Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/03/2009

Eloge de la folie

Bon, je sais que je pille le titre d’un bouquin de ce vieil Erasme de Rotterdam, mais comme Erasme était le pote de Thomas More, le génial auteur de l’Utopie, je me revendique de ces illustres ancêtres pour

1) oser mettre le doigts sur les folies de ce bas-monde, en particulier dans le surréaliste royaume de Belgique,

2) rêver d’autres choses, mais de façon concrète.


Soyons fous, donc! Que la connerie et l’incompétence nous fassent rire désormais, plutôt que pleurer ou nous fâcher. Je suis à l’âge où la mauvaise humeur favorise la ride du sillon naso-je-ne-sais-quoi, j’ai décidé d’accentuer plutôt mes pattes d’oie, n’ayant ni l’envie ni les moyens d’avoir le look botoxisé d’un lama tibétain (ou d’une indienne des andes, vous n’avez pas vu l’émission sur les joueuses de foot qui mâchent de la coca? Elles sont lisses comme une peau de fesse). J’ai l’impression que je dévie, quelle folie.


Alors, épinglé ce matin vers 8h dans cette brave Libre, ce titre et ce sous-titre percutants (copié-collé: http://www.lalibre.be/economie/actualite/article/488444/la-belgique-depassera-les-10000-faillites-en-2009.html)

La Belgique dépassera les 10.000 faillites en 2009

Belga

Mis en ligne le 13/03/2009

Quant aux mesures visant la liquidité des entreprises, elles devraient également jouer un rôle bénéfique, note ING.

Sans commentaire, lolllll


Alors... changeons de registre

Eloge de la folie qui désamorce le désespoir

Eloge de la folie dénoncée par de pseudo-sages qui ne sont souvent que des “fous du roi”

Eloge de la folie qui fait un pied-de-nez au conformisme ambiant

Eloge de la folie, cousine de la fantaisie et soeur de l’imagination

Eloge de la folie, qui nous fait rêver d’autres solutions possibles

Le bouquin d’Erasme est cité traditionnellement comme l’une des cause de la Réforme. Vous tous, intervenants des commentaires, me donnez de l’espoir! Oui, il y a des choses à faire, des énergies disponibles, la volonté de s’investir et je crois plus qu’un grain de raison dans vos propos, alors svp continuons, dans la perspective d’une action concrète, d’un mouvement de fond –petite vaguelette peut-être, mais les tsunamis commencent petits, aussi. 

Moi, j'y crois.

Commentaires

Je ne sais plus qui a dit :

"Ils l'ont fait parce qu'ils ne savaient pas que c'était impossible".

Écrit par : john roth | 14/03/2009

La folie, je viens de la quitter... : je reviens du colloque/forum/assemblée/réunion de LiDé qui est une asbl/parti/mouvement (biffer les mentions inutiles). Ca, c'est de la VRAI folie ! Pas de la petite folie guillerette et passagère, non. De la durable, de la pathétique, de l'authentique !

Or donc, un grand dialogue de sourds entre d'une part Eric-tragédien-blessé-à-mort, qui se verrait bien calife à la place du calife, Jacques-qui-cause-enfin-mais-qui-cause-pas-très-bien, et d'autre part Ruddy-qui-démissionne-mais-qui-démissionne-plus-que-c'est-lui-le-chef. Ambiance... Comme me disait mon sympatique voisin :"Monsieur, nous avons la chance d'assister en premières loges au grand carnaval de Namur..." Il avait à peu près raison ! Comme cela ne suffisait pas à la mascarade, notre ami Régis en a rajouté une louche en braillant comme un forcené et en quittant très théâtralement cette docte assemblée ! Quel show ! Ah, je ne regrette vraiment pas d'y être allé !

Une réunion va se tenir avec 8 personnes en plus des trois comiques, afin de tenter de recoller les morceaux. Je pense que c'était la seule solution de sagesse qui s'imposait, et heureusement que Jean Zarzecki menait finalement les débats de main de maître (chapeau !), sinon on était bon pour éponger le sang par terre... Mais je craint fort pour le résultat de cette réunion, dont il ne faudra pas attendre grand chose.

Une chose m'a en tout cas parut tout à fait claire : aucun des trois membres de la direction n'est prêt à commencer à écouter les gens : ils s'en foutent royalement. Donc, je ferme la porte (sans la claquer et sans geste théâtral...) à LiDé, qui, donc, n'est pas un parti/mouvement/asbl/rassemblement... Ah oui, j'oubliais : le trou dans la caisse de l'asbl est de -20,000 euros : où est-ce parti ?!?

Grandiose et pathétique !

Christian

Écrit par : Christian Coppe | 14/03/2009

Quel monumental gâchis!

Écrit par : pamina | 14/03/2009

Bien content de n'y avoir pas été !!!
J'ai donc pu lire dès ce matin le beau texte de Pamina .

Écrit par : john roth | 14/03/2009

Ce qui me stupéfie, c'est que ca en étonne encore certain.

J'ai rarement vu une telle sagacité et énergie à brûler autant de bonnes volonté en si peu de temps.

Et cela me rappelle furieusement les mots de cette dame qui interpella à la fin de la réunion Bruxelloise de début janvier :

'Serez-vous des politiciens ou des politicards entourés de personnes qui aiment s'écouter ?'

Désolé pour Régis.

Écrit par : olivier | 14/03/2009

Pour le trou dans la caisse, j'imagine que les réunions à gauche et à droite, frais administratifs, la réunion de Presse organisée par Aernoudt à l'Hotel Amigo à Bruxelles (on en a peu parlé, les journalistes étaient priés de venir en tenue de ville).

ca coute...


;-)

Écrit par : olivier | 14/03/2009

Ben, la réunion de Liège mercredi dernier, c'était juste cela. Sauf Eric Bruckmann, auquel je trouve de plus en plus un côté "marche blanche" très sympathique, mais un peu déplacé dans le contexte. C'est triste, ce capotage/sabordage mais franchement, n'est-ce pas la seule chose à faire, si du moins cela n'éteint pas toute velléité de changement chez ceux qui y ont cru?

