Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/02/2009

Pourquoi je ne voterai pas Lidé

Lettre ouverte à Monsieur Rudy Aernoudt

Parce qu’aux premiers temps de votre parti, je me suis prise d’intérêt pour votre initiative (sinon pour l’ensemble de vos idées), parce que j’en ai débattu avec mon conjoint, mes enfants, mes amis, parce que j’ai fréquenté le forum de Lidé, et même assisté à l’un de vos meetings, je vous écrit, Monsieur Aernoudt, pour faire mon mea culpa –publiquement.


Je me suis trompée. J’ai aimé l’idée Lidé, avec ses différentes couleurs, j’ai aimé la proposition de changement de mentalité et d’orientation en Wallonie, je me suis reconnue dans le goût d’entreprendre, le goût du travail, le refus de l’assistanat. Je me suis un peu moins reconnue, par contre, dans votre humour anti-chômeur, ou l’ordre de vos priorités.

L’assistanat est une des conséquences de la particratie que vous dénoncez aussi. Alors, pourquoi vous en prendre d’abord à la conséquence, plutôt qu’à la cause? Tant qu’à laver plus blanc, commençons par les sommets, et récupérons ce qu’il y a à récupérer dans l’extraordinaire gabegie de l’Etat. Certes, il est plus difficile d’en faire votre point numéro un, quand vous discutez alliances et cartels avec des ministres en place; car nous sommes d’accord que la particratie n’est pas que socialiste, je crois? Seriez-vous échaudé par votre mésaventure, votre licenciement dû, selon vous, à une trop grande franchise (au sein d’un cabinet flamand, précisons-le quand-même)? Choisissez-vous désormais des adversaires moins coriaces, et plus démunis?

Dénoncer les choses est nécessaire, et peut-être la presse ne remplit-elle pas assez ce rôle de vigilance vis-à-vis des abus. Mais le rôle du politique intègre c’est, une fois que l’abus est connu, de proposer des moyens d’y pallier. J’ai cru, en assistant à l’une de vos réunions, en voyant l’enthousaisme et la “fraîcheur”, selon le mot d’un des participants, que suscitait le nouveau parti, que Lidé allait oeuvrer en ce sens, proposer rapidement, à côté de ce discours dénonciateur, des alternatives: un programme, un plan d’action, des perspectives. Mais rien ne vient...

Votre forum était un espace de débat, il s’y disait des choses intéressantes. Vous avez consulté vos lecteurs sur l’opportunité ou non de rejoindre le MR. La majorité écrasante vous a fait savoir ce qu’elle en pensait, mais vous-même vous êtes bien gardé de venir y discuter... parce que vous discutiez  ailleurs, la presse nous l’a appris, les sièges à prendre ou les places à garder au chaud. Pour qui? Nous n’en savons rien. C’est la presse encore qui nous cite le nom d’un des “ex” favoris, mis au frigo pendant quatre semaines le temps de le laver du soupçon d’appartenance à des courants d’extrême-droite. On s’interroge sur les autres. Vous voulez tenir la cuisine, avez-vous dit; et moi j’aime être sûre, avant de goûter vos plats, que vous mêmes et votre équipe avez les mains propres.  D’ailleurs j’aime les restos où la cuisine est ouverte, où l’on voit la fraîcheur des produits et où l’on peut surveiller l’assaisonnement. La cuisine ouverte, ça s’appelle la démocratie.

En dénonçant la particratie, vous usez des moyens de cette même particratie, pour accéder au pouvoir, et vous avez sciemment entretenu le flou sur une politique d’alliance qui est tout, sauf transparente. Nous nous sommes trouvés à attendre votre décision, avant de vous confier ou non notre voix. Cela m’a découragée, voyez-vous. Je n’avais pas le goût d’adhérer à un Guide, un Führer ou un Duce, mais à un mouvement dynamique. Je ne le trouve pas ou plus (déjà) chez Lidé.

Regardez votre site: les thèmes de discussions sont devenus Lidécentristes, Rudycentristes, en tous les cas “Caliméristes”: “la presse nous en veut, di Rupo ment, de Roubaix c’est une méprise”.  Aucune “prime info” aux sympathisants, néanmoins: il faut lire la Libre, le Soir ou Résistance pour être au courant des “choix de Rudy”, identifiés au choix du parti. Que la piétaille piétine, en attendant? Il y avait de l’enthousiasme et de la ferveur à vos débuts: où sont-ils passés? Vos fils de discussions sont devenus idéologiques, sectaires et pour tout dire, stériles et ringards. Une logorrhée d’opinions qui vire, comble de ridicule, à l’anticommunisme primaire.

Je vous écrit donc, Monsieur Aernoudt, ainsi qu’à mes connaissances et amis, pour faire amende honorable.

J’ai entendu dans votre discours des choses qui ne s’y trouvaient pas: le désir de fonder autrement, un autre parti; d’être prioritairement attentif à la bonne gouvernance, donc de lutter contre la particratie; d’instaurer une transparence, qui rende plus difficile les abus; de mettre fin à un système d’assistanat qui est condamné à court terme, mais en inventant des alternatives positives, et bénéficiant au bien commun. J’ai entendu un discours politique, le vôtre n’est que politicien.

