Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/06/2009

Plus bleu que le bleu de nos yeux

C’est dimanche, jour de relâche. Le temps, comme dit le Seigneur, de “sonder les coeurs et les reins”, ce qui correspond en terme de métaphore aux désirs  et à la puissance d’action. Didier Reynders nous a fait part des siens, dans de longs entretiens dispensés à la presse. Le MR pense avec lui à l’avenir. Faute de le réinventer, il va le réenvisager... 


Enfin, il dit qu’il va le réenvisager...

-Avec le même Président, chef de parti, vice-premier-ministre et ministre des finances. C’est donc que le décumul, qui fait partie du pack “Ethique et bonne gouvernance” mis sur la table par Ecolo reste dans le chef des libéraux une concession, non une conviction. Celà, l’étude de Transparency International dont je vous ai parlé dans un précédent billet en donnait quelqu’idée déjà.

-Avec les mêmes arguments: je vois en effet repoindre dans l’interview les taxes et des impôts, réputés de gauche, et l’idée du rempart libéral à cette menace annoncée. Un peu court, un peu indigent... pas porteur, vraiment.

-Avec les mêmes ambitions: “redéployer le parti”. Et une nuance nouvelle: poser celui-ci en “grand parti populaire, réformateur, de centre-droit”. Si vous vous rappelez l’épisode Aernoudt, intégré et désintégré au MR dans les circonstances que l’on sait, vous aurez une certaine idée de ce “centre-droit”, adroit, et même “à droite toute”, qui sonne le clairon pour couvrir la voix d’un autre hérault médiatisé... Maître Modrikammen n’annonçait-il pas le 11 juin dernier vouloir créer  de son côté “un vrai parti de droite populaire (...) le parti populaire de la liberté ou parti populaire de la Justice”. Il semble décidément que la tentation berlusconienne soit grande. Il est vrai que les 63,000 voix d’un Daerden renforcent la thèse d’un électorat lobotomisé, et que les propos simplistes voire caricaturaux ont dès lors plus de chance de se faire entendre.

Je lis encore  “Il faut adapter notre discours à l’évolution de la société”. Evidemment, ce n’est pas son conseiller en communication qui prendra le temps d’expliquer à D.Reynders que non, cela n’a rien, rien à voir avec le discours, ni avec l’apparence, le look, la couleur de cravate ou cette nouvelle posture relax, limite dégingandée qui s’affiche comme première métamorphose du président du MR. Nombre de citoyens –dont je suis- veulent simplement, comme dit Shakespeare “less words, more substance”.

Des idées, des projets, des initiatives, des mesures, du concret; des politiques attelés à leur tâche unique, délestés de leur mandats multiples, encadrés lors de l’exercice de leur pouvoir et surveillés dans l’usage des deniers publics. L’état moderne doit être un état modeste, disait hier un socialiste (?!). Un socialiste français, pour  sûr, et qui n’est pas de la gauche caviar ;0). J’approuve, pour ma part. Rationnalisons, économisons là, d’abord, maintenant, tout de suite. Nous voulons une cohérence et une intégrité politique. On peut espérer dans la foulée que des règles plus strictes feront prendre le large à des parvenus de tous bords, je veux dire de tous les partis, et qu’émerge une nouvelle frange d’élus dont l’honnêteté n’ait pas à être décrétée, mais relève simplement des qualités naturelles, ou d’un habitus culturel.

Et au delà? Au delà, et tant pis pour ceux qui me traiteront encore d’intello idéaliste, je répercuterai la voix d’Edgard Morin (sociologue, et non philosophe), qui publia un très beau texte dans une chronique du Monde, le 13 juin dernier, sur le “réenchantement des sociétés humaines”.

"Il y a quelque chose de plus profond, qui ne se trouve dans aucun programme politique, c'est la nécessité de changer nos vies, non seulement dans le sens de la sobriété, mais surtout dans le sens de la qualité et de la poésie de la vie".

Rêveuse et mystique dominicale, Pamina ? Peut-être, après tout. Comme Morin, Jacquart, Prigogyne et tant d’autres. Circonstance aggravante, je trouve la compagnie plaisante, bien plus que celle de petits machiavels. Il faut bien que quelque chose fermente, pour que la politicaille devienne politique ? Et que plus bleu que le bleu du MR et de nos yeux, nous envisagions un avenir ensemble ?

