Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/03/2009

Lidé poursuit sur sa lancée...

...Et moi? -Je ne crois pas. J’ai assisté hier à une réunion du parti à Liège, histoire de m’éclaircir les idées. Voici en vrac quelques remarques sur les positions annoncées, les questions posées, les réponses apportées. Et ce que j’entrevois d’avenir pour Lidé...


Si j’ai assité hier à cette première réunion de Lidé sans Aernoudt, c’est d’une  part pour apporter un soutien positif à Eric Bruckmann, dont j’ai salué par ailleurs le courage et l’intégrité. C’était, surtout pour voir après une série d’épisodes regrettables l’évolution du mouvement et du programme.

Eric Bruckmann annonce d’emblée que Lidé ira aux élections, qu’il faut constituer des listes, récolter des signatures. Ah. Je pensais que le point des élections était à l’ordre du jour, à discuter. Il est donc décidé. Par qui? Je ne sais pas, mais en tout les cas cela continue dans la logique initiée par Rudy Aernoudt: un parti précédant un mouvement. Une conception assez particulière de la démocratie: on crée des listes, on attribue un rang aux candidats, on recrute des adhérents et des voix (car majoritairement, les gens présents sont des candidats, il faudra bien les faire élire...). La question de l’étoffement du programme est posée, mais dérive assez rapidement sur la nécessité de communication externe, de conférences adressées au public, de gens qui “amènent” des voix etc.

En ce qui me concerne, l’élaboration du programme est prioritaire: or celui de Lidé est embryonnaire. Asséné par une personnalité médiatique comme Rudy Aernoudt qui a peut-être de la surface (à défaut d’envergure), cela pouvait passer pour le citoyen peu regardant pour la pointe visible d’un édifice bien architecturé, et reposant sur des bases solides... soutenu par un argument aussi convainquant que “et il est professeur à l’Université”. Hem.  Si on avait la curiosité de se pencher sur sa prose, on constatait qu’elle tablait sur un ramassis de lieux communs, d’appréciation basiques et de prises de position aussi radicales que paradoxales. Paraît que Rudy a un doctorat de philosophie... Mais sûr qu’en Flandre le sens de la nuance n’est pas un des critères de réussite. Ce devait être une thèse sur la sophistique.

Donc, pour moi sympathisante, le passage de l’embryon au foetus et du foetus au bébé est prioritaire. C’est quand je connaîtrai, au dela du décalogue actuel, les lignes directrices pour arriver à ces objectifs que je pourrais éventuellement y adhérer. J’entends et je lis sur les forum des affirmations contradictoires, du genre que Lidé a un boulevard devant lui, car il n’y a plus de droite vraiment adroite, de l’autre qu’il faut un libéralisme social, un travaillisme, une droite d’Ecolo. Je sais de quelle opinion je me rapproche... mais je ne sais toujours pas quelle est la position du parti, puisque parti il y a. Et on me demande de voter. Pour qui?

Pour les gens sur les listes... Assez symptômatique, nous sommes six à cette réunion, et les 5 autres personnes présentes se voient bien y figurer lolllllll.  Ah bon -ça fait beaucoup de chefs, et peu d’indiens. Notez, je n’ai rien contre. Je n’ai rien pour, non plus: on ne se connaît pas. Je peux éventuellement voter pour quelqu’un que je ne connais pas, qui s’engage sur des lignes claires, définies, des objectifs et des moyens pour y arriver. Mais je remarque que la course aux signatures et les réunions d’Etats major vont un peu hypothéquer le travail qui me semblait préliminaire, à savoir définir un vrai programme, étudier les questions à fond.

L’urgence, paraît-il, est de rencontrer et communiquer vers les gens. Oui, mais quoi? Faire des conférences sur un thème précis, développer deux ou trois points, répondre aux questions. Cela prend du temps, pour connaître un dossier. Non, c’est jouable, on peut facilement avoir des chiffres, des données. Oui mais ces chiffres, ces données, doivent être interprétés, mis en oeuvre dans un projet original, dont il faut vérifier la faisabilité? –J’apprends que c’est réalisable, dans un délai relativement court.


Ah bon. Là, je vois que nous ne sommes plus sur la même longueur d’ondes.  On privilégie encore, comme du temps de R.A., la surface et non la profondeur, le remplissage, et non la densité. Bref, nous sommes partis pour écouter quelques “faiseurs” prendre la parole pour une élocution.  Des expertises vont se manifester , avec quelques effets de manche, le gogo va applaudir, et les gens un peu sérieux se pencher sur les contenus, puis hausser les épaules. A juste titre. Voyons donc! Quel manque de rigueur! Quel électorat visez-vous?

Je cherche une alternative à la logorrhée politique actuelle, et l’alternative au blabla c’est le concret, l’étude  de la réalité, l’examen et la constitution des dossiers. Cela prend du temps, des équipes, de la collaboration, un terreau pour les idées de génie.  C’est dans ce travail collectif que se reconnaissent les gens de valeur, ceux auquels peut-être j’aurais envie de donner ma voix. Pas en tous les cas à une liste que vous proposez, qui cautionne des noms tombés du ciel voici au mieux trois mois, au pire trois semaines. Et qui, portés par les “voix de rejet” sur lesquelles vous comptez (essentiellement, vu le défaut de programme), seront peut-être demain les figures de proue d’un parti auquel ils imprimeront leur marque (de commerce ou de fabrique) et leur discours.

