Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/07/2009

Pousser à la charrette

Je me donnais avant hier quelques raisons d’espérer une politique meilleure –à vrai dire, tout simplement, une politique- en m’arrêtant brièvement à la personne de notre premier ministre, Herman Van Rompuy: sa figure sybilline et ascétique tranche pour moi très agréablement dans cet “univers impiiitoyaaaaaaaaaaaable” qui “glorifiiiiie la loi du plus Fort”. (Pour les incultes qui n’ont pas reconnu la citation, je me réfère ici à la chanson de Michel Salva qui, en 1981 illustra la série télé Dallas, de glorieuse mémoire. Evidemment je vous parle d’un temps que les moins de vingts ans ne peuvent pas connaître. )


Je digresse. Le temps d’une petite pause dans la laborieuse rédaction d’un billet-texte- chapitre-cours sur Le Bien commun, le concept qui a donné son titre à ce blog et que je vois lentement ré-émerger dans le discours médiatique.  Si tout va bien, la publication interviendra pour l’anniversaire de ce blog (ses six mois). Donc le 15 août. Le 15 août? Aïe aïe aïe... date cruciale pour les Liégeois et amateurs de Peket dont je suis. Bon, nous verrons. Entretemps je travaille assidument.

Pour le reste, j’ai éprouvé le même sentiment que Michel Konen, dans l’Edito de La Libre de ce matin, à entendre notre ministre fédéral du Budget parler sans fard et dire la réalité autrement qu’à mots couverts. On comparera par exemple son analyse et expression directe avec la fumeuse affirmation de notre ex-ministre régional, Michel Daerden, relativement au budget wallon: “mes chiffres sont bons; ce sont les paramètres qui sont mauvais”.

Vanhengel nous annonce l’austérité absolue. J’apprends avec soulagement cette nouvelle, car lisant régulièrement la presse étrangère et prenant le pouls de temps à autres ailleurs que dans notre microscopique Belgique, je finissais par craindre que seuls nos ministres n’aient pas encore pris connaissance de la crise. Le discours lénifiant qu’on nous a servi jusqu’ici a permis la focalisation des énergies politiques sur les fauteuils et maroquins. Attendons-nous au retour des vacances à une aggravation  « soudaine » et « imprévisible » de tout ce qu’on nous avait dit « aller mieux » qu’ailleurs en Europe. Si telle ou telle ingénérie des chiffres a pu alimenter un discours mensonger, il va bien falloir regarder les choses en face, et gouverner. A moins bien sûr que BHV ne serve une fois encore à masquer les incapacités à agir, en fournissant le prétexte à des rodomontades et de la musculation communautaire. Si c’est le cas, ce pays est mort. Je ne parle pas de la fin de la Belgique : je parle purement et simplement de la faillite de l’Etat.

Nous relevons jours après jours, depuis des mois, non plus les symptômes mais les maux avérés de la déliquescence du pouvoir. Il faut gouverner : prendre des décisions et se donner les moyens qu’elles soient exécutées efficacement. La tâche est immense, tant nous avons pris l’habitude de gérer les dysfonctionnements multiples par la marge, ajoutant ainsi aux « estompements de la norme » pointés voici longtemps déjà –lors de l’affaire Dutroux. Or ceci n’ira pas sans résistance ni combat.

Nous aurons à veiller que, lors de la nécessaire réforme de l’Etat et dans la réinstauration d’un pouvoir efficient prenant les mesures nécessaires à la survie de notre système social, les attitudes particratiques, électoralistes, populistes ne prévalent.

C’est demain, dans un contexte difficile mais qui nous accule à des décisions courageuses, que nous pourrons juger hommes d’Etat et politiciens de bas étage : les premiers seront à même, dans le contexte des décisions drastiques qui s’annoncent, de redéfinir un projet commun alternatif, là où les autres défendront, comme d’habitude, des acquis et privilèges particuliers. En dépit d’eux, de leur chant des sirènes proprement délétère, il nous faudra en définitive sortir de la coexistence, et ambitionner, enfin, de vivre ensemble.

Pour cela nous devrons, inéluctablement, repenser notre avenir et le contrat social qui nous lie. C’est aux citoyens à pousser à la charrette… 

 

Commentaires

eh kwé char(r)ette ? Un ou deux R ?
Si je puis me permettre, vous devriez accompagner vos billets d'un "encéphalogramme citoyen diachronique", montant et descendant à la lumière de votre foi en la démocratie / la politique / la Belgique / ... (baffez les mentions inutiles).
C'est en tout cas un régal de vous lire et de deviner votre humeur...

