Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/08/2009

Le contre-pied

Ce qui me frappe chez Herman Van Rompuy, c’est son côté “à contre pied” de la culture politique ambiante. D’abord, il cause peu; ensuite, il cause bien. Je veux dire: en peu de mots, pour transmettre un contenu, lequel a un sens (au double sens de “signification” et d’orientation, ligne directrice). Il a même des lettres – à la différence de la nouvelle ministre flamande des deux cultures –l’agri- et l’autre, laquelle est épinglée dans Le Monde de ce week-end pour son insignifiance. Ainsi HVR cite-t-il Saint-Exupéry: non pas le Petit Prince, mais les écrits que je qualifierai d’existentialiste, les textes engagés, volontaristes ( "l'homme se mesure devant l'obstacle", Terre des hommes, éd. Le Livre de Poche, 1939, p. 7). Peut-être faudrait il relire aussi Citadelle, dans le contexte difficile qui est le nôtre? J’y reviendrai dans un autre billet.


Pour en revenir aux propos d’Herman Van Rompuy, à parcourir les forums et de la blogosphère, l’écho à ses interviews est plutôt positif. On sent poindre comme un soulagement d’entrendre des mots vrais, qui pointent un avenir difficile, mais un avenir différent du présent. Le système actuel n’est pas structurellement tenable. Il n’est pas non plus socialement équitable. Et, faut-il le dire, il a échoué dans sa tâche première: avec un PIB confortable, nous affichons en Belgique un IRB (Indice relatif du bonheur)  assez médiocre au rang des pays européens. Ceci dans un pays que l’on peu qualifier encore de prospère (pour combien de temps?), bénéficiant d’une sécurité sociale remarquable (et qui draîne d’ailleurs sur le territoire des migrants en quête de ce piètre Eldorado), où l’on grignote depuis des décennies les fruits du travail d’antan, en cigale aimant le pain, les jeux et la Jupiler (ahhhhhhhh Standart champion!!!!!!)

Le populisme soft (particratique) que dénonce HVR est à l’oeuvre, et nos quêteux de pouvoir sont tout, sauf courageux. Etre dirigée par un premier ministre contre son gré et qui n’envisage pas de rempiler d’ici deux ans est peut-être la meilleure chance de la Belgique. S’il s’applique à gouverner plutôt qu’à être populaire, c’est déjà un mi-temps ministériel de gagné. Sa discrétion et son laconisme sont d’ailleurs en passe de déclasser le verbiage de nos présidents de partis. De quoi faire paniquer tous les marketteux de service, conseillers en communication et relookeurs de prestige. Car l’atout de ce Premier somme toute atypique, c’est la cohérence: un mot presqu’aussi oublié que celui d’effort, et une qualité qui s’aquiert, mais ne se copie pas.

Je note par ailleurs avec intérêt la réponse sybilline du Premier ministre à la question “Impliquerez-vous les présidents de partis”? S’il avait ce courage de faire la politique avec les hommes de son gouvernement, et de renvoyer les bonimenteurs de foire à leurs tribunes électorales respectives, bien des rodomontades et crispations seraient évitées. Herman Van Rompuy est un homme intelligent et lucide. Sera-t-il assez homme d’Etat pour travailler contre la particratie qui mine le pays? Les aberrations entérinées lors du remaniement ministériel laissent planer le doute sur ce point. Toujours est-il qu’à son âge, avec son passé, ses compétences, et au poste qu’il occupe, il est le mieux à même de mettre, en situation d’urgence et de crise, la particratie hors jeu, pour cause de “salut public”.

Beaucoup de citoyens semblent prêts à pousser à la charrette, comme je l’écrivais il y a peu. Mais que la réforme fondamentale échoue, que le sentiment d’injustice sociale, d’abus, de fraude généralisée et de dysfonctionnements ne trouve pas de réponses fermes et catégoriques, cette charrette là pourrait mener bien des aristocrates à la lanterne. Je parle des politiciens, évidemment.

Au fond, à la lecture de la presse de ce matin, entre réforme avortée des coûteuses provinces, cumul de de Padt, promotion de Delcroix et démarches du demandeur d'emploi Donfut auprès de Papa, je ne suis pas foncièrement optimiste. Et j'entend poindre une colère légitime:

Quousque tandem abutere, patientia nostra? 

 

liens: 

http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2009-08-01/van-ro...

http://www.levif.be/actualite/belgique/72-56-36202/les-no...

Commentaires

Il y a deux pont-aux-ânes dasn citadelle. (je cite de mémoire)
- si tu veux que ton peuple soit uni, donne-lui une tour à bâtir, si tu veux qu'il se dispute, donne-lui du pain
et
- citadelle, je te bâtirai dans le coeur de l'homme.

Écrit par : hughes_capet | 03/08/2009

aaaaaaaaah, l'incontournable Hughes Capet, homme d'esprit et de lettres, est de retour... :0)))

il y a surtout dans Citadelle un texte politiquement incorrect, qui parle des hommes auxquels on jette du grain comme des poules... faut que je le retrouve et le scanne. Mais demain j'ai projeté de parler d'effort :0) alors après-demain peut-être...

-les deux phrases sont vraiment des "pont-aux-ânes"?

Écrit par : pamina | 03/08/2009

Les commentaires sont fermés.