Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/06/2009

Du vent dans le voile

Le voile de Mahinur Ozdemir suscite quelques remous, flotte entre brises et bourrasques, agite les forums et places publiques et fait même l’objet de bureaux de partis... vous allez voir, on va finir par parler politique! Si si, je vous assure...


En toute logique, des élus prévoyants (et cet adjectif devrait être pléonastique) auraient pu et dû se poser la question de la pertinence du voile dans nos Parlements bien avant que nous nous trouvions devant le cas concret. Oui mais: ils ne l’ont pas fait. Exemple supplémentaire de navigation à vue de nos parlementaires, légiférant à tout crin pour tenter de palier les problèmes qu’ils n’ont pas prévenus, voire qu’ils ont créés. Politique-rustine, politique-sparadrap. De vue d’ensemble, de vue d’avenir: point. Nous allons croire qu’au fond, ça ne les intéresse pas. Le terme de leurs débats n’est pas le développement harmonieux de notre vie ensemble, de notre bien commun, c’est bien plus prosaïquement la prochaine législature et l’avenir des partis. Lisez Reynders samedi, Michel hier, aujourd’hui Deprez, lisez aussi Cornet qui veut “réconcilier les gens avec la politique” –comme si ce n’était pas aux politiques, à la politique, à se réconcilier avec les citoyens!

Le voile de Mahinur? Je n’ai présentement aucun avis sur la question, tout simplement parce qu’elle ne m’a pas été posée en temps utiles, et que je refuse de me positionner dans l’urgence et sans information préalable, sans réflexion aussi, sur un problème dont les implications sont nombreuses et complexes. J’ai simplement l’impression qu’il constitue un symptome de plus de l’impéritie des partis, en ce qu’il ne résulte ni d’un choix ni d’un objectif mais qu’il constitue en définitive une “résultante” du vote ethnique.

Que signifie le voile de Mahinur? Une coquetterie d’allochtone? Une conviction? Une proclamation? Est-ce un étendard? Le gonfalon d’une nouvelle croisade? Je n’en sais rien, et franchement, j’aurais aimé savoir avant qu’elle n’entre dans une assemblée belge même si régionale, démocratique, où elle devient “représentante”. La question “de qui, de quoi” se pose, il me semble. En toute logique elle aurait dû se poser au sein du parti qui l’a placée sur des listes: l’incident du foulard recadré aurait pu servir à éclaircir ce jeu hypocrite du vote allochtone, de même que la question du discours ambigu sur le génocide arménien, dont s’émeuvent aujourd’hui les représentants du Comité de vigilance des citoyens.

Il n’en a rien été. Au fond, soyons clair: l’objectif du parti, c’était les voix: pas les avis ni les opinions. Un peu comme pour les belges autochtones, quoi...

 

PS: Trop tard, à mon sens, pour discuter le voile d’une élue qui entre au Parlement aujourd’hui. Dans ce contexte d’urgence, il ne peut y avoir débat, cela vire à conflit d’opinions, et c’est tout juste prétexte à lustrer l’armure du grand croisé Ducarme... Par ailleurs, selon un titre de la presse aujourd’hui, la Justice encourage le port de symboles religieux chez ses fonctionnaires. La question est à mon sens, autrement cruciale, et ne doit en aucun cas échapper au débat démocratique. Quand il importera aux partis de faire de la politique... avant, peut-être, de préparer de nouvelles élections?

Commentaires

@Olivier: j'ai mis un lien vers ton site, rapport à la question du génocide arménien, de même que vers la dépêche Belga relatant la plainte posée par votre comité.
http://www.lesoir.be/actualite/belgique/plainte-contre-mahinur-2009-06-22-713891.shtml
merci néanmoins de catalyser ce point précis du débat sur ton blog: http://onvotepoureux.skynetblogs.be/

Écrit par : pamina | 23/06/2009

Première réflexion je trouve étonnant que la première députée voilée d'europe occidentale soit issue de la famille politique démocrate....chrétienne. J'ai l'impression d'avoir raté un épisode du feuilleton. Ou alors on assiste à un grand rassemblement du religieux.
Deuxième réflexion, nous avons connu par le passé, en tout cas avant-guerre, des cas de religieux chrétiens élus au suffrage universel et siégeant comme disait Peppone en uniforme (soutane) et avec les outils (goupillons). A l'époque ca ne choquait personne.
Troisième réflexion : notre conception de la démocratie veut que toute idéologie soit valable si elle trouve de l'écho dans l'électorat. On peut être élu belge en étant républicain, indépendantiste flamand, souverainiste hout-si-ploutien ou marxiste tendance Groucho. Alors pourquoi pas musulman ou boudhiste ? Où mettons-nous la limite ? nulle part sauf en cas de condamnation pénale (et encore).
Quatrième réflexion : c'est quoi le voile ? un signe religieux (comme la croix portée en pendentif par des générations d'adolescentes ? ), une affirmation ethnique (je suis blege d'origine turque? je suis turque de nationalité belge ? ), une marque visible du statut inférieur de la femme dans les sociétés musulmanes (une sorte d'étoile jaune), une bête tradition ? etc Tant qu'on n'aura pas répondu à cela, on n'avancera guère.
Cinquième réflexion : il existe des communautés d'origine méditéranéenne et de culture musulmane dans tous les pays d'Europe occidentale. Elles sont là et y resteront encore longtemps. Ou bien elles évoluent vers un modèle démocratique, laïque (dans le sens ou il confine la religion à la sphère privée) et compatible avec les droits de l'homme (qui sont notre vraie religion) ou bien ces communautés font le choix d'un retour à leurs racines imaginaires et rêvées. Et ce fondamentialisme là n'augurerait rien de bon.

Écrit par : hughes_capet | 23/06/2009

je suis chiant aujourd'hui , non ?

Écrit par : hughes_capet | 23/06/2009

Non Hugues: tu poses des questions intelligentes que les politiques auraient du poser, avant que nous ne nous trouvions devant un état de fait. et toutes tes questions méritent réponse.