Écrit par : Stéphane | 29/07/2009

Notre "ami" Elio attaque déjà sur l'austérité inacceptable de la sécurité sociale ...

Écrit par : Weylann | 29/07/2009

illustration dans l'actualité brûlante de la politicaille de bas etage: http://www.7sur7.be/7s7/fr/3007/Bruxelles/article/detail/948226/2009/07/29/Le-PS-s-en-prend-a-Vanhengel.dhtml

Écrit par : pamina | 29/07/2009

lolllllll merci pour la correction, et zut, vous avez découvert que je suis cyclothymique lollllllll
et vous?

Écrit par : pamina | 29/07/2009

@weylann: oui, notre info s'est croisée...

Écrit par : pamina | 29/07/2009

d'humeur égale et plutôt primesautière... mon verre n'est jamais à moitié vide ou à moitié rempli : j'en prends un plus petit. Voilà quelques dizaines de milliers d'années, des poignées d'hommes et de femmes faisaient la différence : en traversant le détroit de Berhing, en "inventant" le feu ou la roue. Aujourd'hui, c'est la même chose. Quel que soit le problème, que chacun fasse sa part. J'essaie, au quotidien, de faire la mienne.

Écrit par : Stéphane | 29/07/2009

faire sa part, coordonner les initiatives et les énergies... donner envie d'autre chose, autrement... en tous les cas je retiens l'idée de l'encéphalogramme, autant annoncer la couleur au lecteur lollllllllllllll

Écrit par : pamina | 29/07/2009

Je viens de regarder le journal de la RTBF, je suis scandalisée du traitement de l"information": l'austérité prévue est le fait d'un libéral flamand héritier de Verhofstad. Heureusement le ps Courard défend les malades, sans quoi nous allons payer plus cher nos soins de santé.
Bonjour, la lecture particratique et idéologique. Avec ce type de journalisme les présidents de partis n'ont qu'à endosser leur rôle, et battre le rappel des voix: si vous êtes contre, soyez donc avec nous... Ah, de fait, nouveau titre dans La Libre: Jojo l'humaniste, auto-promue chevalière blanche, défendra elle aussi les acquis...
Comment?

Écrit par : pamina | 29/07/2009

Mon commentaire sur le billet précédent aurait dû se trouver ici.
Lors de la campagne éléctorale, je me suis fait presque insulté quand j'ai demandé que des chiffres soient mis à coté de tous les rêves que nous offraient les différents partis.
Nous y sommes, comme je l'ai aussi écrit, retour sur terre en catastrophe et sans parachute.
Que dire d'autre ... ? Standart Champion, hein Michel !
Qui va déguster maintenant ? Nos courageux présidents de partis ?

"Debout les gars réveillez-vous, il va falloir y mettre un coup ..., on va au bout de monde." Hughes Auffray
Faut peut-être par voir si loin, mais faudrait quand même voir pour demain.

Yvan.

Écrit par : Yvan | 29/07/2009

Bonjour à tous,

Me voilà de retour dans notre plat pays après une évasion salvatrice auprès des cigales et des grillons du sud.

J'en ai profité pour suivre la presse étrangère et anglophone que j'avais un peu ignorée durant la campagne particratique de juin 09.

Il y a comme un parfum d'éthique qui se répand en occident, l'affaire de la mercedes blindée d'une mandataire allemande adepte des plages ibères, le rapport de la Cour des Comptes française qui préconise à Nicolas et Carla de se rendre au Cap Nègre avec l'avion présidentiel mais en remboursant le prix moyen commercial du trip méditerranéen (moins couteux que de prendre le vol Air-France suivi du même avion présidentiel au cas ou...).

Roseline Bachelot qui annonce que la France déclarera très certainement la pandémie de la grippe A H1N1 de niveau six dès la rentrée (n'affolont pas la cohorte de touristes britanniques et les 100.000 grippés hebdomadaires de Sa Majesté la Reine).