 

Commentaires

Je viens de voir le titre de la Libre, concernant les attaques contre Didj: je précise que je n'ai rien, mais alors rien à voir avec les Michel -Possible que e préfère Charybde à Scylla lollllll

Écrit par : pamina | 21/06/2009

re-commentaire, addendum ou plus exactement addenda (y'en a plusieurs)
-l'intervention de Javaux: montée en épingle dans les titres de RTL-info et de la Libre; quand je regarde, quand je réécoute, je vois un Javaux qui négocie intelligemment avec le PS, en appuyant sur le champignon du possible retournement; je n'y crois pas une seconde. Sauf, évidemment, "Affaire" majuscule et opportune, d'un autre acabit que le pétard Happart. Il en existe, mais vu l'usure du sujet, il ne suffira pas cette fois d'un cocktail molotov ou d'une bombinette...
-l'intervention du Père Michel: tout en rondeur(s), discours quasiment patelin. Didjé a visé la clientèle Aernoudt (cfr ci-dessus), Loulou annonce la couleur, il va recruter sur la frange gauche de la droite, les libéraux-sociaux. En des termes, ma foi, assez conquérants et offensifs. Amis lecteurs et commentateurs fidèles de ce blog, vous êtes une "cible", l'avez-vous compris? -eux, oublient un paramètre: c'est que nous sommes une cible non mouvante, mais réfléchissante. Pour ma part il va me falloir autre chose que trois ronds de jambe et la bouche en coeur pour que je me laisse séduire par un quelconque "parti" (je suis longue à la détente)
-pronostic: le voile de la députées cdh va servir à de peau de banane sous les pieds d'Ecolo cdh. Vous en trouvez pas que Ducarme en croisé (anti-pape et anti-muslim), il est un peu gonflant? Son attitude n'a rien de politique, elle est strictement politicienne. Parce que, que cela dérange ou non, il faudra bien traiter l'affaire, de façon réfléchie, posée, respectueuse et consensuelle. Donc, pas à la tribune. Comme pour la Burka en France, il est urgent d'attendre... en commençant à sérieusement à penser les implications des diverses positions. Je serai chef quelque chose chez les bleus (du parti, de la com', des utopistes rêveurs), je lui conseillerai de la boucler pour ne pas fâcher les verts tout rouge, en ce moment encore vacillant de négociation. Et aussi, je lui rappelerai que le 30 juin, faut rentrer sa déclaration fiscale. L'argument génétique ne prévaudra pas pour un retard, un oubli, une erreur.
-au fait, vous avez vu la mise au point de Bacquelaine au groupe Sud-presse? (Baquelaine, dont le pseud mail est "powerboy", chose que je trouve d'assez mauvais augure pour un démocrate lolllllll). En tous les cas, c'est clair que j'aurais pas classé sa copie parmi les meilleures, ni pour l'orthographe, ni pour le style...
grande question à ces messieurs qui trouvent qu'ils ont des salaires raisonnables, en comparaison avec le privé: auraient-ils, dans le privé, avec leurs compétences (pour certains parfois extrêmement limitées), atteint ce niveau barémique, ou seraient-ils restés parmi les cols-blancs plumitifs et gratte-papiers (version contemporaine: tape-clavier)?

Écrit par : pamina | 22/06/2009

On est en forme, Pamina, à ce que je vois.
Pour les négociations, elles sont en cours. Et comme toujours, il va falloir faire le grand écart entre les idéaux et la réalité. A mon avis, mois je peux me tromper, Elio va bouffer Javaux tout cru en lui refilant les sales mesures à prendre. L'écologie, ca coûte avant de rapporter (bâtir des éoliennes, isoler les bâtiments, construire des pistes cyclables, aménager de sites propres pour les trams, etc) et il faut bien amorcer la pompe donc faire payer le contribuable. Milquet, elle, se déguisera en courant d'air et se fera oublier tant qu'elle se maintient au pouvoir.
Pour l'histoire Bacquelaine et consorts, pourquoi ne pas doter les groupes politiques d'une personnalité juridique (asbl) et les soumettre aux règles comptables et fiscales de toute association. Cela imposera la transparence et évitera les suspicions.
Le voile est un prétexte à faire du barnum au parlement. Il est quand même amusant que la première parlementaire voilée d'Europe occidentale soit issue d'un parti....catholique. Collusion des religieux ? Sensibilité plus grande à ces aspects de la réalité ? je ne sais pas mais on n'évitera pas le débat.
Je crois fortement (et c'est ne des raisons qui font que je suis mal à l'aise dans ma "famille" politique)que le défi du 21è siècle sera de marier islam et démocratie et que de la manière dont ces deux concepts s'interpénétreront dépendra la stabilité de l'Europe, et de ses proches voisins, mais bon, c'est un autre débat.

