Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/05/2009

Du poujadisme et du populisme

Citoyens, forumeurs, bloggeurs, journalistes, réagissez : on tente de vous disqualifier. Les politiques de tous bord et de tous niveaux, de Doffut à Dehaene en passant par Daerdenne ou Happart l’affirment: nous versons dans le poujadisme, nous sommes populistes. Qu’un gars comme notre brave José l’affirme, je serai presque tentée de le croire : pardieu, il s’y connaît, le bougre, il a de l’expérience... N’est-ce pas lui qui affirmait hier qu’il était plus légitime que tout le monde, parce qu’il avait recueilli 75,000 voix ? Et qui affirmait au sein du même parlement où ces voix l’ont mené, que « la rue n’a pas à se faire entendre en cette enceinte » ? Si ce n’est pas du populisme, ça…


Poujadisme :
du nom du Français Pierre Poujade, fondateur en 1956 de l’  « Union de défense des commerçants et artisans de France ». Ce mouvement syndical et corporatiste se convertit en parti politique et se présenta aux élections sous le nom UFF (Union et fraternité Française). Il s’illustra brièvement à la fin de la IVe république en s’élevant notamment contre l’inefficacité du parlementarisme de l’époque et la pression fiscale. Il eut souvent recours à des méthodes musclées pour faire entendre ses arguments et compta parmi ses députés un certain Jean-Marie Le Pen. Le petit Robert définit l’usage actuel du terme « poujadisme » de façon restrictive, comme « attitude petite-bourgeoise de refus contre l’évolution économique », mais il est employé souvent encore pour désigner une attitude démagogique, des positions corporatistes, un discours anti-parlementariste, le plus souvent teinté d’extrémisme.

Personnellement, je ne vois aucun lien entre la réaction citoyenne actuelle, son désir de transparence, d’éthique, son expression certes vigoureuse mais pacifique, et un quelconque poujadisme. Il y a bien mouvement, il n’y a pas « parti », et encore moins volonté de conquérir le pouvoir.

Populisme : Historiquement, le populisme est un mouvement politique russe qui à la fin du XIXe siècle, entama une lutte contre le système tsariste en s'appuyant sur le peuple et en revendiquant la transformation des communautés agraires. En politique, le terme « populisme » a revêtu aujourd’hui un sens péjoratif. Il désigne l'attitude de certains individus, mouvements ou partis qui se réfèrent au peuple pour l'opposer à l'élite des gouvernants, aux privilégiés ou à toute minorité ayant accaparé le pouvoir, ces derniers accusés de trahir égoïstement les intérêts du plus grand nombre. Il qualifie en particulier les démagogues qui mobilisent le peuple par des promesses électoraliste ou qui flattent ses "bas instincts" et ses réflexes identitaires comme le nationalisme, la xénophobie, le racisme en exacerbant par ailleurs les réflexes sécuritaires. Comme le poujadisme, le populisme vise l’exercice du pouvoir, et dénonce son inefficience pour mieux pouvoir l’exercer, le plus souvent de façon autoritaire, monopolistique voire dictatoriale.

Là non plus, je ne vois guère de lien avec le mouvement d’opinions (et non parti) qui se dessine actuellement, et qui reste relativement sobre dans son expression (en tous les cas loin des discours extrémistes). La classe politique peut s’estimer heureuse que la gangrène qu’elle a tolérée et qui s’avère aujourd’hui dans toute son ampleur n’encourage pas la « peste brune » : elle pourrait être considérée comme directement responsable d’une faillite du système démocratique. Or, c’est là le point positif, nulle part je ne vois s’élever de voix à l’encontre de celui-ci, mais au contraire, à un appel  à en restaurer l’efficacité et la puissance.

Alors, qu’avons nous donc en commun, selon ces politiques, avec les populistes ou les poujadistes ? La  dénonciation des élites politiques accusées d’accaparer le pouvoir et d’exploiter à des fins privées les biens public,  et, par conséquent, un supposé anti-parlementarisme.

Faux, bien évidemment. C’est le respect de la fonction parlementaire qui aboutit à notre revendication d’une totale transparence dans le processus électoral, et ce dès la confection des listes, c’est le respect de la mission parlementaire et ministérielle, de tout ce qu’elle représente en termes démocratiques, qui nous conduit à réclamer des règles claires et contraignantes dans l’exercice de mandats politiques.