Je ne suis plus d’accord ni avec vos mots, ni avec vos amis, ni avec la méthode dont vous gérez ce qui n’est qu’un parti de plus. Vous m’avez appris une chose importante, c’est que oui, le populisme existe, et oui, il est dangereux. On retrouve à ses débuts, pour le porter, des gens sincères et qui ont soif de changement, des gens droits, et pas nécessairement de droite, des entrepreneurs parfois sans entreprise, des idéalistes qui ne sont pas des rêveurs et de vrais passionnés de politique, au sens noble du terme. Je sais que beaucoup de ceux-là ont déjà tourné la page de Lidé, et j’espère qu’ils ne sombreront pas, après leur mésaventure, dans le dégoût de la politique. Pour les autres, espérons qu’ils ne se laissent pas dénaturer: le discours idéologique donne un goût rance aux meilleurs mets.


Parce que le monde est ce qu’il est, -la Belgique et la Wallonie aussi, hélas, je me sens plus que jamais concernée par l’acte de voter. C’est chose difficile, mais pas impossible, si j’accepte de faire un choix politique: organiser du mieux possible le vivre ensemble, dans une perspective non immédiate mais à long terme. Je vote aujourd’hui pour la société que les enfants que mes ados auront demain. La tentation de rejoindre Lidé, c’était celle d'une nouvelle entreprise, un nouveau défi, des équipes nouvelles. J’avais l’illusion que tout était à y construire: occasion donc de définir des priorités, d’orienter des axes, de donner un “esprit” particulier. Je vous remercie Monsieur Aernoudt, vous m’avez fait découvrir une chose: je suis foncièrement démocrate, et je prends, face à vos discours unilatéraux et simplistes, conscience que mes opinions sont à discuter et nuancer, avec d’autres, parmis d’autres, au sein d’un mouvement et non pas d’un parti.

Mea Culpa, donc, et gratia deo: je crois que vous m’avez aidée à accéder à une forme de maturité politique. Les voies du Seigneur sont décidément impénétrables...

Commentaires

votre mise au point a au moins le mérite d'être claire. Le fait que le leader et fondateur de Lidé pactise en sous-main avec Didier en dit long sur ses intentions réelles de figurer sur les listes MR. En un mot, j'appelle celà de la "compromission". Son discours ne colle plus. Et vous l'avez compris. Faute avouée est à moitié pardonnée.

Écrit par : Luc Nicolay | 19/02/2009

J'espère bien, oui, une absolution après cette confession publique! En fait je suis très échaudée par cette mésaventure, mais je comprends mieux les ressorts du populisme. Il ne table pas que sur des déçus du système, il dévoie aussi des idéalismes qu'il moule dans une idéologie simpliste. Le temps de prendre un recul critique, on risque bien de se voir compromis en fâcheuse compagnie. Enfin... il reste à voter ;0)

Écrit par : pamina | 19/02/2009

Bravo pour votre analyse, vous n'êtes pas la seule à penser de la sorte et beaucoup de ceux qui ont eu la naiveté d'y croire sont en train de tourner la page, si ce n'est déjà fait.

Écrit par : yvan | 19/02/2009

Ce qui me rassure c'est que certains finissent par voir clair, je me sentais un peu seul sur leurs forums.

Aernoudt et consorts sont probablement plus omnubilés par un cariérisme politique que par une démocratie directe toute relative.

Le seul sur lequel je nourri un doute, c'est Eric Bruckamnn, il a l'air sincère, et il va certainement se prendre une douche froide.

Écrit par : olivier | 21/02/2009

Nous y voilà Pamina. La démonstration est faite, Rudy Aernoudt 'Le Fumiste' a réussi à son entrée par la grande porte au MR.
Mais s'il a gagné une bataille, il n'a pas encore gagné la geurre, alors il faut faire en sorte qu'il ne soit jamais élu à l'Europe.
C'est maintenant à nous tous de jouer et comme vous l'avez dit : Il reste à voter!

Écrit par : yvan | 21/02/2009

... les événements se précipitent: plus de bataille, une déroute. C'est une forme d'entérite politicienne qui fait courir Aernoudt et Reynders... vite, à mon siège!
Quelle palinodie! Quelle gugusserie! Nous avons à réagir en citoyens, face à des politiciens. Il y a des forces vives, je suis sûre qu'il y a moyen de fédérer tout cela, pas en vue d'un parti, mais d'un mouvement. Un mouvement, ça bouge, ça fait des vagues.... assez pour saper les fondements vermoulus des politiques en place.

Écrit par : pamina | 26/02/2009

Vous voyez, si j'étais soutenu par quelqu'un comme vous, je pourrais être un contrepoids. Mais comme tout le monde fuit le sieur Aernoudt, il ne reste plus que la pensée unique: la sienne... non, j'exagère. Mais plutôt que de se cabrer, pourquoi pas créer une cellule liègeoise où vous et moi on construirait une alternative?

Écrit par : Eric Bruckmann | 28/02/2009

J'apprécie que vous ayez été cohérent avec vous-même: et je serai restée sympathisante de Lidé, si vous en étiez président. Mais excusez-moi, je me sentirai salie de mettre mon nom aux côtés de celui de Rudy Aernoudt, après l'épisode guignolesque de ce week-end. C'est dommage, parce qu'il y avait des gens super intéressants et motivés aux début de Lidé, mais là, trop d'erreurs ont été commises, et sont pour moi impardonnables. Comme pour d'autres... vous les avez retrouvé sur mon blog, sans doute. Et m'est avis que pas mal de ceux-là vont se retrouver chez Ecolo, qui a une conception un peu plus saine et respectueuse de la démocratie participative.

Écrit par : pamina | 28/02/2009

Les commentaires sont fermés.