Écrit par : pamina | 23/06/2009

Les accomodations déraisonnables

La Constitution belge garantit la liberté philosophique et de religion (liberté des cultes, celle de leur exercice public, ainsi que la liberté de manifester ses opinions en toute matière), le respect pour chacun de sa vie privée et familiale, la séparation de l'Eglise et de l'Etat ainsi qu'un enseignement neutre.
Fréquenter les églises, synagogues et mosquées est donc un droit constitutionnel, manifester ses opinions religieuses aussi. Le port du voile, de la kippa ou d'une croix est donc garantit par la Constitution.
Le respect de la vie privée et familiale permet à tout un chacun de faire ce qu'il veut chez lui et de vivre comme il l'entend. Donc rien n'empêche les femmes musulmanes d'afficher leur soumission aux préceptes religieux les plus rétrogrades en choisissant ou subissant le port du voile. Le port du voile comme le celibat des prêtres est un choix de vie et il ne m'appartient pas d'en juger.
Par contre l'Etat se doit d'être neutre et laïc.
Personne ne devrait porter de signe religieux ostensible lorsqu’il occupe une fonction dans un organisme public ou lorsqu’il siège au conseil communal ou au parlement. De même personne ne devrait porter de signe religieux ostensible lorsqu’il occupe un poste de service à la population comme : enseignant dans une école de la Communauté Française, infirmier(e), ambulancier(e), fonctionnaire, etc. Quand un citoyen se retrouve face à une personne au service du public, il n’a pas à se voir confronté aux valeurs religieuses de cette personne à cause de sa tenue.
De même dans les écoles de la CF, on devrait interdire aux élèves de porter quoi que ce soit qui représente un signe ostensible d’une appartenance religieuse. L’affirmation des valeurs communes doit primer sur l’affirmation des différences. Le MRAX s'est d'ailleurs fait tancer en ce sens par la justice.
Il est amusant de constater qu'en cette matière les partis politiques sont unanimes pour laisser les directeurs d'établissements (jugés mieux à mêmes d'estimer la situation dans leur école) réglementer le port du voile mais que par ailleurs ces mêmes directeurs d'établissements sont jugés inaptes à organiser les inscriptions qu'un décret lotto vient réglementer...
L'enseignement religieux n'a pas sa place non plus dans les écoles de la CF. Les parents qui souhaitent transmettre leurs valeurs religieuses à leurs enfants ont le loisir de le faire en dehors de l'école ou de les inscrires dans l'enseignement confessionnel. Ces heures de cours de religions seraient avantageusement remplacées par un cours sur la citoyenneté qui, de nos jours, est devenu un concept ringard et rétrograde...

Écrit par : dopey | 23/06/2009

Je me permets de recopier ici un billet que j'ai posté sur un autre blog :
Le débat sur le port du voile, que ce soit chez nous ou dans certains pays musulmans, devient aigu.

Alors que ce signe extérieur de soumission à une religion se répand de plus en plus, des voix s’élèvent et s’inquiètent de son invasion.

Rappelons d’abord que le Coran n’impose nulle part une telle contrainte, mais qu’elle résulte d‘une interprétation libre de certains préceptes appliquée d‘abord par les sunnites, et par après également par les chiites.

Dans un souci moderniste, notons que la Turquie interdit le port du voile, et que plusieurs dirigeants de pays musulmans encouragèrent les femmes dans le dévoilement. Ainsi, en Tunisie, Habib Bourguiba l’interdit dans les fonctions publiques, et en 2006 encore, le président Ben Ali condamnait le voile comme « d‘inspiration sectaire et importé de l‘extérieur «, tandis que le ministre des affaires étrangères, Monsieur Abdelwaheb Abdallah déclarait que le voile « est un slogan politique qui se dissimule derrière la religion« . On ne peut être plus clair, et je me range totalement à ce point de vue.

Il y a quelques années, cette question ne se posait nullement dans nos contrées, car pratiquement aucune jeune fille ou femme ne portait le voile, ni en rue, ni à l’école. Cela ne les empêchait nullement d’être de bonnes musulmanes.

L’apparition relativement récente de celui-ci a correspondu avec le durcissement de certains milieux islamistes vis-à-vis de l’occident, et du refus des valeurs portées par celui-ci. Imposé par la pression de l’aile intégriste et impérialiste de l’Islam dans le milieu très fermé dans lequel la majorité des musulmans évoluent, il est devenu le symbole d’un repli identitaire combiné à une attitude offensive sous le couvert de la lutte contre le racisme et l‘islamophobie.

Ce repli constitue en fait un obstacle, sinon un refus de l’intégration et un appel à un nouvel apartheid (= développement séparé).

Car que se cache-t-il derrière le port du voile imposé par une fraction intégriste, sinon le rejet de nos valeurs qui prônent l’égalité de l’homme et de la femme, la séparation de l’église et de l’Etat, ainsi qu’un soutien insidieux et à des degrés divers de la polygamie, du mariage forcé, de la répudiation et de la lapidation.

Il serait intéressant d’ailleurs d’établir un parallélisme entre ce comportement soi-disant religieux et un comportement sectaire.

Il ne peut y avoir d’accommodement avec les principes de base de notre société. Ceux qui sont accueillis chez nous, à leur demande, doivent se conformer à nos lois et coutumes, et tout mettre en œuvre pour s’intégrer au pays hôte. Et non le contraire.

Accepter petit à petit le recul de nos valeurs comme nous le faisons est suicidaire (voir notamment certaines décisions de justice prenant en compte la répudiation).

Comme dans plusieurs pays musulmans, le minimum est d’interdire le port du voile dans les milieux scolaire, public et politique, et plutôt que de tolérer le voile, il faut appeler les femmes musulmanes à l‘arracher.

Écrit par : jo moreau | 23/06/2009

il y a sujet à réfléchir. Et à ne pas oublier non plus. Ma grand'mère ne serait jamais sortie de chez elle sans un fichu. Et rappelons-nous Madame Chapeau qui était trop distinguée pour sortir dans la rue "en cheveux". POurtant le christianisme s'il a dit des horreurs sur les femmes ne les a jamais contraintes à porter un voile. Donc ne crions pas trop vite à la différence irréconciliable.
Ceci dit, ce qui nous étonne c'est que le port du voile est revendiqué par certaines femmes, même jeunes au nom de leurs valeurs et en opposition aux valeurs occidentales, alors que nous nous attendrions plutôt à ce qu'elles se rallient à notre vision "progressiste et civilisée" (un peu ethoncentriste, les occidentaux).
Je crois qu'il est illusoire de penser l'avenir en termes de bloc : nous-autres contre eux-autres. L'évolution se fera de manière dialectique, par échanges et contamination réciproque.
Evidemment, cela ne manque pas de paradoxes : Miss Belgique 2009 est d'origine turque et nous offre sa plastique affriolante (en maillot, totu de même,faut pas pousser) tout comme cette néo députée.

Écrit par : hughes_capet | 23/06/2009

@ hugues_capet
Excellente suggestion ! Exigeons que nos élu(e)s défilent en tenue de ville, en tenue de soirée et en maillot afin que nous puissions voter en connaissance de cause !

Écrit par : dopey | 23/06/2009

Je viens me réfugier ici pour lire des propos réfléchis, polis et délestés d'émotivité doctrinaire.
Pfffh. Un bol d'air frais, quoi, ici.
@Pamina: je pense exactement la même choses. On va finir par en arriver à la fast-légifération. Et ceux qui prennent le temps de réfléchir deviendront des traîtres à la nation.
@Hugues_Capet: non, vous n'êtes pas chiant du tout. Vous posez les bonnes questions, qui méritent réflexion pour le bien de tous.
Je vois qu'on parle de voile alors que cette jeune fille porte un foulard. Je me demande si on aurait la même réaction exacerbée avec un sikh et son turban qu'il ne quitterait pour rien sur Terre...
Et à tous ceux qui s'élèvent au nom du féminisme et de l'égalité des sexes, j'ai envie de dire qu'ils se trompent de combat, du moins sur la forme. Un coreligionnaire turc de sexe masculin et qui porte une cravate ne soulève pas le même débat...
mais j'avoue que ma fibre féministe est autant agacée à la vue d'une femme voilée (et son mari derrière elle) que par une fille en string sur un abribus pour une pub de café .