Écrit par : pamina | 14/03/2009

pamina : c'est déjà mort-né.

...

Écrit par : olivier | 14/03/2009

"Sauf Eric Bruckmann, auquel je trouve de plus en plus un côté "marche blanche" très sympathique". Mouais... Sympathique, il l'est assurément, et il a un charisme évident. Mais il faudra un jour qu'on m'explique pourquoi il s'est attaché les services d'un catholique intégriste de la bonne droite traditionnelle, qu'il défend bec et ongle (Régis également, par ailleurs), en la personne de Pascal de Roubaix. Ce sujet semble a priori sensible, et on ne peut visiblement pas y toucher. Passez votre chemin, il n'y a rien à voir !

C'est clair à mes yeux qu'il y a un coup tordu derrière ça. Mais je ne parviens pas à capter lequel...

De plus, Eric a actuellement une attitude très calife à la place du calife... Pas très heureux que Rudy soit là, ce matin !

Christian

Écrit par : Christian Coppe | 14/03/2009

C'est très surprenant la présence d'Aernoudt.

Pour un type qui disait être dégouté il n'y a pas 8 jours, et qui accusait à qui mieux mieux ses amis co-fondateurs des pires maux.

Et encore, la presse n'a pas relaté l'entièreté de ses etats d'âmes...

Écrit par : olivier | 14/03/2009

Mon avis, et mon explication sur la sortie théâtrale:
http://warmont.blogspot.com/
Si vous regardez quelques posts plus tôt, j'ai déjà vécu ce genre d'assemblées, et "ça me gave"....

En ce qui concerne Pascal De Roubaix, je ne suis pas du tout d'accord avec ses idées, mais cela n'empêche pas qu'il a le droit à la défense.

Vous connaissez la maxime:
"Je déteste vos idées mais je me battrai pour que vous puissiez les exprimer"?

C'est dans cette optique là que je "défends" Pascal De Roubaix. Il a peut-être des amis et des idées peu recommandables, mais il a une carrière "politique" et "scripturale" reconnue par tous comme "dans le chemin démocratique". Ce n'est donc pas parce qu'un carriériste a décidé de l'utiliser pour essayer de récupérer son jouet qu'il faut le laisser tomber comme une chaussette usée.

Écrit par : Régis Warmont | 14/03/2009

bonsoir

j'ai aussi été très étonné de la présence de rudy qui ,a dû , en mettre plus d'un (très)mal à l'aise
J'ai aussi été étonné et (agréablement)surpris de constater que le mouvement(puisqu'il n'y a pas de parti ?)existait encore bel et bien vu les personnes présentes
Je retiendrai comme fait majeur , la création d'un comité de sages!!! qui sera chargé de déminer le terrain ou plutôt le champs de mines..trop tard diront certains !!! or , il n'est jamais trop tard pour bien faire et nous ne referons pas l'histoire mais constaterons que cela est un énorme gâchis
Je passerai sous silence le comportement de certains....je comprends maintenant pourquoi le courant ne passait pas trop entre-nous...il n'empêche que si je n'étais pas dans la ligne de conduite du parti !!sic ?? je ne me suis jamais permis de faire pareilles esclandres...surtout publique
la suite aux prochains épisodes que seront 1° la réunion de conciliation des ex !! futur !!! divorcés ?? et de l'assemblée générale du 20 mars

Écrit par : jacques legrand | 14/03/2009

Jacques,

Je n'ai pas envie d'entamer une "nouvelle" polémique entre nous, surtout dans cet espace qui nous est sympathiquement offert par une charmante hôtesse.

Je vais néanmoins te répondre puisque tu avances des sous-entendus.

L'esclandre vient du fait que certains ont été traités de fascistes par la faute d'une personne qui n'a pas une seconde pensé qu'un "je m'excuse" pouvait tout arranger et qui est prêt à toutes les bassesses pour récupérer "son" parti. Si toi, cela ne te fait rien, j'espère au moins que l'expérience de Nathalie avec sa grand mère peut te faire comprendre que tout le monde ne réagit pas avec flegme quand il est opposé au mensonge gratuit pour détruire, surtout à propos de l'extrême droite. Pour info, j'ai aussi de la famille polonaise et des grands parents qui ont eu droit aux camps et qui seraient certainement fiers de moi d'avoir défendu mon honneur et leur mémoire devant de tels comportements.

Pour le reste, ceci n'a rien à voir avec la ligne de conduite du parti, où tes écrits traitant les responsables politiques actuels de "tous pourris" et autres "mafias" n'étaient pas dans la lignée "se mettre au dessus de la mêlée et faire de la politique autrement". Maintenant, après cette expérience, je te concède tout à fait que la vision de Rudy de la manière de faire de la politique est tout à fait dans ton sens et à refaire, je t'aurais laissé faire ce qui te plaisait.
Je croyais que nous voulions un mouvement éthique qui se voulait ouvert au dialogue et pas un parti populiste qui voulait ratisser large en attaquant à tout va.
Je me suis trompé, c'est la vie. Tu aurais certainement été un soutien formidable pour Rudy et je n'aurais pas tellement l'impression de m'être fait avoir "sur la marchandise".

Écrit par : Régis Warmont | 14/03/2009

S'il vous plait, ne faisons pas de cet espace un copier/coller d'un forum bien connu de nous tous.

Ici, ce sont des idées qu'on expose et qu'on défend.

Pour les règlements de compte, il y a d'autres adresses.

Écrit par : john roth | 14/03/2009

OK, je propose donc que la maîtresse de maison efface mon commentaire, je suppose qu'elle en a le pouvoir ;-)

Écrit par : Régis Warmont | 14/03/2009

J'avoue, cher Régis, être un peu lassé du nombre incommensurable de familles polonaises hantant LiDé... Connaissant intimement la sensibilité des polonais, je commence à capter, mais bon : je suis malheureusement belch, et j'ai beau remonter, ça reste belch...

