isolés” laconiquement évoqués par les communiqués de l’agence Belga. Ceux-ci, jusqu’à aujourd’hui, se voyaient relégués en place très secondaire dans les éditions électroniques des media, et demeuraient la plupart du temps fermés aux commentaires. Ne parlons pas du silence assourdissant de la RTBF, rompu hier par le reportage du JT du soir. Qu’à cela ne tienne, celui-ci fut largement centré sur le témoignage des jeunes dont nous n’entendions que la voix sans voir le visage (mais bien,la chemise Mc Gregor). Dans le régime qui est le nôtre, sans doute, il devient dangereux de parler à découvert: surtout, comme le souligne l’un des interviewés, qu’ils font figure de “résistants”. Serait-ce qu’ils se considèrent comme en guerre? Comment dit-on, encore? Djihad?

Je prends mon courage à deux mains, au risque d’encourir l’anathème: je veux parler non de l’Islam, mais de l’Islamisme, ce qui est chose fort différente. L’Islam est une religion, et comme telle je la respecte. L’Islamisme est la forme militante visant l’établissement politique de l’Islam. En tant que démocrate, je le réprouve, car visant  à l’imposition de la charia comme loi, il est en opposition directe avec mes valeurs et mes principes, ceux qui, autour du concept des droits de l’homme (et de la femme) ont nourri la Constitution de mon pays. L’Islam peut coexister avec le monde occidental et s’y intégrer. L’Islamisme, non, car son but est de l’investir et de le transformer. 

Lire la suite

16/09/2009

L’école: sens giratoire, voie sans issue ou autoroute du soleil?

Pas un jour sans qu’on ne parle de l’école, ou des enseignants. L’enseignement de qualité est essentiel (bla-bla-bla...), les profs ont “bien bon quand même” avec leur 20 h/semaine et 3 mois de congés. Demain, il y aura grève, (en fait, arrêt de travail pour information), et à entendre nombre de forumeurs, “c’est scandaleux”, ces profiteurs n’ont qu’à “enfin” travailler (aussi assidument que ceux présents de longues heures sur la plate-forme). Moi, ce que je trouve scandaleux, c’est qu’en définitive, on parle “sur” l’école, mais pas “de” l’école, et encore moins DANS l’école. De Laurette à Joëlle, et pendant presque 20 ans, on a tourné en rond. Les syndicats ont obtenu des revalorisations salariales et la pension à 55 ans. Est-ce que cela a rendu de la valeur au métier? Les jeunes le fuient, c’est une réalité. Posez-vous la question du pourquoi?

La réponse est claire. L’enseignement manque de sens, dans les deux acceptions du terme: il a peu de signification, et on voit mal sa direction. Moralité: élèves et professeurs se trouvent engagés dans une voie sans issue –parfois aussi schizophrénique que le rond-point de Raymond Devos. 

Lire la suite

10/09/2009

Question de pointure

Question de pointure…

« Vous pouvez avoir les enseignants les plus dévoués, les parents qui vous soutiendront le mieux, les meilleures écoles au monde, rien de cela ne fera une différence si vous tous ne prenez pas vos responsabilités » « Réussir est difficile ». « Ce que vous apprenez à l'école aujourd'hui déterminera si notre nation peut relever les plus grands défis de demain. »

Barack Obama

« Non, on ne fait pas des études pour avoir un métier. Si elles peuvent y conduire, ce n’est pas leur finalité. Il faut soutenir tous les jeunes qui veulent apprendre, quelles que soient les filières (…). Mais celui qui a envie de faire l’histoire de l’art, qu’il la fasse aussi, quitte ensuite à ne pas travailler dans ce qui aurait été la suite logique de ses études. La primauté de l’enseignement, c’est l’épanouissement personnel. »

Jean-Claude Marcourt

Je lis, je relis, je hausse les épaules. Question de culture ? Question de pointure !

Lire la suite