Je vous vois venir, Eric m’expliquer que ma critique peut être entendue et qu’il manque de femmes précisément sur les listes. Je n’ai pas peur de l’obstacle, simplement je n’aime pas le flou: flou du programme, flou des méthodes, flou rapport à l’électorat qu’attire Lidé, flou rapport aux candidats que vous allez proposer. Le flou est peut-être votre chance électorale, mais certainement pas politique. Vous recrutez des voix, mais quelle est votre voie?

J’aime regarder où je mets les pieds. Comment vous expliquer la chose? Je suis, foncièrement une militante et pas une militaire. Quand je suis convaincue, je suis capable d’être convaincante: par contre vous n’apportez pas de vraies réponses à mes questions, qui sont celles que me poseront mes amis et connaissances, des gens sérieux et qui ne galvaudent pas leur voix. Hormis aux élections,  je ne sais pas où va Lidé, comment ni avec qui. Et ce que j’ai entendu hier, rapport à la conception d’un programme politique est très loin de mes conceptions, des exigences et de la rigueur que j’estime nécessaire à la construction d’un projet crédible.

Vous avez certes de grandes qualités humaines, mais ni la candeur ni la naïveté ne sont des vertus politiques. En menant Lidé aux élections, vous ouvrez la porte à des “grenouillages” électoraux préliminaires à un engagement politique concret, manifesté de façon efficace dans un travail d’équipe, et surtout validé dans la durée. Les talents se prouvent et s’éprouvent. Les discours se vérifient en acte. Cohérence et intégrité se jugent avec un peu de recul. Décidément Aernoudt a imprimé sa marque à Lidé: un côté hâtif et brouillon, propice à la cacophonie générale et à l’inefficacité. Je le regrette, et vous fait le crédit d’espérer au delà des élections de juin la maturation d’un mouvement, ce qui serait à mon sens une bien plus belle réussite que celle d’un parti. Celui-ci fait pour moi figure de grand prématuré.

 

Commentaires

Merci de votre résumé Pamina,

Il me paraît visionnaire, sans concession et fort à propos.

Il y a un problème chez Lidé et un relatif acharnement presque orgueilleux alors qu'il semble que ce qui subsiste actuellement n'est plus qu'un mouvement d'inertie, avant l'arrêt complet ?

De plus, chose étonnant, le site ResistanceS publie un nouvel article, une réponse, entre autre à la lettre de PdR mais aussi un avertissement, il semble bien qu'un mouvance flirte de près dans la galaxie lidé, Belgique & Chrétienté, Mr Escada, Mr Buffin, PdR.

Je remarque aussi que Mr Escada, en sa qualité de président de B&C n'aura pas hésité dans le passé à recevoir Mr Gollnich (FN france) comme conférencier, ni à publier un communiqué qui se retrouve curieusement sur le site du FN enore aujourd'hui.

Je relève aussi les anciennes accointances de Mr Buffin avec le FN, en tout cas d'après ResistanceS.

Ce matin je reçois un mail d'un site nommé clubeco.eu, il dit notamment ceci :

''Puisqu'en demandant de simples renseignements a ce nouveau Parti, il nous a été remis la liste des sympathisants, nous nous permettons d'informer a tous de l'existence depuis + 10 ans de l'Association internationale Les Clubs Economiques Internationaux, Belgique-France-Luxembourg''

Nouvelle preuve d'amateurisme congénital ?

Du reste, je publie une remarque à ce sujet sur le site de Lidé, j'attend la réponse, encore une...

Ma conclusion :

Les nombreuses démonstrations par l'absurde de la gestion de ce jeune mouvement, d'une communication hasardeuse depuis sa naissance, d'amateurisme flagrant et d'une incapacité à rapidement réorganiser le 'brol' que c'est devenu, est assez symptomatique pour un parti qui compte assurer une meilleure gestion au niveau de l'Etat et des Régions.

A méditer...

Écrit par : olivier | 12/03/2009

Ces accointances réelles ou supposées avec l'extrême-droite sont évidemment à clarifier. Mais hélas les énergies se dispersent et se perdent et je vois poindre le grand cafouillis général. Je suis triste, vraiment. Mais rien à mon sens ne se fait sans ordre ni méthode (et ce ne sont pas des mots fachos, hein?)...

Écrit par : pamina | 12/03/2009

Pamina,


Sans me prononcer sur le fond, je regrette que vous ayez publié la teneur d'une réunion privée qui avait pour but de prendre des décisions et non d'essayer de convaincre qui que ce soit.

Je vous ai invitée parce que j'avais confiance en vous.

En conclusion, rien ne vous agrée. Vous voulez un produit fini qui n'existe pas mais vous-même savez que créer ce que vous n'êtes pas sûre de vouloir est compliqué.

Simplement, j'aurais aimé connaître votre sentiment suite à votre présence mais pas sur une plateforme publique.

Moi, j'avais respecté votre anonymat comme vous l'aviez demandé.

Quand au club Ecos, c'est un drôle de gars qui se fait mousser dans son coin et qui nous traite d'extrêmistes (parce qu'il trouve qu'un flamand ici, c'est dangereux et que notre vocabulaire est nazi... ) et à qui nous n'avons jamais remis de liste.

Bonne route à vous

Écrit par : Eric Bruckmann | 12/03/2009

Eric Bruckmann,

il serait courtois de votre part, vu que vous avez le temsp d'intervenir ici, de réagir à mes interventions toutes récentes sur votre forum au sujet de la transmission de coordonnées confidentielles et de messages non-sollicités reçus.

Un peu de sérieux !