Écrit par : @nne | 23/06/2009

Quelques réflexions...
Tout d'abord, il ne faut pas confondre chrétien et catholique... Les soutanes et les goupillons auxquels se réfère Hugues_Capet sont des signes d'appartenance à une institution, l'Eglise Catholique.
Les chrétiens se revendiquent d'une philosophie... On peut être catholique, calviniste, anglican, luthérien, orthodoxe,... et être chrétien.
Ghandi disait bien aimer Jésus mais pas les chrétiens, en assimilant de la sorte institution et philosophie de vie.

La question aujourd'hui est de savoir si le voile réfère à une institution ou à une philosophie de vie...
Il y a eu un moine capucin du Limbourg élu du Spa au parlement et cela ne semble avoir dérangé personne...

J'ajouterais une deuxième réflexion, pour qui le voile donne-t-il sens ?
Le sens que nous attribuons au port du voile est-il le même que celui que lui donne la personne qui le porte...
En l'espèce, il semblerait que non.

Reste alors une lecture à avoir, connue en psychologie sous le nom de "Théorie de l'attribution"
Quel sens mon geste a-t-il pour les autres ?
Le philosophe juif Bergson s'est converti au christianisme pendant la guerre 40-45, mais il ne l'a pas fait connaitre pour ne pas que ce soit interprété comme une trahison par la communauté juive à l'époque persécutée.

La question devient donc : quel message veut faire passer le cdH en recrutant cette candidate, en ne s'assurant pas de la qualité des affiches électorales où elle figure d'une part et d'autre part, quel est le message de cette nouvelle élue qui veut assumer une polémique en portant son voile lors de sa presatation de serment ?

Pour rappel, des religieuses siègent au parlement flamand sans pour autant porter la tenue de leur ordre...

Écrit par : Le Professeur | 23/06/2009

A mon sens, le cdH n'a pas réfléchi au message et c'est là le drame. Il a voulu jouer les attrape-voix; c'est tout.

Écrit par : hughes_capet | 23/06/2009

@ hughes_capet
Je partage votre opinion...

Écrit par : Le Professeur | 23/06/2009

Bien d'accord avec le professeur sur le sens à donner au port du voile, suivant le point de vue de chacun.
Mais cela est du domaine d'une discussion philosophique, et très théorique car comment déceler la motivation profonde de chacun.

L'autre facette est : quelle est l'origine de cette éclosion du voile (ou foulard) relativement récente sous nos cieux, et même dans certains pays musulmans jusqu'à présent épargnés ? Quel est le message sous-jacent qu'il véhicule, et quelle est l'origine des pressions diverses qui ont amené cette éclosion.

Alors qu'en Europe, la pratique religieuse est de plus en plus laxiste, sinon abandonnée, une faction politico-musulmane de plus en plus influente et intransigeante durcit son discours et ce, dans une dynamique grandissante vers un retour à des pratiques moyenâgeuses, soit de vie en société ou de gouvernement. et faut-il admettre ce message dans notre vie démocratique.

Mon raisonnement serait identique si un prêtre intégriste, porteur consciemment ou non d'un message prônant la croisade, le créationnisme, et le message du seul vrai dieu, devait prêter serment en soutane.
Mais il est vrai que là, nos élu(e)s s'y seraient opposé(e)s comme un seul homme (femme).

Écrit par : jo moreau | 23/06/2009

tous ces problèmes doivent être abordés, débattus; il est regrettable que cela vienne sur le tapis alors que nous sommes confronté à l'urgence. Gouverner c'est prévoir. A part, pour certains politiques, leur bas de laine, on se demande ce qu'ils ont fait. Nous avons à légiférer, sans obscurantisme mais aussi sans naïveté ou candeur, -voir les dérives en France: http://www.ripostelaique.com/
Nous ne pouvons pas favoriser l'intégration, sans oser affirmer les principes auxquels l'allochtone est invité à adhérer. Tant que nous n'aurons pas de principes clairs, énoncés clairement, et compris clairement (notamment par l'obligation de pratiquer une de nos langues) les malentendus persisteront. Il est des lieux où telles et telles pratiques sont la norme: le migrant à le choix de les rejoindre; l'occident se prend "en pack", et n'a pas à se dénaturer pour celui qui vient lui demander accueil. Maintenant, il peut faire preuve d'ouverture pour des choses qui ne mettent pas ses principes en péril. Le voile est-il une de celle-là? Je n'en sais rien. Comme Diane, le voile me dérange, mais je me sens capable de rationaliser, de l'accepter, -comme je le fais déjà pour certaines de mes étudiantes. Tout autre chose est de me faire gouverner ou administrer par quelqu'un dont les principes privés s'affichent publiquement, alors qu'ils sont en antinomie avec la constitution. Imaginez un Musulman tendance saafi jugeant un divorce demandé par la femme???? wouach...
Et je ne donnerai pas raison au doux rêveur d'un monde consensuel, non garanti par des garde-fous: parce que pour un consensus, il faut être deux de bonne foi.

Écrit par : pamina | 23/06/2009

http://www.lesoir.be/dossiers/elections_2009/article_714116.shtml

et de 7 au parlement.... Et ce n'est pas de la stratégie ?

Je suis d'accord avec toi, Pamina, le risque est très grand et non n'avons aucun garde-fou. Nous sommes en train de devenir une terre conquise. De plus, ça se passe à Bruxelles, capitale de l'Europe ! Tout un symbole !

Écrit par : Diane | 23/06/2009

bonjour

la polémique (du voile) faisant rage sur la majorité des forums(à tort ou raison)voici(enfin) un commentaire chiffré qui confirme ce que nous débattons ici au sujet du système électoral...

Voici ce que j'ai trouvé via le moteur de recherche Gooogle (voix de préférence à schaerbeek) CDH:
- 3 candidats Benoit Cerexhe (11767 voix) Jowelle(23487 voix) Bertin Mampaka (6100 voix) dépassent le chiffre d'éligibilité (5044 voix) et ne puisent donc pas dans le pot commun(votes en tête de liste) pour être élus.

-3 des 5 premiers de la liste, ont Hamza Fassi-Fihiri (3990 voix) sont élus grâce au pot commun

-les 5 autres élus, dont Ahmed El Khannouss (3610 voix) Pierre Migishe (3402 voix) et Mahinur Ozdemir (2851 voix) le sont donc uniquement grâce à leurs voix de préférence sans atteindre le chiffre d'éligibilité. Merci Madame Milquet il ne faut donc qu'un score minable de 2851 voix pour nous imposer une voilée au parlement Bruxellois. Si cela n'est pas de la provoc de votre part alors c'est uniquement pour agrandir votre fond de commerce pour récolter un max de voix.

Écrit par : jacques legrand | 23/06/2009

Bonsoir à tous,

Le voile étant le sujet du jour, ne nous voilons pas la face et regardons les voiles des différentes couleurs politiques qui nous entourent. Bien belge celles là.