Le monde des entreprises qui s'inquiète des taux d'absentéismes au boulot qui ne manqueront pas d'exploser à la hausse dès que nos têtes blondes reprendront l'école ou encore les grippe party qui ne manquent pas de poindre, ultimes excentricités estivales, 'file moi ta grippe mais baisons couvert'

Barack Hussein Obama, désolidarisé des colonies de cisjordanie mais ne manquant pas de copier-coller Joelle Milquet en déclarant l'Amérique et la Chine pays du XXI siècle, maîtres du monde moderne.
Pendant ce temps, des républicains mesquins, laissent entendre que ce métis de président usurpe son titre, en effet B.O ne serait pas né à Hawaï et donc ne serait pas un natural born in usa. (en amérique peu importe ta couleur, mais pour être Mister Président il faut être natif pur souche ricain.

La Californie, chère à nos dépités Wallons, qui adopte enfin son budget d'austérité, moins de sécu, moins de fonctionnaires, fermeture mensuelle, d'un jour, des tribunaux, mise en congé forcé des fonctionnaires de l'Etat le plus riche du pays (la Californie compterait dans le top 10 des nations au PIB explosif si c'était une nation à part entière. Etonnant que notre JP Dardenne libéral et ses corrélégionnaires socialistes et humanistes n'aient entrevus cet aspect économique dans le rapport éducatif de leur 'mission' à 80.000 €, pas sûr finalement que les Gilles de Binche seront bienvenus à sacramento pour égayer la vie des homeless nouveaux pauvres US.

S&P 500, le FTSE 100, JP Morgan, Bank of América, Google, renouent avec les plantureux bénéfices en milliards de $, la vie va pouvoir reprendre son cours normal, les Chinois sont rassurés, finalement leurs obligations sur la dette US ne vaut pas tripette, au contraire, elle leur sert aussi à négocier sans difficulté la main de fer sur le Tibet ou les 'événements' de cette province ou quelques musulmans se rebiffent à la machette contre de bons chinois armés de pics et de marteaux.

Les Hedges Funds revoient affluer les tonnes de $ à investir, ici dans le pétrole, là dans le blé, ben oui, même pauvres les gens devront bien manger et se chauffer, d'ailleurs Kyoto et le réchauffement climatique ne sont plus que de mauvais souvenirs agités par des intégristes qui jouent les cassandres écolos, allons, Obama à dit, l'amérique fera exemple, et réduira les émissions de Co dès 2030 un peu, dès 2050 beaucoup. (ouf en 2050 je serai redevenu poussière).

Et notre bonne vieille belgique qui cherche des sous, peut-être dans la poche des infâmes propriétaires qui louent leur bien, taxons les loyer, c'est facile à décréter, ca mange pas de pain et ca peut rapporter gros, en France ils ont un nouveau dada, la taxe carbonne, elle ne devrait couter 'que' 300 € annuels pour un ménage moyen avec deux moufflets, du moins au début et en taxant 32 € la tonne de CO, mais après on passera à 100 € (si pas plus) la tonne.

Ca prendra combien de temps avant que la grippe au carbone française ne fasse éternuer nos ministres verts du PW et de la CF ? Allons, si Sarko le fait, Namur peut le faire aussi non ? En plus c'est un transfuge socialo qui a pondu l'idée, sacré Rocard !

La France a aussi un nouveau truc, l'auto-entrepreneur, comprenez l'employé qui ne s'en sort pas et monte sa petite entreprise sur le côté pour arrondir, l'idée est simplissime, pas de chiffre pas de taxes ni impôts, dès que le bénéfice arrive, une taxe forfaitaire et libératoire, loin du concept belge, malheur à celui qui souhaite s'émanciper par ici, avant même d'avoir gagné un kopeck on lui pompera une panoplie complexe de taxes diverses, autant bosser au noir non ?

La TVA à 6% dans l'Horeca, Reynders y tient, en France Sarko l'a fait, non sans avoir carressé l'inflexible Angela Merkel dans le sens du poil depuis des mois, moralité un resto sur deux joue (ou ne joue pas) le jeu, mais les allemands snobbent la France depuis que la puissante machine teutonne toussote.

Me voulant un poil pragmatique ce matin, je me dis que nous n'avons pas fini de rire chez nous, il manque ce je ne sais quoi de Tenessee, mais bon, comme le dis Pamina, une lente évolution de l'espèce politicus hominus et un réveil tout aussi lent du clientelus particratis, c'est pas gagné, finalement 2050, c'est déjà demain...

;-)

Écrit par : olivier | 30/07/2009

Les commentaires sont fermés.