Merci

Écrit par : olivier | 12/03/2009

je ne vois pas en quoi je divulgue la teneur d'une réunion privée, ou des informations secrètes, ou rompt une quelconque confiance? De teneur, hélas, je n'en vois point, là est le problème. Votre commentaire m'en pose un autre. Je ne savais pas que le but de la réunion était "de prendre des décisions et non d'essayer de convaincre qui que ce soit". Comment peut on prendre, ou adhérer à des décisions, sans en connaître la teneur et les implications, sans que vous mettiez en oeuvre ce qu'il faut pour convaincre? J'allais de bonne foi, chercher les infos que je demande depuis longtemps, et à R.A., et à Lidé et sur ce blog et sur vos forums. Vous m'annoncez des décisions, elles ne m'agréent pas. Je n'adhère pas à une démarche qui vise à créer un parti avant un projet politique. Je ne veux pas un produit fini: je veux des bases solides et sur lesquelles les membres très divers s'accordent de travailler, plutôt que se faire élire. Et de surcroît et surtout, je n'ai nul goût pour gaspiller de temps à des polémiques sur tous les fronts, dans le désordre le plus total, ce qui trahit un amateurisme navrant. "créer ce que vous n'êtes pas sûre de vouloir est compliqué"? non, c'est votre phrase qui est compliquée. je sais ce que je veux: une politique alternative, établie sur des bases saines et consensuelles, élaborée par des citoyens démocrates qui rassemblent des compétences en vue du bien commun. Et je me méfie comme la peste de ceux qui se découvrent le talent de défendre sur une liste les idées que Lidé n'a pas encore énoncées.
Je suis profondément désolée et de votre réaction et de perdre mes illusions... Sur ce, en parcourant votre forum, je trouve nombres d'opinions qui rejoignent la mienne. ça, ça s'appelle un "mouvement".

Écrit par : pamina | 12/03/2009

Désolé pour la digression Pamina, le problème mail est éclaircit depuis qlq minutes.

Pour le reste je partage totalement ton point de vue, E.B à mis le temps pour comprendre le personnage R.A, il semble qu'il lui en faille encore plus pour capter le reste, peut-être un peu long à la détente notre futur politicien.

A titre personnel, j'abandonne définitivement toutes idées de participer de près ou de loin à ce gigantesque cloaque.

C'est dommage, ils avaient une bonne idée de départ : proposer autre chose, mais ils sont devenus coqs à la tête d'un régiment de poulets sans tête, c'est terriblement navrant, et fortement néfaste à la démocratie citoyenne.

Ca c'était juste mon avis, à moi, que je partage lol


;-)

Écrit par : olivier | 12/03/2009

Ou alors c'est l'organisation du mouvement qui a imposé ce style à Aernoudt.

Qu'on aime ou qu'on n'aime pas ses idées, lui seul est venu avec un programme, à étoffer et construire, d'où le principe des universités de LiDé. Mais les priorités étaient là et elles se basent notamment sur ses réflexions, qu'il publie et illustre au moyen d'études depuis plusieurs années.

C'est quand même interpelant qu'Aernoudt soit le seul à ne pas se secouer dans tous les sens pour mettre en place une liste, alors que les membres de LiDé, qui lui reprochaient justement de ne viser que les élections, soient les seuls à continuer et récolter des signatures.

Peut-être que RA n'a justement jamais eu l'occasion de "faire son temps".

Écrit par : et si... | 12/03/2009

Le mot cloaque est sévère, et je ne le partage pas. Qu'E.B. essuie d'autres désillusions, cela, malheureusement, je n'en doute guère. Et on fait quoi, à présent?

Écrit par : pamina | 12/03/2009

et si...

Figurez vous que c'est une explication à laquelle j'avais réfléchit...

Jusqu'à la cassure relative à l'échec de l'alliance au MR, les messages des responsables lidés étaient toujours solidaires vis à vis de RA, ce qui est logique.

Aussi bien lorsqu'il R.A. à sorti sa blague, que plus tard à propos du PS, ou au fil d'interventions sur les forums, je me souviens même (preuve à l'appui) avoir lu R. Warmont avoir catalogué Ecolo comme 'autre grande secte'.

En lisant le récent communiqué et excuses publiques, quelque part je n'ai pu m'empêcher de penser que les mêmes qui s'excusent aujourd'hui ont cautionné pendant des semaines les dérives verbales, voir même alimentées par moment.

J'ai décidé de ne plus réfléchir, tout ceci m'inspirait un intérêt en novembre-décembre, aujourd'hui un dégout ou en tout cas une saturation complète, particulièrement concernant ces polémiques entretenues et jamais clarifiée clairement (au sens large).

Comme je disais depuis janvier : Une usine à gaz...


Olivier

Écrit par : olivier | 12/03/2009

C'est vrai 'cloaque' est exagéré, à l'image de mon énervement peut être.

Désolé

Écrit par : olivier | 12/03/2009

Simplement, Pamina:

- vous avez écrit que vous seriez prête à revoir votre position sur LiDé si c'était moi qui tenais les rennes et non R.A.

- Il se fait que R.A. part. Ce n'est pas pour vous, non ;-)

- Je vous invite et vous explique pourquoi

- Vous venez et vous vous exprimez sur cette réunion

Participer à cette réunion ne vous engage pas à continuer, nous soutenir, être d'accord.

Votre avis n'est pas remis en question et votre esprit critique est bon pour tout le monde d'intellectuellement correct.

Simplement, Pamina, ce n'est pas élégant vis-à-vis de moi-même qui vous ai offert une opportunité de créer une certaine complicité. Complicité n'est pas allégeance, bien sûr.