Vous habitez une commune, vous travaillez dans une administration,
vous dépendez d'une intercommunale, la question du voile ou plus précisément de sa couleur ne me dites pas qu'elle n'a jamais éte un sujet de réflexion.

Pourquoi ne pas demmander à nos mandataires politiques de porter lors des débats au parlement le voile à la couleur de leur parti ?
Le problème serait résolu. Ambiance et cotillons!

Écrit par : Yvan | 23/06/2009

salut tout le monde, et félicitations à tous, une fois encore, pour la pertinence et la pondération de vos réflexions! Je serai absente demain et jeudi, pas de post avant vendredi donc! Mais il y a matière à réfléchir et à débattre, n'est-ce pas?
Croisez les doigts pour moi, j'ai une échéance super importante demain et un trac du tonnerre ;0) A +!

Écrit par : pamina | 23/06/2009

Le voile est une aberration à notre époque, il n'est pas très difficile de comprendre que son résurgence soudaine est du à un rejet des valeurs occidentales perçues, c'est-à-dire pas grand chose puisque sur le devant de la scène seul le fric, le pouvoir, le luxe est roi. Pas étonnant que des jeunes se cherchent dés lors une identité et la marque avec un symbole tel que le voile. Il faut se démarquer quand on ne veut pas être perçu semblable aux autres. C'est une forme de rejet des valeurs marketings européennes.

Pas difficile non plus de se rendre compte que le voile est à la base un moyen de soumettre la femme à l'homme, de s'assurer que le pénis d'un autre homme ne viendra pas souiller sa chose.

On se doute bien qu'il n'est pas perçu nécessairement comme cela par les jeunes filles qui le portent, mais je me pose aussi des questions sur leur capacité à comprendre leur propre religion.

Il n'est évidemment pas question d'interdire quoi que ce soit, notre liberté doit primer sur ce genre de question assez anodine en apparence. La question n'est pas le voile, la vraie question, c'est comment peut-on intégrer ces jeunes et moins jeunes pour qu'ils puissent se sentir chez eux parmi nous, qu'ils puissent s'épanouir dans notre société.

Et la réponse est très simple, en les formant sérieusement, en menant des politiques de mixité sociale réelle judicieuse (pas à la PS). Et également en arrêtant le cynisme politique, autrement dit la real politik qui a court chez nous depuis bien trop longtemps et qui consiste à parler sans cesse de certaines valeurs sans jamais les appliquer dans les faits dans nos relations avec les pays étrangers. Dans les faits, ce sont toujours les intérêts économiques qui priment. Ces jeunes que nous le voulions ou non ont forcément des liens affectifs avec les pays d'origines. Voir le manque de cohérence totale ne les aidera pas à aimer ce pays. Pas plus que moi d'ailleurs.

Écrit par : Siko | 23/06/2009

@ Pamina

Bonne chance alors.. pour le tract , penses à nous , ça passera !!pas de changements pour samedi ?

Écrit par : jacques legrand | 23/06/2009

Bonjour à tous,

Or donc, lorsque je fus jeune, des milliers de nanas nous ont emmerdé pour obtenit la propre identité de leur sexe. Le MLF, ça s'appelait. Quel bordel elles ont foutu, les gonzesses de l'époque ! Et que je te brûle mon sous-tif sur la place publique, et que je t'envois le torchons dans la tronche, et que je te fais des moutards quand MOI j'ai envie ! Ah, ya pas ! On s'en souvient ! Toute une époque, qui a abouti, bon an mal an, à l'égalité des sexes, tant du point de vue relationnel que du point de vue professionnel (OK, c'est pas 100% gagné sur celui-là, mais bon : ça progresse vachement...). Une chose est sûre : elles sont libérée ! Même que ça dérive un peu dans l'autre sens, mais bon... Un balancier est un balancier...

V'là t'y pas que, en pleine période d'épanouissement de nos nanas, qui en sont à piquer des places de mecs, on nous présente un objet de l'obscurantisme religieux sorti d'une lointaine époque, et qui est censé représenter... nos gonzesses ?!? Applaudie par 80% de nos représentants bruxellois ?!? Capte pas, là... C'est ça, l'idéal féminin de demain ??? C'est ça que vous voulez, vous, les nanas ??? Après tant d'années de luttes contre le pouvoir macho qui vous a pourri la vie ???

Je sais que l'éternel féminin est une des choses les plus obscures que j'aie jamais connue, mais bon : il y a des limites, non ?

Christian

Écrit par : Christian | 24/06/2009

@ Christian, tu nous parles de nos nanas, mais dans le cas présent comme Siko le souligne très bien, il ne s'agit pas de nos nanas.

"Le voile est une aberration à notre époque, il n'est pas très difficile de comprendre que son résurgence soudaine est du à un rejet des valeurs occidentales perçues,..."

Sans vouloir rejeter le droit de s'exprimer à ceux qui ont choisi de venir s'installer chez nous, quelqu'en soit la raison, il faut quand même reconnaître que cette manifestation d'appartenance n'est pas une émergence de la société feminine occidentale.

On constate également que dans les pays où cette pratique était une tradition, que la gent féminine locale prend de plus en plus ses distances. L'instruction et l'ouverture sur un monde d'égalité entre hommes et femmes les affranchissent de cette contrainte.

Si le port du voile représente pour certaines une appartenance à une doctrine, ou une volonté de se faire remarquer, de rendiquer, tant mieux pour elles.
Si par contre nous en faisons un sujet d'état, nous sommes certains que le phénomène va tellement s'emballer qui va finir par nous étouffer.
Laissons faire le temps, il arrange bien les choses, ne soufflons pas sur le feu, il finira bien pas s'éteindre.
N'avons nous pas eu chacun notre petite crise de révolte, notre volonté de nous démarquer, par une chemise à fleurs, un peu d'herbe ou autre chose ? Alors à chacun son herbe.
Ces personnes vont évoluer aussi, donnons leur cette chance.
Tout finira par se diluer, il suffit pour cela de ne pas en faire la publicité ou de monter le sujet en épingle.


Yvan.

Écrit par : Yvan | 24/06/2009

Bien dit Yvan !
Et désolé pour ma grossière faute d'orthographe (son résurgence !).

Je trouve que vouloir interdire cela, c'est faire preuve d'un petit côté fasciste. On n'impose pas ce genre de choses par la force. On l'impose par les idées. Idées qui ne peuvent se répandre chez ses populations que si nous faisons l'effort personnel de communiquer avec eux. Parce qu'il est certain que si ils sont condamnés à rester entre eux, les idées extérieures n'ont aucune chance de faire leur petit cheminement nécessaire à l'évolution des mentalités.

Écrit par : Siko | 24/06/2009

@Siko,
j'ai eu la chance, je dis bien la chance, de partager une partie de ma vie professionelle avec une personne qui était une pratiquante de la religion musulmane. Cette personne en parlait librement et était écoutée , respectée et comprise. Quand venait la période du ramadan, nous savions qu'il fallait la soutenir et non critiquer.
Je ne l'ai jamais vue avec un voile, car elle aussi avait la respect de ses collègues.
Elle s'appelle Majdeline et je pense qu'elle reflète la véritable communication.