J'ai fustigé ici la direction de LiDé, et j'ai cité votre attitude de samedi matin. Pourquoi ? J'estime que de la part d'un homme qui a la capacité d'être, si pas un leader carismatique, tout au moins un point majeur dans ce mouvement politique, une telle attitude est inexcusable. Si vous voulez prétendre à quoi que ce soit en politique, ce n'est pas avec de tels éclats que vous y arriverez.

Je vais vous faire un aveux : je vous ai envoyé un mail vendredi pour vous demander si vous comptiez vous rendre au forum de LiDé, et vous m'avez répondu par l'affirmative. Le but était clair : vous rencontrer et discuter avec vous. De quoi ? d'un éventuel projet, naissant ici...

Non seulement vous avez snobé l'entièreté de l'assemblée, et vous n'avez pas daigné m'aborder, car probablement que vous aviez estimé que mon QI ne correspondait pas avec votre niveau, mais il aurait de toute façon été impossible de vous aborder de force, vu vos gueulantes et votre départ théâtral.

J'ai dit moi-même lors du forum de LiDé qu'il était important de mettre l'émotivité de côté, et de faire revenir au devant de la scène la raison et le pragmatisme. Vous n'en avez absolument pas tenu compte. J'ai dit sur le forum de LiDé que les deux seules méthodes pour faire campagne étaient la transparence et la non-agression. Non seulement vous avez été agressif, mais vous continuez à masquer les raisons de la présence de P. de Roubaix, dont la mentalité ne colle absolument pas avec celle de LiDé. Cela devient de l'acharnement suspect.

[supprimé]

Christian

Écrit par : Christian Coppe | 15/03/2009

Christian,

avez-vous un email pour en "discuter" directement?
En effet, la présence du manipulateur en chef a fait que je n'étais pas en état pour discuter. Vous pouvez me contacter sur regis@warmont.be pour que l'on éclaircisse certains points. Je n'ai pas envie de polluer les débats ici avec LiDé.
Je ferai juste une remarque pour la centième fois: je ne prétends à RIEN en politique contrairement à beaucoup chez LiDé. Je veux être un maillon d'un mouvement citoyen qui va faire bouger les choses. La personne importe peu, c'est le projet qui compte. Je me fous de paraître "bien" pour pouvoir "porter" un mouvement. S'il faut être faux-cul pour réussir, ce n'est pas faire de la politique autrement et si c'est pour faire "comme les autres", autant aller dans un parti existant.

Écrit par : Régis Warmont | 15/03/2009

Oui... de grâce, ne rééditons pas ici les empoignades stériles du forum de Lidé. 1) je n'ai pas assisté à la réunion, et d'autres commentateurs, non plus, donc nous avons un peu de mal à suivre 2) je comprends que des sensibilités différentes se heurtent, mais si vous êtes passés par ici, et que vous vous y êtes arrêté, c'est que vous avez le désir de construire quelque chose, et de sortir de cette nasse.
Régis, Jacques, si des comportements personnels vous ont heurté, le mieux est de vous en faire part mutuellement et privément. Par mail direct ou devant une bière ;0)
Nous sommes tous blessés je crois, et certains sont plus écorchés que d'autres. Maintenant, est-ce qu'on continue à gratter les plaies, ou bien tentons nous de cicatriser? Arrêtons de prêter des intentions inavouables aux uns et aux autres: voyons si dans l'étude d'un projet concret, nous sommes capable de trouver des points communs

Écrit par : pamina | 15/03/2009

EUROPE des VALEURS / Collaborer à une initiative citoyenne pour les élections europeennes

EUROPE des VALEURS se fait garant de mettre la transparence en politique, la bonne gestion des administrations et la lutte contre la criminalite organisée parmi ses priorités. EV présentera en effet Myrianne COEN, conseiller d'ambassade qui, depuis plus de dix ans, se distingue pour sa résistance contre les réseaux criminels infiltrés au sein de l'Etat belge (voir "affaire Sofia", RTBF 2006, "Visas, la filière des ambassades"), comme première candidate pour EUROPE des VALEURS aux élections européennes.
A cette fin, avant ce 27 mars 2009, 5000 citoyens doivent appuyer cette initiative en renvoyant, signés, les formulaires figurant sur son site http://europedesvaleurs.wordpress.com:
Vous y trouverez également toute l'information utile concernant les objectifs de cette initiative citoyenne.
... Comme la presse n'a pas encore dit un seul mot de cette liste européenne, EV compte sur les citoyens pour réagir.
Si vous voulez contribuer à la création de l’EUROPE des VALEURS, merci de faire circuler cette information.

Avec les Citoyens pour une EUROPE des CITOYENS
EUROPE des VALEURS

Écrit par : europedesvaleurs | 15/03/2009

lollllllll, je rédigeais ce qui précède, et vous faites la proposition par vous-mêmes, comme des grands. ça tombe bien, je ne m'aime pas en maîtresse d'école grondant dans la cours de récré ;0)
Il y a trop d'enjeux, il y a trop de bonnes volontés pour saper tout cela par des reproches personnels. Si nous avons des soupçons de dérive, balisons clairement le chemin, de telle sorte que la dérive, si dérive il y a, soit clairement avérée. Les problèmes de Lidé viennent du flou qui lui attire des sympathies et des voix puisque chacun s'en fait une représentation mentale, quasiment la projection de ses désirs. Ensuite, nous bataillons pour défendre celle-ci, mais rien ne dit qu'elle coincide avec le vrai Lidé (le parti; enfin, quel parti? de R.A.? de E.B.? des sympathisants (lesquels)?), puisque le programme est à peu près inconsistant... bataille de représentations mentales, donc. Le point d'union, c'est la critique de la situation présente. Or, pour avancer, l'union doit se faire sur la voie pour y remédier. C'est la le difficile, et c'est là que m'appeler à voter tant que ce point n'est pas défini, je trouve ça totalement malhonnête.