Vous donnez votre avis suite à une réunion de travail où personne d'autre de "neutre" n'était invité et donc, seul votre avis fait foi puisque personne d'autre ne pourra se prononcer sur ce qui a été dit. D'autant plus que certains détails semblent vous avoir échappés. Voir le mail que je vous ai envoyé et que j'aurai la délicatesse de ne pas répandre.

Écrit par : Eric Bruckmann | 12/03/2009

j'ai été à une réunion de parti, pas une réunion de complices; c'est quoi, cette histoire de réunion privée?

Écrit par : pamina | 12/03/2009

Pamina,

Là, franchement cela me dépasse et vous me dépassez...

Que cherchez-vous ? Qu'espériez-vous ? Lidé est jeune, à peine naissant (Je parle de Lidé sans RA) et vous lui demandez d'être déjà pleinement opérationnel !

Certains partis existant depuis une ou plusieurs décennies ne satisfont pas bon nombre de belges....ils ont pourtant eu le temps eux !
Les secousses incessantes (certaines organisées) que doit subir Lidé semblent faire naître le doute dans l'esprit de certain(e)s.

Encore une fois qu'espériez-vous ce 11 mars ? Un parti prêt à l'emploi juste acheté au grand magasin du coin ?
Croyez-moi, des gens travaillent d'arrache-pied pour que tout se mette en place. Un travail qui n'est peut-être pas encore visible mais bien réel!

Certains de vos constats ne semblent pas faux et pourtant ils le sont ! Et si un jour vous deviez avoir totalement raison, et bien ce jour-là (et pas un autre) faites un copier-coller de votre texte et éditez-le.

Désolé trop tôt, donc nul et non avéré.

Lidé est une initiative louable, votre présence peut encore la renforcer.

Même si il est compté, laissez le temps au temps....qui reste.

Bernard Frérotte.

Écrit par : Bernard Frérotte | 12/03/2009

Pamina,

Moi aussi j'ai décidé de ne plus me poser la question et de voir l'évolution. Si Rudy Arnoudt était la cause du capharnaum, maintenant qu'il est parti tout devrait rentrer dans l'ordre.

PS: Idem pour les excuses publiques, ca fait un peu fort "tarte à la creme". On est désolés pour ce qu'il a dit, nous on n'était pas du tout d'accord avec lui.

Écrit par : et si... | 12/03/2009

Bien sûr que non je ne demande pas qu'il soit "pleinement opérationnel", mais au moins qu'il se donne les moyens d'être fonctionnel. Vous mettez la charrue devant les boeufs, créez un parti et des listes avant un mouvement, et avant d'avoir un programme commun, des objectifs communs, avec des méthodes communes. Alors, tout cela donne l'image d'une auberge espagnole.

Écrit par : pamina | 12/03/2009

Olivier,

Une seule remarque: je n'ai jamais traité Ecolo de Secte (ou alors, je ne m'en souviens pas) mais par contre, je pense qu'ils ne sont pas ouverts à certains débats. Bref, dogmatiques en certains points. Par exemple, le nucléaire...

Sinon, en ce qui concerne mes excuses, elles sont sincères car je suis convaincu que j'étais entré dans mouvement visant à faire quelque chose autrement mais nous n'étions pas tous d'accord sur l'autrement.

Mon plus gros problème actuel, comme certains le font bien remarquer sur "notre" forum, c'est que l'on n'a pas encore abordé les sujets qui fachent (religion, immigration, etc.) parce que Rudy nous avait demandé de nous concentrer sur les points "des régionales".

Maintenant, quand je vois le "profil" de nos membres, je suis quasi certain que lorsque ces sujets seront abordés, mon côté "humain" fera que je risque de devoir claquer la porte, car je n'ai absolument rien de quelqu'un "à la droite du MR". On verra dans les 3 jours qui viennent ce qui va se passer.

Trop vite, trop fort, trop médiatique, pas assez détaillé....

Écrit par : Régis Warmont | 13/03/2009

vos interrogations me soulagent... Il y a de l'espoir.
J'ai répondu à E.B. sur le forum de Lidé, parce que la critique de l'ego du blogger m'est restée un peu en travers de la gorge. Je ne crois plus fréquenter celui-ci, trop polémique. mais je suivrai avec plaisir votre évolution personnelle, qui me semble plus proche de mes aspirations ;0)

Écrit par : pamina | 13/03/2009

Bonjour tous,

Cher Régis, une de vos interventions sur le forum Lidé disait ceci :

...Ecolo, autre grande secte... en réponse à JP Benoit je pense.

Ok, faute avouée... (ceci démontre le danger lorsque l'on écrit sur un forum un peu rapidement, parfois les mots dépassent la pensée)

Je te rejoins sur le positionnement (au moins virtuel) d'une catégorie importante de sympathisants Lidé très à droite (pas extrême hein !)

Ce qui me désole un peu c'est que d'un côté, tant toi que E. Bruckmann laissiez souvent transparaître un penchant libéral modéré, malheureusement tout s'inscrivait dans une logique ultra-libérale à laquelle Lidé semble ou semblait destinée.

Ceci ne me dérange nullement, chaque mouvement à ses particularités idéologiques, mais vous avez joué avec le feu, attiser certaines formes de démagogie que je ne cautionnerai jamais, même sans le vouloir.

Les excuses, sont probablement sincères, mais vous devriez surtout réfléchir aux causes, à l'empressement, voir à l'emballement irraisonné de ce que vous avez d'une manière ou d'une autre contribué à créer.

Un mouvement ce n'est pas une secte de convaincus à la cause, mais une pluralité de courants de même tendance, enfin je pense.