Écrit par : hughes_capet | 22/06/2009

on le continuera samedi ;0) -mon mari est très remonté, il a vécu l'implantation des "accommodations raisonnables" au Québec, et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'est pas très accommodant sur le sujet...

Écrit par : pamina | 22/06/2009

DEMY

lundi 22 juin 2009
La perception Reynders
Didier Reynders vient de comprendre qu'en Walbanie, un succès électoral ne se construit pas sur un programme (que personne ne lit) ou un bilan (on vote pour quoi déjà ? Régions ? Communautés ? Europe ? Fédéral ? Provinces ? Cummunes ?) mais sur des candidats (d'ou la pipolisation) et principalement sur le premier d'entre eux : le président de parti.
Dans notre particratie, ils ont un pouvoir exorbitant : ils confectionnent les listes, mènent la campagne électorale, choisissent les partenaires de coalition, désignent les ministres...bref ils sont omnipotents...
Mais que faut-il pour faire un bon président de parti ? Une intelligence supérieure ? Un sens tactique aiguisé ? Une belle gueule ? Une grande gueule ? Du charisme ? De l'empathie ?
Sûrement un peu de tout çà à la fois. Mais pour gagner une élection, dans notre société hypermédiatisée, ce qui compte avant tout c'est l'image ! Les élections c'est la Politic Academy !
Et à ce jeu là, Didier Reynders ne peut pas gagner.
Il traîne à tort ou à raison une image d'arrogance, de froideur, de mépris à l'égard des "petites gens", d'amis des riches et des puissants...
Le contraste avec Michel Daerden est saisissant, mais lequel des 2 à cartonné ?
Didier Reynders pourra faire tous les efforts qu'il veut, se faire coacher par un pro de la "com", se faire relooker, poser pour Ciné-Télérevue, rien n'y fera parce que personne n'y croira. De plus, une victoire électorale n'a jamais garanti une victoire politique, l'orange bleue l'a assez démontré.
La meilleure chose qu'il puisse faire est de jeter le gant et de laisser la place de président du MR. Et pourquoi pas à une femme ? Alors seulement on pourra espérer rejeter la maffia socialiste dans l'opposition et espérer sortir la Walbanie du cloaque dans lequel elle se trouve depuis 25 ans...

Écrit par : dopey | 22/06/2009

encore une femme? beurk lolllllllllllllll
j'ai l'habitude de voter féminin, mais franchement, les laurette et joëlle me pompent. Vous voyez qui? Kri-Kri Defraigne? en "maman" face à "papa"?

Écrit par : pamina | 22/06/2009

Laruelle, un authentique pitt bull en jupons.
Le vote féminin obligatoire me gonfle aussi. Il est politiquement correct de dire que les femmes font de la politique "autrement", plus consensuellement, de manière plus proche des gens. Tu parles. UNE seule Milquet nous a ramené les socialistes en 2007. Et quand je vois les combats de poules (ben oui, le féminin d'un combat de coqs, c'est un combat de poules) à Forest ou à Huy pour le mayorat....

Écrit par : hughes_capet | 22/06/2009

ce ne sont pas de vraies femmes, elles sont tatcherisées lolllll

Écrit par : pamina | 22/06/2009

Me rappelle pas d'une présidente du MR...çà c'est le changement !
Pas Laruelle, c'est un Reynders en jupons !
Cornet, Bertiaux, Ries ?

Écrit par : dopey | 22/06/2009

il n'y en a jamais eu. Il y a eu Antoinette au FDF, Annemie Neyts au PVV dans les années 80, mais jamais de femme présidente au PRL, au MR ni au PS d'ailleurs.

Écrit par : hughes_capet | 23/06/2009

Les commentaires sont fermés.