Yvan.

YvaN.

Écrit par : Yvan | 24/06/2009

@Yvan, Siko

Effectivement il faut du respect et des deux côtés de la barrière.
Maintenant le voile en tant que tel ne me dérange pas, seulement il n'a pas sa place dans certains lieux (tout comme les autres signes religieux d'ailleurs). Surtout si celui-ci marque un signe de rattachement religieux (je pense que le débat devrait déjà porter sur sa signification - son message).

De toute manière il faut que pour certaines choses les règles soient précises, claires et les mêmes pour tout le monde (ex: séparation Etat-Religieux).

Weylann.

Écrit par : Weylann | 25/06/2009

Certains d'entre nous estiment qu'il faut laisser faire le temps, et surtout ne rien interdire, ce qui serait d'inspiration fasciste.

Leur raisonnement est-il le même devant le port, en rue, au parlement, à l'univ ou ailleurs du niqab (robe noire d'origine saoudienne) ou de la burqa (cape avec grillage devant les yeux d'origine afghane)?.

Leur usage découle des mêmes textes religieux, le tout étant une question d'interprétation. Et donc, si je vous entends bien, doivent être autorisés.

Ne souriez pas, l'usage de ces signes extérieurs d'intégrisme commence à se répandre, même chez nous.

Écrit par : jo moreau | 26/06/2009

@ jo moreau,

Surtout ne pas extrapoler.
Le port du voile ne me dérange pas, s'il ne représente pas l'expression d'une certaine arrogance individuelle vis-àvis des autres.
Le port du voile ne me dérange pas, s'il n'apparaît pas dans certaines manifestations de massse comme une stratégie d'occuper le terrain, pour peut-être en prendre le contrôle. Autrement dit une manoeuvre politique sous-jacente qui viserait à l'imposer partout. On pourrait se poser la question de savoir si dans certains cas de figure, nous ne sommes pas en face de manoeuvres subversives.

Je suis pour un règlement strict qui respecte chaque individu, c'est a dire où personne ne peut imposer à l'autre une image un symbole qui représente une affiliation à une idéologie ou à une religion.
En partant du principe, qu'une croyance à une divinité, une vie spirituelle est essentiellement un comportement intérieur à l'individu, l'expression superficielle (en surface) de cette croyance n'a pas de raison d'être dans ce processus interne, dans des lieux autres que ceux réservés à ces différents cultes.

En résumé, les choses peuvent évoluer et s'applanir s'il n'y a pas une autre motivation ou une manipulation qui dépasse le sens premier de ce symbole religieux.
Ce qui veut dire qu'il faut être très vigilant.

Yvan.

Écrit par : Yvan | 26/06/2009

bonjour

que j'aimerai dire bah , c'est un déguisement pour se faire remarquer comme l'époque hippie , punk mais vous avez les skinheads synonyme de SS de l'extrême droite et maintenant,la résurgence "en occident" de marques ostentatoires liées à une religion.. et là , je crie danger immédiat...je ne vais pas refaire l'histoire au sujet des croisés l'inquisition et tout ce qui touche à ce sujet...il n'y a pas à transiger la dessus , cela doit être un "stop" immédiat si l'on ne veut pas voir la prolifération du sujet et le constat "qu'il est trop " j'aime au temps être traité directo d'extrémiste que de regarder l'évolution de cette provocation les bras croisés.....mais ceci , n'engage que moi....enfin je ne penses pas !!!

Écrit par : jacques legrand | 26/06/2009

Voici un extrait d'un article du Monde, dont je trouvais les arguments intéressants dans la discussion sur le voile.

(...)
Cela en fait-il pour autant un élément déterminant de la foi ? Cela le légitime-t-il pour autant d'un point de vue spirituel ? Le problème est en réalité ici celui du rapport difficile de l'islam à ses "signes extérieurs", cette tradition ayant toujours accordé beaucoup - trop ? - d'importance à un certain nombre de formes, d'apparences par lesquelles l'individu se met en règle avec le jugement social. Or ce que disent beaucoup de femmes musulmanes - qui se sentent et se disent profondément et légitimement musulmanes -, c'est que l'essentiel se situe ailleurs, dans l'intériorité.




Et elles préfèrent alors un islam du coeur, de la vie privée, refusant un voile - même léger - qui selon elles demeurera toujours comme un instrument de différenciation des femmes, de "marquage", qui laisse sur elles l'empreinte d'un pouvoir subi imposé par les hommes (même quand le port de ce voile apparaît comme un choix autonome). Elles refusent d'entrer dans la logique - à dire vrai éculée - qui voudrait faire du voile un instrument de protection et de valorisation de la sacralité du corps féminin, et ne voient dans cette justification qu'un subterfuge de la domination masculine.




On le voit, l'affaire est en réalité complexe. On ne peut souhaiter que deux choses : qu'elle soit l'opportunité pour les musulmans de manifester leur opposition très majoritaire à cette pathologie de leur culture ; qu'elle permette ensuite à la société française de prendre la mesure de la diversité des façons d'être musulman et de se débarrasser d'une représentation monolithique de l'islam (...)



--------------------------------------------------------------------------------
Abdennour Bidar est professeur de philosophie. Article paru dans l'édition du 30/06/2009 - LE MONDE.

Écrit par : jo moreau | 30/06/2009

Bonjour à tous, petite question simpliste au passage:

De quoi notre démocratie doit-elle avoir le plus peur, du voile sur la tête de cette élue ou du foulard sur nos yeux d'électeurs ?

Nous nous voilons la face depuis bien longtemps dans ce pays ou les g....sont plus grandes que le courage.

Écrit par : paturon | 05/07/2009

Et bien, notre démocratie doit avoir peur des deux (et de bien d'autres choses).
Il s'agit d'un combat global. On peut comparer la démocratie à un bateau en pleine tempête, si on laisse une seule cloison étanche ouverte, quelle qu'elle soit, le bateau coule.

Écrit par : jo moreau | 06/07/2009

VOILE ISLAMIQUE ET ECOLE PUBLIQUE (cela vaut aussi pour le problème actuel au parlement - institution publique)