Bien à toi.

Écrit par : olivier | 13/03/2009

J'ai expliqué sur mon blog comment j'avais vécu l'évolution de LiDé. Je pense en effet avoir été pris aussi par une certaine vanité.

En effet, quand on a l'occasion, en tant que coordinateur namurois, de faire une interview pleine page sur Namur avec le "président", présenter ses idées et que pour la première fois depuis 10 ans, quelqu'un les relaie dans un journal grand tirage, on a l'impression que les critiques viennent de personnes qui "n'ont pas compris".

Quand en plus, sur Namur, on a un super bon groupe, ouvert, pas du tout de "droite radicale", tout au plus "libéral au sens économique du terme", on ne se rend pas compte de ce qui se passe ailleurs.

Je veux dire par là que sur Namur, je pouvais mettre en oeuvre mon "Ecolo de droite", partir aux élections et me battre pour mes idéaux sans problème. Il me manquait juste une candidate domiciliée en Wallonie :-)

Maintenant, je n'avais pas vu que sur Bruxelles ou ailleurs, c'était la "droite de la droite" qui prenait possession de LiDé. J'étais le "nez dans le guidon"

Ce soir, je revois les namurois qui auront survécu aux derniers jours...
Demain, on voit si tout pête ou pas... Et on voit si on peut avancer encore...

Écrit par : Régis Warmont | 13/03/2009

C'est tout à ton honneur, le principal est d'être conscient et de ne jamais se pervertir.

Ma petite expérience m'a permi en quelques mois de croiser et d'échanger quelques mots avec plusieurs politique : Leterme, Reynders, Di Rupo, Magnette, Laruelle, Nollet, Delpérée, Demotte, Vanhengel, Wathelet junior

Je pense avoir le don de cerner assez vite les gens, certains sont très sympathiques et abordables, d'autres terriblement hautains si pas imbuvables.

La politique actuelle, c'est d'abord un produit que l'on vend par l'entremise de l'électoralisme (contre-partie de la démocratie particratique belge). Il y a certes des tendances et de la dogmatique, mais aussi les choix imposés (pour de multiples causes, la plus évidente reposant sur le principe du consensus majoritaire et communautaire)

Il n'y pas de solution toute faite et appliquable en tant que telle, même si elle repose sur le bon sens (très populaire). Tout se fait dans la nuance, dans le compromis et évolue lentement, c'est comme ca que ce la fonctionne ici en tout cas.

J'en déduit que pour faire passer ses idées, les premiers à convaincre ce ne sont pas les supporters mais bel et bien les partenaires des autres formations politiques de tous bords. Pour ce faire, il ne suffira pas de parler de bon sens, encore moins de critiquer en vue de décribiliser l'opposant. Le jeu consiste à démontrer et étayer ses solutions afin de les rendre inévitables.

Par ce biais, en principe, des idées ou des solutions s'avèreront, même à vos yeux, parfois pas si bonnes, parfois elles seront renforçées par la démonstration.

Ceci situe deux niveaux distincts, le premier les propositions et l'orientation générale du mouvement, de l'autre la réalité pratique du terrain politique. L'un en vue de parvenir à gagner une légitimité par le biais de l'élection, l'autre afin de faire remonter ses propositions vers le consensus, n'oubliez pas qu'ne Belgique il n'y a pas de parti majoritaire, nous ne sommes pas comme en France avec un clivage simplifié gauche-droite.

C'est un peu pour cela que Lidé me fait un peu rigoler, dans la mesure ou il n'a vraiment pas ni les moyens, ni la légitimité de prétendre donner des leçons, un minimum de réserve et de retenue me semblent prépondérant à toute initiative, fusse t'elle loyale, de bon sens et sincère.

Vous savez Régis, des personnes de convictions, réfléchies et démocrates, il y en a beaucoup, je pense que peu se lèvent le matin en se disant qu'il va profiter, asservir et abuser. Les moutons noirs sont partout, bien évidemment, mais l'objectif final c'est un peu le résumé de ce blog : le bien commun. Ce sont les solutions qui importent mais faut-il encore qu'elles soient pratiquables, applicables et raisonnées.

Bien à toi.

Écrit par : olivier | 13/03/2009

Encore une petite remarque personnelle en ce qui concerne les listes et les élections comme vous les critiquez dans ce billet.

Ma vision de ce que l'on devait faire suite au clash - in tempore non suspecto - était la suivante:
-------
1. Faire une charte stricte au niveau des valeurs défendues pour les membres dont un point signalant le fait que toute défense publique d'idées extrémistes (mais quelle en est la définition?) interdit l'accès.
2. Mettre des statuts en place pour le 'parti' du type de ceux Ecolo (co-gestion des décisions)
3. Mettre les listes en place avec un minimum de personnes, celles dont on est certain, par leurs interventions sur les forums, dans les mails ou en débats privés qu'ils défendent l'hypothèse "parti démocratique cogéré, pas un seul chef et non ultra à droite". Cela éloignera les opportunistes.
4. Préciser pour les médias que cela intéresse encore que la présence de listes sera là pour éviter que les électeurs du centre droit ou de la droite démocratique déçus de la particratie ne votent pour l'extrême droite par dépit ou blanc (voix pour la majorité).
5. Essayer de réunir les signatures quitte à étoffer le programme dans les mois qui viennent.
6. Faire des "vrais" groupes de travail (ca peut être du collaboratif sur internet) pour avoir un vrai programme de synthèse du bon sens.