Quand à la dénonciation des abus, il me semble paradoxal qu’elle se voit ainsi stigmatisée, puisqu’hélas, elle a une base on ne peu plus réelle (et étendue, et récurrente). Le politique est-il à ce point habitué au silence des agneaux que l’on tond, qu’il ramène le premier bêlement de protestation au rang de manifestation outrecuidante ?  Il ne faut pas inverser les rôles, Messieurs : si quelqu’un doit se sentir offusqué, ici, c’est bien le citoyen.

Pourtant, si crier « arrêtez, bande de magouilleurs » à ceux qui nous dépouillent devient suprême grossièreté, obtempérons, et employons un vocabulaire mieux approprié : « Halte aux prévaricateurs »

Prévaricateur ?

« Personne qui, par intérêt, manque aux devoirs de sa fonction.

Personne qui détourne des fonds publics »

 

Sur le populisme :

http://www.monde-diplomatique.fr/2003/11/DORNA/10680

Pierre-André Taguieff, L’illusion populiste, 2002, Paris, Éditions Berg International

Sur le poujadisme:

http://www.yrub.com/histoire/poujadisme.htm

http://xerbias.free.fr/blog/index.php/2007/09/18/215-le-poujadisme

Commentaires

Il y a des termes qui sont "marqués" comme on dit. Plus personne ne se souvient de qui était Pierre Poujade mais l'adjectif dérivé est devenu synonyme de "fasciste light". Et puis son emploi donne à nos politiciens l'impression qu'ils sont cultivés. Rassurez-vous, c'est rarement le cas.
Le terme populiste qu'on accole aussi bien à Juan Peron, à Gamal Abdel Nasser, à Silvio Berlusconi et à Jorg Haider me ramène pour ma part toujours à Soljenitsyne.
Dans le "pavillon des cancéreux", il met en scène,entre autres, un cadre du Parti Communiste d'URSS, Roussanov, rattrapé par la maladie et contraint de frayer avec les malades issus du tout-venant. Celui)ci évoque sa réussite sociale et se dit avec cynisme "que s'il aimait toujours le peuple, il supportait mal la population".
On en est là dans note Wallonistan adoré.

Écrit par : hughes_capet | 14/05/2009

En résumé: il faudra d'autres qualificatifs, mieux fondés, pour nous clore le bec. Par contre à mon sens, si on n'arrive pas à passer des réformes fondamentales rapidement, oui, cela va virer à populisme et là ça risque de faire mal à la démocratie. Je n'ose imaginer, déjà, le profit qu'un Aernoudt compétent et intelligent aurait pu tirer de la situation actuelle. Je pense sincèrement qu'il aurait coiffé le cdh du premier coup. Mince alors, quand je pense qu'il cherchait une candidate sur sa liste à Liège lolllllll j'aurais pu goûter la confiture, moi aussi lolllllllllll.
(j'aime pas la confiture, sauf celle à l'orange cannelle que je fais moi-même)

Écrit par : pamina | 14/05/2009

Le slogan du PS pour ces élections : Nos actions profitent à tous...les détenteurs de la carte du parti !

Écrit par : dopey | 14/05/2009

Extraordinaire déclaration de Di Rupo a écouter sur le site du Soir et de la DH, bien écouter jusqu'au bout : la région de Mons-Borinage est en pleine relance, Di Rupo et le PS travaillent pour les gens de Mons-Borinage et ce n'est pas le blabla autour du PS qui fait avancer les choses et l'économie, Mr Donfut a fait un travail remarquâââble comme ministre

Écrit par : dopey | 14/05/2009

Quand on n'a pas d'arguments pour se défendre et qu'on n'est pas intelligent on en arrive immanquablement aux injures (populiste poujadiste)du moins c'est dans ce sens qu'ils sont employés.
Les qualificatifs utilisés à notre egard par nos prévaricateurs et prévaricatrices en sont une parfaite démonstration.
J'ai eu l'occasion de constater hier soir, en écoutant notre premier ministre que tous les personnages politiques ne sont pas à mettre dans le même panier.
Pour en revenir au qualificatif très approprié proposé par Pamina, je vous soumettrai également son frère jumeau qui est celui de 'bonimenteur et bonimenteuse'. Avec la définition :
Boniment : Discours habile et trompeur pour flatter, séduire ou convaincre.
Alors à chacun ses qualificatifs, mais dans notre cas nous n'aurions aucune difficulté à démontrer leur justaification.