29 août 2005

par Guillaume

Chères musulmanes voilées,

Vous ne pouvez pas avoir lu entièrement et attentivement le Coran et je vous le conseille vivement. Le Coran contient de multiples sourates pour vous maintenir dans l’ignorance, l’infériorité, l’obscurantisme et l’esclavage. L’islam n’a que du mépris pour la femme, et ce dédain est exprimé clairement dans le Coran, les hadiths, et la charia. C’est une religion misogyne, mais la misogynie n’est pas l’apanage de l’Islam, on la retrouve dans toutes les religions ? Qu’elles soient monothéistes ou pas, y compris dans le bouddhisme
Le Coran ne vous laisse aucun doute quant à votre infériorité dans les sourates qui suivent:
Les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises. Vous réprimanderez celles dont vous aurez à craindre la désobéissance, Vous les reléguerez dans des lits à part. Vous les battrez mais aussitôt qu’elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle .
Si vous craignez d’être injuste envers les orphelins, n’épousez que peu de femmes, deux, trois ou quatre parmi, celles qui vous auront plu.
II vous est défendu d’épouser des femmes mariées, exceptées celles qui seraient tombées entre vos mains comme esclaves. Il vous est permis du reste de vous procurer avec de l’argent des épouses que vous maintiendrez dans les bonnes mœurs et en évitant la débauche. Celui qui ne sera pas assez riche pour se marier à des femmes honnêtes et croyantes prendra des esclaves croyantes. N’épousez les esclaves qu’avec l’accord de leurs maîtres.
Cherchez à vous assurer de leurs facultés intellectuelles jusqu’à l’âge où elles pourraient se marier, et quand vous leur reconnaîtrez un jugement sain, remettez-leur l’administration de leurs biens.
Si vous craignez d’être injuste envers les orphelins, n’épousez que peu de femmes, deux, trois ou quatre parmi, celles qui vous auront plu. (Sourate IV, 3) Cherchez à vous assurer de leurs facultés intellectuelles jusqu’à l’âge où elles pourraient se marier, et quand vous leur reconnaîtrez un jugement sain, remettez-leur l’administration de leurs biens. Sourate IV,
Mahomet reconnaît le droit pour l’homme de pratiquer la polygamie mais exclut bien entendu la polyandrie pour les femmes. Elles sont soumises à un régime de chasteté totale.
Les hommes peuvent prendre 4 femmes sans parler des concubines, mais la femme adultère est condamnée à la lapidation. “Si vos femmes commettent l’action infâme (l’adultère), appelez quatre témoins. Si leurs témoignages se réunissent contre elles, enfermez-les dans des maisons jusqu’à ce que la mort les visite ou que Dieu leur procure un moyen de salut.”. (IV, 19)
La misogynie est frappante dans tous les versets consacrés aux femmes et est confirmée par la charia ou la loi islamique dans les divers pays musulmans.
Chères musulmanes voilées, peut-être que vous croyez même que la sourate suivante est venue d’Allah:
O prophète, il t’est permis d’épouser les femmes que tu auras dotées, les captives que Dieu a fait tomber entre tes mains, les filles de tes oncles et de tes tantes maternels et paternels qui ont pris la fuite avec toi, et toute femme fidèle qui livrera son cœur au prophète, si le Prophète veut l’épouser. C’est un privilège que nous t’accordons sur les autres croyants. Tu peux à ton gré accorder ou refuser tes embrassements à tes femmes. Il t’est permis de recevoir dans ta couche celle que tu en avais rejetée, afin de ramener la joie dans un cœur affligé. Tu ne seras coupable d’aucun péché en agissant ainsi; mais il serait plus convenable qu’elles fussent toutes satisfaites, qu’aucune d’elles n’eût à se plaindre, que chacune reçût de toi ce qui peut la contenter.
Si vous avez quelque demande à faire à ses femmes (de Mahomet), faites-le à travers un voile; c’est ainsi que vos cœurs et les leurs se conserveront en pureté. Evitez de blesser l’envoyé de Dieu. N’épousez jamais les femmes avec qui il aura eu commerce, ce serait grave aux yeux de Dieu.
Mahomet a épousé 15 femmes, a effectivement vécu avec 13 parmi elles, a eu 11 épouses en même temps, il mourut laissant 9 veuves.. Les concubines furent au nombre de 48, on a dit aussi 66, Allah seul le sait.
Muhammad interrogea quelques femmes : « Le témoignage d’une femme ne vaut-il pas la moitié de celui d’un homme? » Elles répondirent:« Oui ». Il leur dit: « C’est en raison de la déficience intellectuelle de la femme .

Muhammad a dit: « Je n’ai laissé après moi aucune calamité plus préjudiciable aux hommes que les femmes. »

Vous ne pouvez épouser que des hommes musulmans, mais ceux-ci peuvent épouser aussi des catholiques et des juives sans que le Coran explique bien entendu cette discrimination.

Dieu vous a choisi des épouses de votre race dit le Coran (Sourate XVI, 75) c’est un peu contradictoire avec le verset précédent qui ne concerne que l’appartenance religieuse musulmane et non la race. La discrimination est ici purement raciale, sans doute parce que l’islam est considéré ici comme une «race»?