Et puis, reconstruire à long terme, en évitant la présence de "comiques" qui sont là pour toutes les raisons du monde, sauf les bonnes: faire changer les choses en suivant un certain bon sens.
-------
Je ne dis pas que c'est la meilleure méthode, mais je pense que si on se limite aux points 1,2 et 6 (sans élections), autant ne plus parler de LiDé, mais repartir de zéro avec un autre mouvement.

Je ne dis pas non plus que c'est la mauvaise solution, je dis juste que c'est beaucoup d'efforts à la poubelle... Mais on verra samedi.

Écrit par : Régis Warmont | 13/03/2009

Olivier,

Ces quelques mois m'ont aussi appris quelque chose d'horrible:
Je cite:
" Le jeu consiste à démontrer et étayer ses solutions afin de les rendre inévitables.
Par ce biais, en principe, des idées ou des solutions s'avèreront, même à vos yeux, parfois pas si bonnes, parfois elles seront renforçées par la démonstration."

Le problème est que j'ai découvert avec effroi que les meilleures idées, démontrées, validées, etc. s'opposent malgré tout à la mauvaise foi ou à l'aveuglement de "partisans" d'autres idées.

Le cas de "l'extrême droite" est vraiment parlant.
Tous les arguments de RA ont été démontés par la preuve et nous avons prouvé que ce qu'il dénonce maintenant, il l'a laissé faire parce que cela l'intéressait pendant des semaines, alors que je voulais des solutions rapides et claires, mais certains continuent malgré tout à penser que "RA leur dit la vérité"....

Ca refroidit un peu mon enthousiasme...

Écrit par : Régis Warmont | 13/03/2009

C'est une idée comme une autre, je tenais malgré tout à vous signaler qu'Ecolo, ne vient que tout récemment d'atteindre le cap des 5000 membres cotisants. Le nombre de sympthisants, eux, serait de l'ordre de 40.000.

L'essence même d'un parti ne repose donc pas sur le nombre de ses membres (regardez le rapport sondage sur les intentions de vote et le nombre de membres déclarés).

Ne pas perdre cela de vue non plus.

;-)

Écrit par : olivier | 13/03/2009

Belle et bonne analyse. ma question c'est: que ferez vous des gens que vous aurez placés sur vos listes, avant de préciser la charte et la ligne directrice, et qu'ils pèseront du poids de leur électorat pour faire passer leur conception -alors que leur poids sera celui des voix de rejets? Des gens de droite "adroits", candidats sur vos listes, il y en a. Vous imaginez le déchirment, après els élections? ne vaut-il pas mieux régler les dissenssions par un programme clair et défini, sur lesquels les membres qui s'accordent ne se déchireront pas demain?

Écrit par : pamina | 13/03/2009

Régis, ce n'est pas moi qu'il faut convaincre, pour mémoire j'ai été un des plus vélléitaire contre R.A, et ce depuis début janvier.

Mieux ! dès novembre j'ai discuté avec RA pendant un bon quart d'heure, je lui disais en substance que son approche communicationnelle allait lui être terriblement néfaste, j'ai même dit que c'était même suicidaire.

Il conclut tout récemment d'une phrase sybilline : En Wallonie on est manifestement contre le changement... pas une seconde il n'envisagerait que c'est lui le premier obstacle, de par ses discours.

Et vous verrez que PdR sera votre problème majeur et non sans une certaine logique.

Il ne s'agit pas de culpabilité mais de teinte philosophique et d'entourage.

Écrit par : olivier | 13/03/2009

je partage à 100% l'analyse d'Olivier.

Écrit par : pamina | 13/03/2009

J'ai quand même envie d'ajouter une autre analyse :

R.A. est d'orientation libérale très marquée, son créneau s'était une droite affirmée à la droite du MR.
Nombres de vos sympathisants témoignent d'ailleurs d'une revendication d'un libéralisme de droite plus marqué, preuve en est la conclusion que le MR n'était finalement plus un vrai parti de droite. La niche électorale, c'est bel et bien celle là , jusqu'à son départ.

Hors tant vous que E.B. affirmez aujourd'hui une orientation de type 'Ecolo de droite'.

Ce qui m'étonne, plus que tout, c'est d'avoir dès le départ un tel écart fondamental entre R.A. et vous, ca c'est quand même un fait avéré, pourtant vous vous en êtes accomodés jusqu'à un certain point, hors les sympathisants Lidé eux démontraient un net rejet majoritaire de toutes alliance avec le MR. (E.B. expliquant même que lorsque l'on doit éduquer des enfants on leur demande leurs avis, mais on ne les rejoints pas toujours)

Je me souviens aussi avoir lu, notamment dans le chef de E.B. que parfois c'était plus simple d'entrer dans un parti pour faire valoir ou apporter une maturité aux projets initiaux, c'était aussi l'explication de R.A., on a certes parler des problèmes liés à l'intendance si j'ose dire (fonds, signatures, listes, etc).

Mais ces problèmes la, ils étaient déjà présents et identifiables au tout début non ?

Fondamentalement, tout aurait donc changé, c'est ca que vous devriez aussi clarifier, sinon comme le dit Pamina, vous allez au devant de débats chaotiques et de déchirements fratricides.

Écrit par : olivier | 13/03/2009

ce que Regis me décrit de Lidé à Namur, me fais regretter de ne pas avoir pris le bateau là-bas. Enfin, wait and see.

Écrit par : pamina | 13/03/2009

... et pour éviter ceci, quelques considérations sur l'ordre et la méthode (gros mots?) dans le nouveau post.