Yvan.

Écrit par : Yvan | 14/05/2009

@YvanBonimenteur: j'adore et J'adopte! :0)))
Van Rompuy: des parents qui ont pu élever des enfants dont l'un est cvp et l'autre ptb (la soeur) peuvent se féliciter d'avoir donné une éducation ouverte et critique...
Je commence à recevoir des nouvelles des candidats auxquels j'ai écrit. les réponses sont tellement typées selon les partis, cela fait presque caricatural...

Écrit par : pamina | 14/05/2009

Il sera quand même sur la liste ps....

Écrit par : Diane | 14/05/2009

Quand on s'adresse à un candidat, la réponse est-elle à l'initiative du candidat ou de son parti? Nous sommes bien en situation de particratie donc poser la question c'est y répondre.
Dans l'affaire Donfut, il y a une autre question qui se pose et qui est celle de tous ces machins que l'on nomme Intercommunales.
Visiblement à chaque fois que l'on découvre un de ces gagnants au 'Win for life' la poule pondeuse est une ou plusieurs intercommunales.
N'y aurait-il pas lieu de créer un organigramme de cet imbroglio qui semble être surtout profitable à nos prévaricateurs.
J'ai le sentiment que l'affaire Donfut ne pourrait être qu'un pipi de canari à coté de ce qui se passe dans cette mafia.

Yvan

Écrit par : Yvan | 14/05/2009

Pamina, m'autorise tu à copier ce billet auquel j'adhère totalement, sur mon blog (avec lien vers le tien bien entendu ) ?

Il sera lu par ceux à qui tu t'adresse et il correspond parfaitement avec l'état d'esprit général que je ressent et meme que je partage à totalement à titre personnel.

De plus il renforce la démarche que nous sommes occupés à faire auprès des principaux partis, je pense que ton billet renforce un peu plus l'idée sous-jacente défendue.

Bien à toi

Écrit par : olivier | 14/05/2009

@olivier
oui bien sûr. Les textes sont libres de droit, jsute, je demande de faire un lien actif vers le blog, pour favoriser la discussion.

Écrit par : pamina | 15/05/2009

http://onvotepoureux.skynetblogs.be/post/6986329/

Écrit par : olivier | 16/05/2009

Je travaille aux Editions de l'Avenir, au service d'informations nationales. Je suis également un des animateurs du site participatif leMegaphone.be, consacré à la campagne électorale.

Mon opinion: pour faire bref, pas de populisme ou de poujadisme à parler des "affaires" qui secouent le PS (ou d'autres), qu'on soit en campagne électorale ou non.

Parlons-en, de ce soi disant acharnement médiatique à soi-disant trois semaines des élections. Faux. La législature qui s'achève a eu son lot d'affaires, y compris au niveau du MR (le bourgmestre de Beloeil) ou du cdH (le bourgmestre de Mouscron).

Et quant bien même: pourquoi donc la bonne gouvernance ne serait-elle pas un thème de campagne? Dont l'un des axes de réforme devrait être la limitation des mandats dans le temps.

Cela dit, bravo pour ce blog. J'ai lu avec intérêt plusieurs billets, commentaires, et on y sent vraiment une conviction.

Écrit par : Yves Raisiere | 16/05/2009

Cher Monsieur Raisière, allez dire cela à votre collègue Mr Martial Dumont...

Lui qui m'interviewa à propos du Californiagate, pour titrer un article intitulé 'entre journalisme et poujadisme'...

A propos du blog onvotepoureux, cela m'a fait rire en lisant les titres de presse du groupe Vers l'avenir par la suite :o)

Etonnant qu'ici vous veniez nous rassurer au sujet du poujadisme n'est-il pas, mais mercçi, nous avions bien besoin de la presse pour nous rassurer !

;-))

Olivier Baum

Écrit par : olivier | 16/05/2009

Les commentaires sont fermés.