Écrit par : pamina | 15/03/2009

Bonjour à tous, le printemps arrive à grand pas, avec lui la nature recommence à vivre :-)

Un projet commun ne peut se construire qu'avec des individualités disposées à faire passer l'objectif avant l'égo.
C'est la somme des individualités qui constitue le projet, la démocratie ne se pratique pas dans l'urgence.

Je suis assez partisan d'un grand besoin d'abandon de dogmatisme et d'ideologisme, les vieux combats gauche-droite étant devenu totalement désuet dans la société mondialisée qui nous entoure. De plus, l'expression nationale ou régionale ne pourra jamais répondre à des enjeux qui dépassent de loin les frontières, décider ici de gérer des conséquences qui naissent à des milliers de kilomètres n'a que très peu de sens, c'est assez vrai dans un nombre important de matières économiques, bancaires, sociales, environnementales et écologiques.

J'imagine un mouvement d'opinions convergentes suffisamment important en poids et en légitimité que pour peser sur un pouvoir décisionnel et excécutif d'abord, régional, puis national et enfin international, ne nous voilons pas la face, des warmont, des Aernoudt, des oliviers, des x et y ne font pas le poids, voyez plutôt et constater que la quasi totalité des nations sont dans la mouise, dans une véritable crise que personne ne contrôle vraiment, un peu comme un train fou lancé à toute vitesse.

Ranger les égos, et imaginer un autre meilleur commun, sans dogmes, sans pensée unique, nous disposons tous d'une force incroyable : l'Opinion, celle dont aucun pouvoir politique ne peut se passer ou contourner très longtemps, la même qui put faire chuter le mur de Berlin ou renverser des régimes totalitaires.

Je nage en pleine utopie, et pourtant... ;-)

Écrit par : olivier | 15/03/2009

... Eloge de l'Utopie était l'idée de mon prochain "post", Olivier. Je suis en accord avec votre analyse. Je pense que la notion même de parti est dépassée (d'ailleurs dénoncer la particratie et créer un parti, quelle ironie...), et que l'avenir est définitivement aux mouvements. Il n'empêche qu'un mouvement doit définir sa direction, ses objectifs, ses moyens, et sa conception du bien commun. Ensuite vient l'appel à la responsabilité: aucun mouvement, comme aucun parti, ne répond à la totalité de mes désirs; auxquels suis-je capable de renoncer, en trouvant un "bénéfice global" dans le bien commun défendu? L'individualisme exacerbé fait que "je vote pour mes intérêts" (phrase si souvent entendue!); la citoyenneté responsable rend capable de voter un projet dont on sait qu'il va, sur tel ou tel point, nous affecter. Il y a peu de gens qui peuvent faire preuve de cette maturité là. Mais aussi, rien ne nous éduque à cela, et surtout pas les partis, qui font leur fond de commerce de la défense d'intérêts particuliers. Donc, je pense qu'il faut politiser les gens, en leur rappelant ce qu'est le rôle de la politique. Les anglo-saxons nourris de la doctrine utilitariste (Bentham, notamment), sont beaucoup plus sensibles à ce point et en cas de crise, sont capable d'abnégation. Je ne vois rien de tel en Belgique.
ps je ne fais pas l'apologie des USA ok? mais ce même utilitarisme anglo-saxon, qui a alimenté le travaillisme en Angleterre, a des aspects intéressants je trouve. J'adore certains intellectuels anglais de la deuxième moitié du XIXe siècle: ce sont des idéaliste libéraux (du temps où le libéralisme était de gauche), tenaillés par l'idée du bien commun. Un gars comme Ruskin, issu d'Oxford, critique d'art et qui devient l'inspirateur de Gandhi et en légant sa fortune pour la création d'écoles, de bibliothèques et d'un secours public, ça décoiffe, je trouve. La phrase "nous empruntons le monde à nos enfants" est de lui, en fait...

Écrit par : pamina | 15/03/2009

C'est ce que j'entendais par 'opinions convergentes' ;-)

Écrit par : olivier | 15/03/2009

Voilà; le mot convergent est important; il veut dire qu'on les "tourne dans le même sens"... non pas qu'elles sont identiques, ni même similaires...

Écrit par : pamina | 15/03/2009

encore un petit ajout (trouvé par hasard en préparant mon cours de demain). une importante organisation internationale présente ainsi ses valeurs:

excellence et expertise
honnêteté et intégrité
respect
responsabilité et obligation de rendre compte

tout me convient, dans cet énoncé. Et vous?

Écrit par : pamina | 15/03/2009

L'idée de limiter une action politique à un mouvement est sans doute intellectuellement satisfaisante et confortable, mais je doute que les idées émises soient intégrées et surtout appliquées par un ou des partis politiques qui n'auraient rien à craindre, électoralement parlant, de ce mouvement.

Dans l'état actuel des choses, le but avoué de projeter une nouvelle vision d'organisation de la société est de voir ses idées mises en oeuvre, c'est à dire d'exercer effectivement le pouvoir.

A condition de réinventer le concept, de mettre les garde-fous nécessaires et de se conduire en honnête homme, la notion de parti ne doit pas faire peur à terme.

On ne peut pas émettre des idées, et rester en dehors de la mêlée de manière à garder sa virginité et laisser le "sale boulot" aux autres.

A mon avis, l' organisation sous forme de mouvement ne peut être qu'une étape dans l'élaboration d'un projet politique.