Muhammad a eut des relations sexuelles avec une fillette de 9 ans. « Aïcha a raconté que le prophète l’a prise pour épouse alors qu’elle n’était âgée que de six ans et qu’il a consommé son mariage avec elle quand elle eut neuf ans.»
Celui qui aurait imité le prophète en prenant tant de femmes officielles, concubines ou esclaves et en épousant une fillette de 6 ans avec laquelle il consomma le mariage à 9 ans se verrait accusé de lubricité, de luxure, de volupté, de débauche, mais Mahomet ne commet aucun péché dit la sourate parce qu’Allah lui permet tous les excès dans le domaine de la sexualité.
Comment imaginer que Dieu s’occupe de la polygamie de Mahomet et de ses maîtresses ou esclaves-femmes et que toutes les fautes lui sont toujours pardonnées. Pourquoi Dieu faciliterait la lubricité d’un prophète alors qu’il devrait avoir une conduite morale exemplaire, au lieu d’entretenir un harem.
Allah ignore donc les principes d’égalité et d’équité et surtout à l’égard des femmes. Il a voilé ses nombreuses femmes ,sans droits, dans son harem.
Vous voulez, chères musulmanes voilées, vivre le même sort que les femmes esclaves de Mahomet il y a quatorze siècles et être soumises à la même règle religieuse discriminatoire et moyenâgeuse. Pourquoi les hommes, Chères musulmanes, ne portent-ils pas la burqua? Y avez-vous déjà réfléchi?
Vous ignorez donc qu’on vit ici en Europe dans une civilisation qui reconnaît sans restrictions que la femme est l’égale de l’homme à tout point de vue, et que toute discrimination à son égard constitue un acte raciste basé sur l’appartenance au sexe féminin et une violation flagrante de la Constitution, du droit pénal, civil national et international.
Alors Chères musulmanes, si vous prétendez vouloir imposer le foulard et le voile islamiques et qui sait la burqua dans les écoles publiques en invoquant des textes moyenâgeux du Coran vous devez aussi accepter la polygamie prescrite par Mahomet à la même époque sans oublier le droit pour les maris de vous battre quand il en a envie parce que vous n’obéissez pas, c’est écrit dans le Coran tout comme son droit de vous répudier sans formalités.
Mahomet n’a pas dit dans le Coran que toutes les autres femmes devaient être voilées, cette règle ne concerne que les siennes.
Mahomet vous prend pour un champ à labourer: Les femmes sont votre champ. Cultivez-le de la manière que vous l’entendrez, ayant fait auparavant quelque acte de piété. (Sourate II, 223) L’homme est donc libre d’agir avec vous comme il veut, il fait de vous ce qu’il veut.
Selon le Coran vous valez la moitié d’un homme dans les droits de succession: Dieu vous commande, dans le partage de vos biens entre vos enfants, de donner au fils mâle la portion de deux filles; s’il n’y a que des filles, et qu’elles soient plus de deux, elles auront les deux tiers de la succession; s’il n’y en a qu’une seule, elle recevra la moitié.” (Sourate IV, 12)
Si vous rejetez les sourates qui font de vous une race inférieure, si vous rejetez la polygamie, le droit du mari de vous battre, le droit du mari de vous placer sous son autorité, le droit du mari de vous répudier unilatéralement, les injustices en matière d’héritage, etc. vous devenez apostates mais au moins vous serez des femmes libres et émancipées.
Si vous acceptez ces sourates vous êtes des esclaves, des soumises, des opprimées à jamais.
Choisissez pour votre liberté, votre émancipation, votre autodétermination et débarrassez-vous de votre voile, symbole par excellence de votre soumission, de votre oppression, de votre esclavage.
Portez-vous votre voile parce que vous acceptez votre infériorité ou est-ce votre père qui vous l’impose dès l’âge de 7 ans et l’iman qui endoctrine votre père?
Une femme dans l’Islam se répudie comme un objet. Je ne comprends pas comment les femmes peuvent adhérer à une religion misogyne qui prétend qu’elles sont des êtres inférieurs, que l’homme peut les battre pour les faire obéir comme un enfant sans discernement et en prendre plusieurs au mépris de chacune d’elles.
Les multiples femmes de Mahomet devaient être voilées il y a de cela 13-14 siècles et vous exigez d’appliquer cette règle moyenâgeuse à l’école publique en 2005.
Vous dites même ne «touchez pas à mon foulard». Nous vous répondons «ne touchez pas à l’école publique» qui accueille tous les enfants dans une neutralité totale sans signes distinctifs religieux, philosophiques, ou politiques. L’école publique est celle de tous mais dans l’égalité, elle condamne la communautarisation afin d’éviter les inégalités entre certaines catégories d’élèves.
Elle met tous les élèves sur un pied d’égalité raison pour laquelle on ne peut diviser les élèves en groupes religieux qui exhibent à l’école leur militantisme et prosélytisme religieux.
Il a fallu des siècles pour créer l’enseignement public pour tous, et beaucoup de libres-penseurs sont morts pour ces libertés. Nous ne pouvons pas vous laisser détruire ces principes de neutralité et d’égalité qui sont contraire à la communautarisation religieuse.
Croyez-vous que Dieu soit venu dire via l’ange Gabriel à Mahomet qu’il pouvait coucher avec toutes les femmes qu’il voulait, avec toutes les esclaves qui tomberaient entre ses mains?
Ce Dieu aurait-il encore quelque crédibilité? Ce Dieu qu’il s’appelle Yahvé ou Allah ne serait-il pas alors un dieu misogyne, injuste et méprisable? Peut-on encore croire quoi que ce soit d’un prophète qui invente des sourates pareilles pour justifier sa polygamie, sa luxure, sa débauche sexuelle et qui ose prétendre que c’est un privilège qu’Allah lui a accordé.
Chères Musulmanes, le foulard islamique, le voile, la burqua ou le chadri sont les symboles de votre oppression, de votre soumission, de votre esclavage, de votre non-émancipation, de votre isolement communautaire islamique, de votre isolement scolaire et social.
Cet isolement communautariste religieux ne peut qu’engendrer des conflits dangereux à cause de votre refus d’intégration harmonieuse dans notre société.
Par votre voile vous prétendez être les filles pudiques face aux impudiques, comme si les non voilées seraient des prostituées. Vous tentez ainsi de faire mépriser toutes les autres filles qui peuvent avoir plus de pudeur intérieure que celle qui porte hypocritement un voile par sottise, par ignorance, par endoctrinement religieux.
Vous risquez que les employeurs plus tard vous refusent parce qu’ils ne voudront pas perdre leur clientèle. Un patron devant rester neutre dans son commerce (pas de signes quelconques d’un parti ou d’une religion) avec tous les clients sinon il perd les uns en voulant gagner les autres. Le service public ne peut vous engager voilées sinon il violerait le principe de la neutralité indispensable à son bon fonctionnement.
Le foulard islamique et le voile sont de nature à vous isoler partout dans la vie sociale mais cela correspond à une volonté islamiste de vous cloîtrer à la maison conjugale.
Le seul responsable de votre arriération sociale, intellectuelle et matérielle, de votre isolation, sera votre religion rétrograde qui n’accepte pas votre émancipation parce qu’elle veut vous maintenir dans l’obscurantisme.
L’école publique et laïque garantit les droits de tout le monde, en exigeant une neutralité dans l’enseignement et au sein de l’école. Admettre les symboles religieux ou politiques à l’école ne peut y créer que la zizanie, la discorde, la ségrégation, la communautarisation et finalement nuire au bon fonctionnement des institutions scolaires.
La formation de clans religieux différents qui brandissent le symbole de leur religion ne peut que mener à la mésentente entre filles voilées et non voilées.
Alors je vous dis à l’école publique, chères musulmanes, “pas de bandana ou de foulard islamique, pas de voile, pas de buqua ou de chadri, pas de kippa”, et pas de symboles laïcs.
Personne ne touche à votre foulard, portez-le chez vous, à la rue ou à la mosquée, mais vous ne pouvez violer les règles de l’école, neutre, laïque et publique d’un état démocratique.
L’école publique et neutre est celle de tous sans distinction de race, de sexe ou de religion. Le système scolaire public est neutre et incompatible avec le militantisme religieux et intégriste.
Si on autorise le voile au nom de la liberté du culte, comment interdire alors la burqa au nom de cette même liberté. Ce sont deux symboles vestimentaires religieux protégés par la liberté du culte direz-vous.