Écrit par : pamina | 13/03/2009

Olivier,

Ce que j'essaye de faire passer comme message, c'est que le projet "dans son ensemble" ne peut pas être à la droite du MR.

Si je prends l'exemple caricatural par excellence: On ne veut pas arrêter le chomage pour emmerder les chomeurs, mais pour après, pouvoir exiger d'eux pour cet argent de la société du travail d'utilité publique dans leurs zones de compétences. Oui, c'est une idée de droite, mais c'est autre chose que le simple "on mettra les chomeurs au CPAS".
Et en plus, on veut en même temps dynamiser l'entreprise pour qu'il y ait plus d'emploi, peut-être en effet plus "précaires" mais qui au moins rendent le goût au travail...
Idem pour tout le reste...

Rudy ne disait pas autre chose. Il avait les mêmes idées "en interne".
C'est quand il a commencé à communiquer en externe que cela a dérapé. J'ai signalé mon malaise sur la blague au niveau des chomeurs, sur la course aux élections, sur le focus sur l'économie, sur l'accord avec le MR qui m'a poussé à la démission à Namur, etc.
Mais on me faisait remarquer que la publicité n'avait jamais été aussi importante pour un petit parti. Pourquoi le nier? C'était une erreur mais j'ai suivi car j'avais aussi comme focus juin et cela se rapprochait. Et je l'assume entièrement.

Je continue à penser que le projet de départ est bon pour ce que je connaissais et pour le reste, je devais bien faire confiance à un économiste de renom! Mais ce sont les médias, et la manière dont on a communiqué qui en ont fait un programme simpliste et "très à droite".

Pamina,

Il n'est jamais trop tard. Même si on ne va pas aux élections et qu'on décide de continuer à travailler, sur ce projet ou un autre, toute aide extérieure est la bienvenue. Plus on a de personnes qui réfléchissent, moins on laisse de place au simplisme et à l'extrémisme :-)
Si vous voulez venir ce soir, bienvenue... mais la réunion risque d'être un peu décousue... :-)

Écrit par : Régis Warmont | 13/03/2009

si vous n'allez pas aux élections, moi, je suis d'accord de continuer à réfléchir avec des gens comme vous, et essayer d'avancer (en dehors des réunionites: l'internet est là pour ça).
Je ne voterai pas Lidé aux élections de juin, parce que je ne fais pas de cheque en blanc, et il y a chez vous trop d'inconnues. Je trouve chez ecolo des gens crédibles, et s'il faut peser pour un changement, à défaut d'alternative, c'est là que j'essaierai de peser. Non merci j'ai eu ma dose de réunion cette semaine ;0) en plus je ne suis pas membre Lidé...

Écrit par : pamina | 13/03/2009

Régis, je vais te donner un exemple de ce que vous auriez pu communiquer :

Les exclusions effectuées par l'ONEM on fortement augmentés en 2008, nous voulons trouver des solutions pour éviter aux chômeurs de longues périodes d'inactivité, pour eux d'abord, pour la collectivité ensuite.

Une des possibilité est de leur permettre de recoller avec la vie active en participant à des formations, des reconversions et si besoin à des travaux en faveur de la collectivité. Il n'est pas normal d'être exclu ou de s'auto-exclure de la société par le fait ne pas avoir d'emploi

Notre projet à pour but de pouvoir à teme et naturellement ne plus devoir recourir à l'allocation de longue durée et de pouvoir recentrer l'assurance emploi à son rôle premier : une aide transitoire la plus courte possible. Offrir le choix de réincorporer la vie économique ou de le refuser en l'assumant.

N'est-ce pas fondamentalement différent ? ;-)

Ps : ''Mais on me faisait remarquer que la publicité n'avait jamais été aussi importante pour un petit parti'' cela frise le populisme non ?

Écrit par : olivier | 13/03/2009

bien vu, bien analysé, Olivier. Et valoriser la notion de "travail au bien commun", plutôt que "d'utilité publique" ;0)

Écrit par : pamina | 13/03/2009

bonjour
je me suis piqué au jeu de la curiosité en venant visionner ce blogs et bien m'en pris
J'ai en effet retrouvé des personnes ayant les deux pieds sur terre et dont je partage à 100% la vision du concept "lidé en mouvement" En venant au lidé , je n'ai jamais caché mon appartenance à mon obédience libérale et les priorités hormis la problématique "chômage" ne me posait pas problèmes...j'ai d'ailleurs participé à tous les ateliers dont , à priori il devait ressortir quelque chose de concret mais nous n'avons jamais eus les rapports !!! c'est ça lidé...je suis prêt à continuer l'aventure lidé mais dans de toutes autres circonstances !!! à voir

Écrit par : jacques legrand | 13/03/2009

Cette notion de remise au travail "pour le bien commun" me semble en effet très réalisable à différents niveaux, notamment communal.
J'y réfléchissais depuis un bon bout de temps.

Il faut évidemment en définir le cadre, les tranches d'âge concernées, la durée hebdomadaire etc.. en un mot (et même en quatre) qui, où, quand, comment ?

Il faut d'autre part éviter que cela serve d'alibi aux communes (par exemple) pour enlever du boulot aux entreprises, ou licencier leur propre personnel pour bénéficier de ce personnel nouveau gratuit ou peu coûteux.

Écrit par : john roth | 13/03/2009

Bonjour,

En effet ce point la mérite de s'y attarder, mais il y a des éléments dont il faut tenir compte, vous venez d'en soulever plusieurs John.

Il faut aussi savoir que pour certaines catégories, après un certain laps de chômage, l'allocataire est tenu de s'inscrire dans une ALE, ce n'est pas nouveau et on ne réinvente pas la poudre.