Écrit par : john roth | 15/03/2009

bonsoir

Loin de moi l'idée de venir polémiquer sur ce forum qui ; est fréquenté par des gens bien, responsables et réalistes
Mon commentaire relatif à lidé était le simple constat d'un gâchis mêlé peut-être à un espoir !! celui d'une utopique réconciliation ...mais c'est aussi le constat que notre société n'est peut-être pas tout à fait mûre de se projeter dans un projet commun..il y a toujours quelqu'un pour abaisser l'autre ou lui démontrer que : moi je ?? Lorsque l'on voit la proportion prise par la problématique de l'extrême droite liée avec ses grands parents !! sorry mais cela m'interpelle....Mon père , belge pur souche a été déporté dans des camps de travail en 1940.. en 1942 , il a fait connaissance avec sa future épouse (ma mère) ukrainienne de souche enlevée de son lieu de travail à l'âge de 18 ans par les allemands , embarquée dans les wagons à bestiaux..elle n'a revu ses parents que 26ans plus tard....
Je n'ai jamais entendu mes parents se plaindre du traitement subi par les allemands qui les ont accueillis...ils sont mêmes retournés quelques années plus tard revoir ces gens..alors !!!!
A propos , le massacre des hutus par les tutsis ou vice versa en 1994 doit-il être aussi lié à l'extrême droite et toutes les injustices dans le monde ?? c'est un passage de l'histoire comme toutes les guerres qui ont existées depuis la nuit des temps...l'homme , qu'on le veuille ou non , est le seul responsable de ce qui arrive ou pas..essayons donc de le changer !! et la société changera

Écrit par : jacques legrand | 15/03/2009

@Pamina : décidément, vous êtes vraiment une muse pour nous, dès lors que vous nous forcez à penser ! Sans vous, nos neurones se scléroseraient de belle manière...

"excellence et expertise
honnêteté et intégrité
respect
responsabilité et obligation de rendre compte"

J'y ajouterais la tolérance, qui est pour moi la vertu première, mais bon. J'ai fait l'exercice inverse :

"mauvais et incomptétent
malhonnête et tordu
se foutre de ce que les autres pensent
irresponsable et opaque"

Voilà les qualités nécessaires pout être un parfait minisre en Région Wallonne ! Un peu caricatural, je l'admet, mais je rejoins les propos de John, et j'explique mon point de vue :
- d'abord un minuscule préambule qui explique en partie mes opinions : je ne suis pas littéraire mais scientifique, cartésien à souhait, indépendant, supporter inconditionnel de la PME, craintif des grandes théories et rodé aux réalités du terrain. Je pourrais placarder mon bureau avec mes diplômes mais je ne le fais pas, et personne ne m'appelle Docteur, alors que ce n'est pas le cas dans d'autres pays, mais je m'en fiche complètement. Je n'ai plus 20 ans depuis longtemps, et j'ai roulé ma bosse dans beaucoup de milieux. Voilà pour planter le décor.
- Post-soixante-huitard, j'adore les idéalistes et les utopistes. Ils passent leur vie à se prendre des gamelles, manifestent à s'en époumoner dans les rues, et croient obstinément qu'ils vont un jour changer le monde. Ils sont merveilleux et attendrissants ! Mais ils n'ont jamais rien obtenu...
- Le système belge est ainsi fait que la démocratie instaurée passe par des élections obligatoires, à tous les niveaux (et ils sont nombreux, chez nous...). Les élections consistent à voter pour un parti ou un/des membre(s) d'un parti. Un parti est donc la "pièce" indispensable pour participer aux élections.
- Les élus sont les SEULES personnes à pouvoir décider quelque chose, et, les élections faites, si vous n'êtes pas d'accord avec eux, vous pouvez éventuellement rejoindre la cohorte de braillards dans les rues, l'élu s'en fout. Il a raison : le pouvoir légitime, c'est lui !
- Un mouvement est un "machin" d'idéalistes et d'utopistes, que j'adore, je le répète. Mais qui sont-ils, et que peuvent-ils espérer ? Je ferais une comparaison : dans une entreprise, disons une boite pharma, il y a la R&D. Ce sont les idéalistes : ils élaborent des trucs et des machins pas possibles, coûtent un pont, mais on ne peut pas s'en passer : ce sont eux qui découvriront un jour LE médoc qui guérira le cancer du poumon! Les idéalistes sont de même : ils inventent des trucs et des machins... Jamais, dans une entreprise, on mettra un type de R&D à la commercialisation et la production d'un médoc. Faudrait être fou : il coûte, marche au budget, ne rapporte rien, et se fiche comme d'une guigne que le médoc rapporte ou pas, alors qu'il a coûté une fortune à son employeur... L'idéaliste est pareil : il se fiche du return. MAIS : c'est lui qui trouvera LA bonne idée ! Et il faudrait être fou pour le laisser la mettre en place.
- Pour mettre en place LA bonne idée, il n'y a qu'UNE voie possible, comme l'a cité John : la création d'un parti et la lutte pour arriver au pouvoir afin de mettre en oeuvre l'idée. La manière d'y arriver va choquer, voire faire hurler l'idéaliste : c'est le moment de lui demander de gentiment se mettre à l'écart, de devenir le penseur politique du parti, de rédiger un bouquin et, surtout, de foutre la paix à ceux qui lui ouvrent le chemin... Il en est de même dans notre boite pharma : la stratégie marketing de vente du médoc va choquer notre R&D, alors que ce sont ces ventes qui financeront ses propres recherches futures...
- Peut-être qu'un jour, l'idée de l'idéaliste ou de l'utopiste sera ainsi arrivée à s'imposer, comme le médoc élaboré par notre R&D guérira des millions de gens. Mais l'idéaliste qui hurle au loup sur la manière dont ses collègues de parti tentent d'imposer SON idée, et les empêche, est un type dont l'idée est morte avant de démarrer...