J’ai vu à la télévision un père qui allait avec sa fille voilée à l’athénée (au lycée) pour réclamer qu’elle puisse porter le voile à l’école bien que le règlement l’interdise. Lui était habillé très moderne en jeans, sa fille en longue robe noire et voilée.
Quel triste spectacle pour une jeune fille de 17 ans d’être ainsi habillée. Ce père empêche sa fille de s’épanouir et la plonge dans la morosité. Le père réclamait le port du voile au nom de la démocratie, mais il confondait phallocratie et théocratie avec démocratie et émancipation de la femme avec soumission de la femme. Démocratie signifie égalité pour tous, donc aussi pour les femmes.
Mais la démocratie ce n’est pas jeter la pagaille dans l’école publique pour y former différents clans religieux et non religieux. Des clans de musulmans, de catholiques, de protestants, d’hindous, de sikhs, de laïcs.
L’école publique n’est pas une mosquée ni un endroit où doivent s’affronter les religions, mais les idées.
Que vous vouliez de plus en plus imposer l’Islam partout jusque dans les écoles publiques des pays européens est inquiétant, parce que les musulmans ont fui les régimes islamiques où le Coran, les hadiths et la Charia règlent la vie entière en toute matière et ce qui a abouti à l’obscurantisme total, l’arriération sociale et économique et l’esclavage de la femme.
Pourquoi alors vos parents, chères musulmanes, ont-ils fui les paradis islamiques où le voile ne pose pas de problème? En invoquant alors ici leurs droits démocratiques pour imposer une coutume islamique religieuse à l’école publique, il y a de quoi être un peu étonné pour ne pas dire choqué. Vous ne pouvez pas ici tenter d’introduire une théocratie à la place de la démocratie. La charia a été jugée contraire aux droits de l’homme.
Je dis donc non à l’introduction du militantisme religieux à l’école publique, je dis non à tous les symboles religieux, politiques ou laïcs. La différence que vous voulez exhiber à l’école, chères musulmanes voilées, est de l’intégrisme religieux, du prosélytisme dangereux, malgré vos efforts pour le dissimuler.
Bien sûr si vos cheveux excitent les hommes musulmans, c’est aussi le cas pour la bouche, les yeux, le nez ou les oreilles et même les pieds et on finit ainsi par justifier le port de la burqa comme en Afghanistan. Pourquoi aussi l’inverse ne serait pas vrai pour les hommes? Votre corps est tabou, tout doit être caché. Le corps de l’homme ne l’est évidemment pas il peut tout exhiber. Ses cheveux ne vous excite-t-il pas? Ne doit-il pas les couvrir?
Les garçons se dandinent comme ils veulent, s’habillent sexy comme ils le désirent, sortent comme bon leur semble. Bien entendu seules les pauvres filles musulmanes sont coupables de tous les maux. La provocation sexuelle ne peut être que féminine, donc voilons les femmes musulmanes en attendant de pouvoir voiler les femmes du monde entier.
Non voilées, chères musulmanes, vous constituez soi-disant un danger, un péril pour la chasteté des garçons. Vous pourriez exciter des garçons musulmans si innocents et si purs. Il faut donc vous voiler, cacher votre corps en tout ou en partie et prendre l’aspect parfois de fantômes comme les Afghanes avec leur prison ambulante qui les couvre de la tête aux pieds.
Par contre les garçons musulmans n’ont aucune obligation vestimentaire, ils sont émancipés et vertueux, ils n’ont rien qui peut exciter les filles, et s’ils s’excitent c’est bien entendu toujours la faute des filles, provocatrices par nature.
Alors en vous voilant vous reconnaissez votre statut d’infériorité que Mahomet vous a réservé dans le Coran, dans la Sunna, il y a quatorze siècles.
Si vous acceptez le voile, pourquoi pas aussi la burqa puisque vous êtes prêtes à toutes les humiliations, à toutes les oppressions? Et pourquoi le port de la burqa ne serait pas aussi un droit démocratique selon la théorie des imams obscurantistes.
Continuez votre combat pour le voile, chères musulmanes, et vous finirez même en Europe dans des madrasas où vous ne pourrez apprendre que le coran et la couture. Les islamistes sont en bonne voie d’obtenir tout cela avec votre collaboration, votre soumission.
L’école publique peut aider à vous émanciper, chères femmes musulmanes, (ce que le Coran vous refuse) mais les mouvements intégristes craignent votre émancipation. Nous estimons que vous autres femmes, êtes l’égale de l’homme, et nous voulons vous aider à faire respecter cette égalité entre hommes et femmes, mais votre religion ne l’admet pas. Aider à vous émanciper ne peut réussir si vous réclamez vous-mêmes par un masochisme incompréhensible, votre infériorité imposée par Mahomet, ses imams, ses ayatollahs, ses ulémas, ses talibans.
On invoque même la Constitution, la liberté du culte, la Convention de Sauvegarde des droits de l’homme pour entrer voilées à l’école publique.
Cette Convention de Sauvegarde des droits de l’homme prévoit des dérogations à la liberté du culte et permet de légiférer dans l’intérêt de l’ordre et de la sécurité publics.
La liberté religieuse n’est pas plus absolue que les autres libertés et la liberté implique aussi un autre droit: l’égalité, le rejet de la discrimination et de la ségrégation sexuelles.
Une législation pour maintenir l’ordre public dans l’école publique pour éviter la communautarisation, la ségrégation entre filles voilées et non voilées, entre garçons avec ou sans kippa, reste dans le cadre de ses droits et ne viole nullement la liberté du culte.
L’école ne peut devenir une enceinte où s’affrontent les différentes religions ou cultures avec leurs symboles spécifiques, elle ne peut permettre le militantisme religieux, politique, ethnique ou philosophique.
L’interdiction de porter un foulard islamique par une institutrice dans l’enseignement primaire genevois ne viole ni l’article 9 (liberté de religion) ni l’article 14 (interdictions de discrimination) de la CEDH. Le cas visé concerne bien entendu une enseignante qui agit dans le cadre de ses activités professionnelles.
L’interdiction pour une étudiante turque de porter le chador dans un établissement public a été justifié par la CEDH parce que la commission a estimé que la manifestation extérieure de croyances religieuses par le port du foulard islamique devait être assimilé à une pression sur les étudiants qui ne pratiquaient pas la religion musulmane ou qui adhéraient à une autre religion susceptible de mettre ne cause aussi bien l’ordre public, le respect dû aux opinions d’autrui, et que d’autre part un diplôme universitaire ne constituait pas un support adéquat pour la manifestation de convictions religieuses.
Si vous refusez les sourates qui permettent à l’homme de vous croire inférieure, alors seulement vous serez des femmes libres et non plus des esclaves.
La lecture de quelques livres vous éclairera, vous pouvez peut-être, chères musulmanes voilées, commencer, avec le livre “Bas les Voiles” de Chahdortt Djavann. Elle a porté le voile pendant 10 ans. Ce voile d’abord imposé par le père puis par le mari. Ce voile a-t-elle dit est une véritable “maltraitance” qui fait de la femme un être inférieur.
Dans une proposition de la loi en France Jacques Myard a écrivait ce qui suit:
Si la liberté d’expression et de croyance, corollaires de la laïcité, sont des principes intangibles qui doivent être respectés, l’école ne saurait être le lieu de pressions politiques, religieuses ou philosophiques. Elle doit être à l’abri de telles dérives qui portent atteinte à la neutralité de son service public qui marque légitimement les limites à apporter à l’expression des particularismes de toutes sortes. L’école est le lieu par excellence où s’apprend la liberté de l’esprit
Débarrassez-vous, chères musulmanes, de votre accoutrement obscurantiste: le bandana, le foulard islamique, le voile, la burqa, etc. et montrez ainsi que vous êtes bien l’égale de l’homme, ce que vous avez toujours été, mais que l’islam misogyne ne peut accepter.
Guillaume

Écrit par : Plas, Guillaume | 30/07/2009

@Plas, Guillaume... pourvu qu'elles vous lisent !

Écrit par : charlie | 30/07/2009

pour tempérer:
http://www.presseurop.eu/fr/content/article/64791-une-vague-islamique-faible-coefficient
Commentaire de mon homme: femmes voilées dans la rue, statisticiens yeux bandés dans leur bureau
Voir aussi l'affaire du pantalon de Loubna
http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20090728164827/-condamnation-journaliste-charia-fouet-Condamnee-a-40-coups-de-fouet-pour-avoir-porte-un-pantalon.html

Écrit par : pamina | 31/07/2009

Les commentaires sont fermés.