Ce que je regrette infiniment c'est que sur le fond, il est totalement exact que le système actuel n'est pas le plus efficace, mais la simplicité des solutions proposées sont probablement encore plus stupides (je pèse mes mots).

Le vrai problème ce sont les jeunes et les plus de 40 ans, j'ose le dire parce que je sais vraiment de quoi je parle. Il faut se rendre compte par soit-même de la réalité du terrain et la j'en connais un rayon

Exemple : il n'y a pas d'accompagnement individule du chômeur, les appendices du système d'accompagnement s'est transformé en contrôle de type chasse (voir les résultats récents sur les exclusions).

On sanctionne, mais on n'apporte pas de solution de fond, c'est lamentable.

Allez dans un maison de l'emploi voir comment cela se passe dans les faits, y compris pour ceux qui cherchent VRAIMENT un job.

La mise au travail collectif n'est pas la panacée, cela reste une charge collective, qui plus est avec le risque de prendre des emplois à des salariés. Le nombre de ces postes 'collectifs ou de bien commun sont limités (quelques milliers ?) donc cela ne résoudra pas tout loin de là.

C'est en amont qu'il faut travailler, formation certes, enseignement probablement, accompagnement certainement, et revoir les mesures d'activation, elles me paraissent contre-productive puisqu'il faut ^devenir chômeur profesionnel (plus d'un an) pour y avoir accès. Tentez l'expérience, répondez à 100 annonces, envoyez 100 CV et indiquez que vous avez 44 ans et que vous êtes chomiste depuis un an.

Écrit par : olivier | 14/03/2009

Evidemment, cette "participation au bien commun" n'est pas une solution au problème du chômage, mais bien aux problèmes des collectivités. Nous avons une masse de personnes souvent très compétentes inemployées, alors que les communes, les services aux personnes etc... manquent cruellement de personnel de tous niveaux et de toutes formations.

Cela pourrait aussi, pour certains, favoriser une réinsertion dans la vie sociale.

Dans mon esprit, il n'est pas question de mettre ces gens au travail 8 heures par jour et 5 jours par semaine. Tout cela devrait être défini.

Olivier a raison, c'est en amont qu'une solution doit être trouvée, mais aussi dans une augmentation du "net" des plus bas salaires.
L'obligation d'être inscrit "au chômage" avant de trouver un emploi est également complètement abherrante, ainsi que la possibilité pour les entreprises de "jouer" avec les différents plans pour l'emploi.

Un autre point qui me tient à coeur, pour l'avoir vécu au long de ma carrière professionnelle, est le fait que les employeurs ont des exigences de surqualification pour les postes proposés.

Dans ce qui était mon secteur d'activité (assurances en interne), un employé était formé sur place, et avait de convenables chances d'évoluer dans la hiérarchie. L'exigence à cette époque était un diplôme de moyennes inférieures. Aujourd'hui, pour un boulot équivalent et même souvent moins valorisant , le minimum exigé est une licence ou un régendat. Inutile de postuler si vous n'avez pas cela, et inutile aussi d'espérer évoluer vers des postes où les exigences de diplôme sont bien entendu encore plus élevées.

Résultat : une masse de gens non qualifiés sont laissés sur le carreau alors qu'ils pourraient parfaitement convenir pour des tas d'emplois, et les gens diplômés sont retirés du marché car ils occupent des fonctions qui ne correspondent pas à leurs espérances de carrière, et qui sont démotivés rapidement.

Écrit par : john roth | 14/03/2009

Oui, le problème du travail d'intérêt commun est délicat. Mais il y a des exemples ailleurs: le Luxembourg, par exemple... A étudier
La question de la sur-qualification, peut-être, oui, mais je vois des aberrations aussi: ex du personnel communal mis en "occupationnel" sur un chantier de fouilles archéologiques, alors que l'historien de l'art/archéologue chôme...
Je crois que nos blocages viennent souvent de routines conjuguées avec le manque d'imagination. Manque d'imagination chez l'employeur, mais aussi chez l'employé... il faut différencier les compétences acquises et les aptitudes. Montrer aux gens qu'ils ont des aptitudes, qu'ils sont capables, c'est leur donner le goût d'entreprendre.

Écrit par : pamina | 14/03/2009

EUROPE des VALEURS / Collaborer à une initiative citoyenne pour les élections europeennes

EUROPE des VALEURS se fait garant de mettre la transparence en politique, la bonne gestion des administrations et la lutte contre la criminalite organisée parmi ses priorités. EV présentera en effet Myrianne COEN, conseiller d'ambassade qui, depuis plus de dix ans, se distingue pour sa résistance contre les réseaux criminels infiltrés au sein de l'Etat belge (voir "affaire Sofia", RTBF 2006, "Visas, la filière des ambassades"), comme première candidate pour EUROPE des VALEURS aux élections européennes.
A cette fin, avant ce 27 mars 2009, 5000 citoyens doivent appuyer cette initiative en renvoyant, signés, les formulaires figurant sur son site http://europedesvaleurs.wordpress.com:
Vous y trouverez également toute l'information utile concernant les objectifs de cette initiative citoyenne.
... Comme la presse n'a pas encore dit un seul mot de cette liste européenne, EV compte sur les citoyens pour réagir.
Si vous voulez contribuer à la création de l’EUROPE des VALEURS, merci de faire circuler cette information.

Avec les Citoyens pour une EUROPE des CITOYENS
EUROPE des VALEURS

Écrit par : europedesvaleurs | 15/03/2009

Les commentaires sont fermés.