La vie est ainsi faite, Pamina : la raison du terrain prévaudra toujours sur les idées angéliques des idéalistes, et si des personnes de terrain croient en l'idée d'un idéaliste, il faut laisser faire les gens de terrain : c'est la seule voie possible pour voir l'idée être mise en oeuvre un jour ! Regardez l'exemple concret des Ecolos. Remontez leur histoire : vous détecterez facilement la période idéaliste du début et la liste des utopistes (à moins que vous ne soyez trop jeune), puis le virage vers le réalisme (et la liste des réalistes de terrain) et enfin la conquête (cahotique) du pouvoir d'une part, et l'influence considérable qu'ils ont eu sur les autres partis d'autre part, alors qu'au début ils étaient carrément ridiculisés par ces autres partis... Croyez-vous qu'un Javeau, qu'une Durand ou qu'un Nolet soient des idéalistes ?...

Relisez l'Histoire, elle apprend beaucoup !

Christian

Écrit par : Christian Coppe | 15/03/2009

je vais méditer la dessus... Christiant :-)

Écrit par : olivier | 16/03/2009

Oui, pour les avoir cotoyés, Durant et Nolet sont des idéalistes.
Je pense que Javaux est plus pragmatique mais je le connais moins bien.

Écrit par : Régis Warmont | 16/03/2009

@Christian: la page "Contact" sur ton site ne fonctionne pas.

Écrit par : Régis Warmont | 16/03/2009

Hello,

j'ai publié un billet à propos de la crise, il est très synthétique et n'entre pas trop dans les détails afin de ne pas le rendre imbuvable.

j'y pose plusieurs questions, si cela vous intéresse bienvenue.

Olivier

http://onvotepoureux.skynetblogs.be/

Écrit par : olivier | 16/03/2009

Je viens de lire le post de Christian,
A Liège, on dirait "oufti"

Espérons que ton message soit bien compris Christian.

Écrit par : yvan | 16/03/2009

Pour Christian,

J'adore votre exposé relatif à l'envoi de 1200 CV qui obtiennent un taux de 0.7% de réponses.

Sachez que je viens de faire l'expérience un peu près identique, si ce n'est moins quantitative, un peu près 5% de réponses à tout casser. (Y compris à des réponses suite à des annonces placées par les entreprises !)

Il y a quelques semaines un entrepreneur situé en Province de Luxembourg passait au débat mise au point de la RTBF, il précisait chercher 100 profils, déclarant ne pas trouver d'employés pour ses nombreux postes à pourvoir.

Ce passage allait donc dans le sens si souvent reproché : les employeurs ne trouvent pas de salariés ! Oh scandale avec autant de chômeurs !

J'ai fait l'expérience, j'ai répondu à 3 des profils recherchés par cette entreprise, CV et lettre de motivation à la clé, c'était il y a 3 semaines, ils n'ont jamais répondu...


Voilà, je n'ai rien d'autre à dire sur ce sujet, et je renvoie la balle aux simplificateurs théoriciens du mal wallon et de la honte du chômage.

Écrit par : olivier | 16/03/2009

@Olivier : l'expérience des 1200 CV était proprement ahurissante ! J'avais même pu bénéficier du tarif d'envoi en numéraire de la Poste ! Cela illustre assez bien le fossé entre les rêves et la réalité... Votre synthèse de la crise est pas mal foutu, et suffisamment synthétique pour s'y retrouver. J'ignorais l'histoire de Clinton, j'avoue. Il manque peut-être l'exlication du pourquoi les banques américaines ont si facilement prêté à des personnes manifestement incapables de rembourser en cas de hausse des taux.

@Régis : Merci de le signaler ! C'est réparé !

@Yvan : Qu'avez-vous peur de ne pas comprendre ?!? J'ai vécu plusieurs utopies dans ma vie : mai 68, les hippies, la bulle Internet, etc. Les retours à la réalité ont parfois - non, toujours ! - été un peu rudes... C'est pourquoi j'aime beaucoup prendre les Ecolos comme cas d'école. Ils sont encore maladroits de nos jours, mais moins naïfs qu'au début. A l'époque, c'était une catastrophe ! Je me rappelle lorsqu'ils sont montés au pouvoir pour la première fois en Région Wallonne : autant lâcher une jeune brebis vierge au milieu d'un troupeau de loups affamés ! J'observe qu'aujourd'hui, en Région Bruxelloise par exemple, il sont beaucoup moins naïfs qu'avant. Passionnant à étudier !

Christian

Écrit par : Christian Coppe | 16/03/2009

Les banques américaines ont prêtés facilement, parce qu'aussitôt le prêt consenti sans contrôle prudentiel (c-a-d en prêtant des subprime aux ménages ayant eu un ou plusieurs incidents de paiement) ils se réassuraient chez Fredie Mac ou Fanny mae, ces deux organismes bénéficiant d'une caution putative de l'Etat et avaient même d'après Bénard l'obligation en 2003 d'atteindre un taux de 56% de subprimes dans leur portefeuille.
Ces produits ont aussi été titrisés et réemballés dans des produits structurés et vendus aux banques, aux Hedge funds et aux particuliers sous divers formes.

Bref, le risque était dès lors collectivisé par dissémination tout azimut.

une deuxième vague de crédits peuvent devenir à haut risque : les Alt A, qui sont exactement les mêmes que les subprimes mais accordés aux classes moyennes sans incident de paiement mais pas nécessairement avec plus solvabilité.

Et si cela arrive, alors... bonne chance à nous tous.

Écrit par : olivier | 16/03/2009

J'ai trouvé ca aussi, c'est comique :

http://picasaweb.google.com/rue89.com/Babasubprime#5247371225253896482

Écrit par : olivier | 16/03/2009

bon, je vois que vous n'avez décidément plus besoin de moi pour activer vos neurones de façon constructive et positive ;0)
@john: évidemment que je conçois qu'un mouvement est préalable à un parti... mais il lui faut le temps de se mettre en branle: donc un parti Lidé dans la confusion actuelle, c'est guignol!
@christian tout à fait d'accord, et ecolo est pour moi un bon exemple; un peu de démocratie chinoise (selon votre expression je crois) au début aurait accéléré le processus, peut-être.
@tous les deux: je suis une idéaliste pragmatique: 1) définir son rêve 2) comment pourrais-je le réaliser dès demain
Il y a pas mal de choses qui me dérangent chez Ecolo, mais ils ont le talent d'être là, alors que je me souviens encore de Reynders les mouchants comme des gosses à la récré...

Écrit par : pamina | 16/03/2009

Oui, et maintenant Reynders les courtise...

;)

Écrit par : olivier | 16/03/2009

je les crois moins candides, quand même, qu'à leur montée au pouvoir; en tous les cas, s'ils ont perdu la mémoire des coups de Jarnac, ce serait dommage. je me souviens de la médiatisation des "taxes éco", et du traitement de Spa Francorchamps..... le comble de la malhonnêteté intellectuelle. Mais ils ont eu le coeur de s'accrocher, et leur intégrité et obstination paye, je pense.

Écrit par : pamina | 16/03/2009

bon sang si je fais encore autant de fautes en écrivant, j'arrête ce blog lollllll j'ai honte! -si vous voyez disparaître un post, c'est que j'essaie de corriger discretement lolllll

Écrit par : pamina | 16/03/2009

C'est depuis lors que mes lames de rasoir me coutent une fortune :-)

Je vais le rappeler à JM Nollet dans un prochain mail ca ! lol

Écrit par : olivier | 16/03/2009

tiens, je viens de trouver le commentaire d'E.B. sur medium4you... il y empoie la notion de "bien commun" ;0)

http://www.medium4you.be/Lide-Der-Untergang.html

Écrit par : pamina | 16/03/2009

Si jamais écolo en arrive à ca :

http://www.rtlinfo.be/rtl/news/article/226200/--L%E2%80%99Irlande+veut+taxer+ses+pets+de+vache


Alors on est foutu ! :-))))))))

Écrit par : olivier | 16/03/2009

En tout cas, en ce qui me concerne, si LiDé ne survit pas, ou survit avec un idéologie "à la droite du MR" ou avec une philosophie "un chef que la masse suit", je continuerai à penser qu'il manquera un mouvement à la droite du CdH et à la gauche du MR pour parler développement durable, éthique politique, démocratie interne (= 2 ou 3 porte parole sans hiérarchie, pas de chef), etc...
Et je suis convaincu que ce mouvement n'a pas besoin d'une icône médiatique pour se mettre en place. Mais bien d'un programme concret, solide, détaillé.... et qui évite de ratisser trop large pour ne pas avoir des profils trop différents qui s'opposent. Le front des frustrés ne fera jamais un projet politique stable et viable....
Bon, d'accord, je ne disais pas cela il y a 4 mois mais il n'y a qu'un imbécile qui ne change pas d'avis ;-)

Écrit par : Régis Warmont | 16/03/2009

Oui, je vois cela faisable. Mais la définition du sens du mouvement est préalable. Le lieu où vous placez votre "droite" me plaît assez; je suis actuellement vert turquoise. j'aimerais me dire bleu turquoise mais l'antipathie viscérale que j'éprouve envers Reynders (sans compter la rancoeur contre la basse politicaille du MR) m'incitent à modifier la nuance...

Écrit par : pamina | 16/03/2009

Je ne sais pas si c'est leur intégrité et leur obstination qui paient. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne sont pas intègre ou obstiné, bien sûr ! Je pense que c'est plutôt leur pragmatisme émergeant. JM Javeau n'a pas peur aujourd'hui de glisser une solide peau de banane en dessous des pieds d'un autre parti, sans complexe : il a appris à se battre et sait qu'il évolue dans un ring de boxe ! Il élabore donc une stratégie beaucoup moins directe et naïve que précédemment pour arriver à ses fins, et il y arrive doucement, le bougre. C'est en ça que le cas Ecolo est intéressant, sans porter un quelconque jugement sur le contenu de leur pensée politique. Ici, c'est uniquement leur approche dans le temps qui m'intéresse, en tentant de comprendre au mieux où ils ont perdu un temps fou, et où ils ont commencé à s'imposer et devenir pragmatique, en passant, comme je le citais plus haut, du stade R&D au stade production.

A titre d'exemple, je me souviens de Deleuze qui, sans demander l'avis de personne, voulait absolument implanter SES éoliennes dans la mer du Nord... Les Ecolos étaient là, et on allait voir ce qu'on allait voir ! On a vu... Un an après, il était dézingué de son poste ! Nous savons aujourd'hui que l'idée était bonne, vu que les premières éoliennes viennent d'être inaugurées, mais par la Région Flamande... L'art de vendre sa tartine !

Christian

Écrit par : Christian Coppe | 16/03/2009

@ Pamina, tu as reamrqué un truc, E.B. passe encore son temps à se dédouanner ou se justifier , on dirait qu'il y passe un plein temps le gars :-), il a décidément rien compris.

@Régis, pourquoi toujours caser chaque chose dans un petit tiroir avec une grosse étiquette colorée collée dessus ?

A la droite de ceci, au sommet du carré de l'hypoténuse de cela...

Ce qui me manque dans ce pays ce sont des personnalités d'envergure capable de défendre des projets d'envergure et de survoler au-dessus des caricatures régionalo-communautaire entretenue par nos 'politiciens'.

Les vrais problèmes, les vrais défis structurels se règleront de nation à nation d'abord à l'Europe et ensuite au monde.

Ici, on en est arrivé à jouer aux pompiers bénévoles, qui accesoirement font de la politique.

Notre pays fait qlq centaines de km², et on est occupé à s'engueuler avec des voisins situés à qlq km, il n'y a quasiment plus aucune dimension nationale, le fédéral est une ombre de pouvoir voué à jouer à la banque redistributrice vers les entités.

C'est un vrai désastre à ce niveau dans ce pays !

Écrit par : olivier | 16/03/2009

@olivier je pense que tant qu'on ne définit pas des lignes propres, on est tenu de se positionner par approximation dans le paysage actuel, par comparaison avec ce qui existe. Mais je ne voudrais pas en effet être catalogué, étiquetée, rangée dans un tiroir :0) D'ailleurs, la couleur est un phénomène, sa perception change selon la lumière ;0) mmmmmm la belle idée de post ... Olivier, vous êtes une muse aussi pour moi lolllllll

Écrit par : pamina | 16/03/2009

zut alors, faut aller faire le souper; pardonnez à votre muse d'être victime de la trivialité du quotidien. Je vous ferai un pt'it post demain. Cogitez bien!

Écrit par : pamina | 16/03/2009

Je comprend bien mais au XXI siècle c'est quoi faire de la droite ou faire de la gauche ?

Regardons un peu :

Reynders de droite il parait, il doit nationaliser des banques (rhooo nationaliser c'est pas un truc de gauche ca ?)

Elio de gauche, il est ok pour baisser la TVA, il vote aussi les notionnels etc (rhoooo c'est pas un truc de droite ca ?)

Nos sociétés ont fortement évoluer, l'information circule en temps réel, une banque ce casse la figure à New-york, dans le quart d'heure la banque de la place roupe se casse la pipe aussi.

Une firme dirigée à 1500 km d'ici peu ouvrir ou fermer une usine avec 500 travailleurs en face de votre porte.

Une centrale pète au fin fond de l'Ukraine, le lendemain votre potager est radio-actif.

Et quand ca arrive, il s'agit pas de regarder si le type qui doit réagir est gaucher ou droitier... Ostendais ou Namurois ;-)

Écrit par : olivier | 16/03/2009

Bon, soyons constructif et un peu fou ;-)

Pour un avenir commun, ne faudrait-il pas songer à des projets communs ?

Dans le cadre communautaire, plutôt que de confiner la politique à une politique de quartiers (à l'échelle de l'europe c'est bien cela), si un projet politique débarquait avec un projet commun par exemple dans le cadre de l'énergie renouvelable, dans des centres de recherche et de formation nationaux, la création d'un grand palais des congrès national etc ?

Recréer ses liens qui se laminent entre les gens des deux communautés plutôt que d'accepter de nourrir les éternelles polémiques électoralistes ?

C'est pas une idée qu'elle est bonne ?

A pluche, ce soir les 20 ans des guignols : Mangez des pommes !

Olivier

Écrit par : olivier | 16/03/2009

@christian, si après le troisième essai, j'échoue, alors je renoncerai.
Votre message est passé cinq sur cinq chez moi, et dans sa totalité.
J'espère donc que les visiteurs de ce blog feront de même.

Écrit par : Yvan | 16/03/2009

Il est clair que cataloguer les gens d'un côté ou de l'autre ne me plait pas plus. C'est pour cela que LiDé m'avait attiré: la philosophie de base, basée sur toutes les couleurs pour prendre le bon de toutes les idées était justement ce que je cherchais.... pour me rendre compte après 3 mois que j'étais catalogué à la droite de la droite à cause d'un leader charismatique qui vendait uniquement son anti-PS (compréhensible ;-) ) plutôt qu'un projet d'ensemble.

Bref, je me demande s'il est vraiment possible d'avoir un positionnement "au dessus de la mêlée" dans notre Wallonie politique.

C'est pour cela que si je dois choisir, le centre droite doit être ce qui me semble le plus proche de mes "convictions"...
En fait, je pense qu'en France, je voterais MoDem... Ce qui prouve que mon but n'est pas les grandes victoires électorales ;-)

Écrit par : Régis Warmont | 16/03/2009

J'avoue que j'avais un peu perdu le fil du centre français depuis les sarkosades et ségolénades qui avaient monopolisés les médias de l'époque. Il y en a eu, du remue ménage, là-dedans!

Je me suis donc intéressé à MoDem (ex-UDF), et j'avoue avoir été positivement surpris par la teneur de leur charte éthique. Ce n'est pas très long et, si vous êtes intéressé, je peux toujurs la poser ici. Personnellement j'y retrouve mes trois valurs de tolérance (Le Mouvement démocrate respecte en son sein les principes démocratiques qu’il promeut à l’extérieur, notamment information, participation, liberté du débat, ...), transparence (Tout adhérent du Mouvement démocrate a droit à l’information sur le mouvement.) et non-agressivité (Les adhérents du Mouvement démocrate assument le débat interne et considèrent le dénigrement externe comme incompatible avec l’engagement.). Beaucoup de choses assez séduisantes, finalement. Qu'en pensez-vous ?

Christian

Écrit par : Christian Coppe | 16/03/2009

J'en pense que je suis en train d'utiliser la charte éthique et la charte des valeurs comme base pour éventuellement mettre en place une association citoyenne sur Namur si jamais LiDé devait partir en vrille vers le populisme comme je le crains :-)

Donc, je suis séduit (mais ce n'est pas d'aujourd'hui) ;-)

Écrit par : Régis Warmont | 16/03/2009

@christian: oui, intéressant. Un lien, svp?

Écrit par : pamina | 17/03/2009

pourquoi "sur Namur"? Un mouvement dépasse les frontières, surtout provinciale ;0)

Écrit par : pamina | 17/03/2009

Oui, sauf qu'une des raisons principales de l'échec en cours de LiDé, c'est d'avoir visé trop grand trop vite et sans connaître le passé des personnes qui participaient au mouvement.

Je pense qu'il faut solidifier les bases de proximité, avec des gens dont on est certain du passé et de l'implication et puis seulement s'intégrer dans un mouvement plus important.

Écrit par : Régis Warmont | 17/03/2009

L'échec de Lidé, c'est d'avoir créé un parti avant un mouvement, ou plus exactement d'avoir voulu déposer des listes électorales avant d'avoir fondé un parti: fondé, au sens d'avoir creusé des fondations (lignes directrices, programme, valeurs...).

Écrit par : pamina | 17/03/2009

Les commentaires sont fermés.